La France lance une inspection sur le gaz de schiste

Suite aux polémiques récentes concernant l’opportunité ou non d’exploiter le gaz de schiste sur le territoire français, le gouvernement a décidé de lancer une mission conjointe** afin de l’éclairer sur les enjeux économiques, sociaux et environnementaux des hydrocarbures de roche-mère (gaz et huiles de schiste*).

A ce jour, la France dispose d’une soixantaine de gisements pétroliers et gaziers. Ainsi, même si leur production représente 1 à 2% de la consommation, cette part a tendance à décroître. C’est pour réduire la dépendance énergétique et la facture pétrolière et gazière (plus de 9 milliards d’euros d’importations en 2009), que les pouvoirs publics accordent régulièrement des permis de recherche d’hydrocarbures.

Actuellement, trois permis de recherche sur le gaz de schiste ont été accordés par arrêtés datés du 1er mars 2010 sur une surface totale de 9 672 km2. Ces permis ont été délivrés aux compagnies Schuepbach Energy LLC d’une part (permis de Villeneuve de Berg et permis de Nant), Total E&P France et Devon Energie Montélimar SAS d’autre part (permis de Montélimar). Ils concernent les départements de l’Ardèche, la Drôme, le Vaucluse, le Gard, l’Hérault, l’Aveyron et la Lozère.

Le gouvernement précise qu’il s’agit là "de permis de recherche, dont l’objectif est donc d’acquérir une meilleure connaissance géologique du sous-sol et d’évaluer l’existence d’un gisement et de son potentiel éventuel en tenant compte de la nécessité de respecter l’environnement."

La ministre de l’Ecologie et du Développement durable, Nathalie Kosciusko-Morizet qui a adressé cette lettre de mission prévoit également d’examiner la des huiles de schiste pour lesquels des travaux d’exploration sont prévus dans l’Aisne, dans la Marne et en Seine-et-Marne.

Enfin, les ministres réuniront prochainement les entreprises disposant d’un permis de recherche afin d’examiner avec eux les calendriers industriels et leurs compatibilités avec les travaux de la mission CGIET-CGEDD.


** Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGIET) et conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD)

* Le « gaz de schiste » et l’ « huile de schiste » sont des hydrocarbures contenus dans des roches sédimentaires argileuses, situées entre 1 et 3 kilomètres de profondeur, qui sont à la fois compactes et très peu perméables. Il s’agit de gisements "non conventionnels" car piégés dans la roche et ne pouvant pas être exploités de la même manière que ceux contenus dans des roches plus perméables. L’exploitation nécessite le plus souvent des forages horizontaux et une fracturation hydraulique des roches profondes.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "La France lance une inspection sur le gaz de schiste"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
indianagrenoble
Invité
La semaine dernière (début février 2011), La ministre de l’Ecologie et du Développement durable, Nathalie Kosciusko-Morizet, avait lancé un moratoire sur les permis de forages scandaleusement octroyés par son prédécéceur justa avant son départ ! Et là, dans ce post, on apprend que cette bonne femme a tout bonnement menti, mais qui croire, la radio, les journaux, le web ? On par el de crise des médias … Je vous invite à regarder le film documentaire GASLAND disponble au téléchargement ici : En espérant que les Français comprennent ce à quoi ils s’attendent en essayant cette technique d’hydrofracturation des couches… Lire plus »
indianagrenoble
Invité
COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le 4 février 2011 Gaz et pétrole de schiste : Le Conseil régional de Picardie décide d’interdire par tous les moyens l’exploitation sur son territoire. Lors de la session du 4 février, le Conseil régional de Picardie a voté à l’unanimité une délibération engageant la région à s’opposer par tous les moyens à l’exploitation des gaz et des pétroles de schistes sur le territoire. Porté par François Veillerette, vice président chargé de la santé et Christophe Porquier, vice président énergie-climat, ce vote confirme la position ferme et nette du Conseil régional à ce sujet. C’est sans consultation avec les… Lire plus »
Samivel51
Invité
Pas la peine de hurler. On vous entend très bien! En l’occurence, permis de recherche et moratoire sur les forages ne sont pas forcément incompatibles: Si je ne me trompe pas, les recherches en question se font par des études sismiques. Sans forage. Même s’il y a des forages d’exploration, ceux-ci n’engendreront pas de pollution puisqu’il s’agit d’un simple trou vertical, sans forages horizontaux, sans injections haute pression, sans fracturation de la roche. Cela dit, sur le fond, je suis d’accord avec vous qu’il est particulièrement désespérant de constater que malgré les efforts consentis et les progrès réalisés dans les… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

mais je suis sûr que si on parle de fracturation hydraulique pour faire de la géothermie profonde, on va trouver tout de suite trouver ça plus glamour…

suntep
Invité
COMMUNIQUE DE PRESSE   Pascal TERRASSE, président du Conseil général de l’Ardèche Didier GUILLAUME, président du Conseil général de la Drôme Damien ALARY, président du Conseil général du Gard André VEZINHET, président du Conseil général de l’Hérault   GAZ DE SCHISTE : QUATRE PRÉSIDENTS DE DEPARTEMENT S’ALLIENT POUR SE FAIRE ENTENDRE   L’inquiétude des citoyens et des élus de nos territoires est très forte. L’exploration du sous-sol puis l’exploitation industrielle du gaz de schiste sur nos territoires pourraient avoir des conséquences économiques et environnementales dramatiques.   Nous avons donc décidé d’unir nos forces afin de nous faire entendre et dénoncer la… Lire plus »
suntep
Invité

pour la géothermie je sais pas mais dans le cas de la fracturation hydraulique pratiquée pour les gaz & huiles de schistes, il y a injection d’une quantité importante de nombreux composés chimiques (VOC entre autres) je vous recommande de visionner le documentaire GAZLAND mentionné plus hautn édifiant

wpDiscuz