La géothermie à l’honneur dans le 19ème parisien

Le Conseil de Paris a donné son aval pour la signature d’une convention entre la Ville de Paris et la Compagnie parisienne de chauffage urbain (CPCU) afin de construire et d’exploiter des puits de production de chaleur par géothermie pendant 30 ans.

Des informations complémentaires données par la Mairie de Paris indiquent que "l’eau chaude sera puisée directement dans le dogger, une couche géologique située à 1 700 mètres de profondeur, depuis un terrain situé dans la ZAC Claude Bernard. Ce lieu est situé à l’est du Parc du Millénaire, en bordure du boulevard périphérique et du canal Saint Denis, dans le 19e arrondissement (…) un puits récupérera l’eau chaude pour la distribuer dans les immeubles et un second réinjectera l’eau dans la nappe phréatique pour ne pas l’épuiser."

La fin des travaux prévue en 2011 "permettra une réduction de 60% des émissions de gaz à effet de serre, dans un secteur situé entre la porte de la Chapelle et la porte de la Villette. La ressource géothermale couvrira 54 % des besoins du secteur soit, a terme, plus de deux millions cinq cent mille m² et 12 000 logements. Il sera réalisé ainsi une économie d’environ 14 200 tonnes/an de CO2".

La Ville de Paris s’est engagée sur une démarche de facteur 4 afin de réduire l’ensemble des émissions de son territoire et de ses activités propres de 75% en 2050 par rapport à 2004.

Pour ce qui concerne l’ensemble du territoire, le Plan Climat de Paris entend dépasser les objectifs européens. Il se fixe d’atteindre à l’horizon 2020 par rapport à 2004 :

  • 25% de réduction des émissions du territoire
  • 25% de réduction énergétique des consommations du territoire
  • 25% de consommation énergétique du territoire provenant des énergies renouvelables.

 

[DEVIS|5]
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "La géothermie à l’honneur dans le 19ème parisien"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guydegif(91)
Invité

…pourquoi se limiter au 19ème ? Le Dogger est vraisemblablement présent dans tout le Bassin sédimentaire parisien, ou du moins au-delà du seul 19ème, et avec lui un gradient de température, une porosité et une perméabilité similaires…donc POURQUOI s’arrêter en si bon chemin? Pourquoi ne pas y aller franco et viser ces 54% des besoins caloriques ou plus pour TOUT le Bassin Parisien? Il y a déjà des expériences anciennes quoique ponctuelles du côté de Chevilly la Rue, HayLes Roses,… Villejuif.   Du cran voyons ! Soyons inventifs et perspicaces !                                                                                            A+ Salutations Guydegif(91)

Denlaf
Invité

Ça me semble un peu curieux de ne faire ce développement que dans un secteur de Paris: et pire d’en donner l’exclusivité à un seul entrepreneur. De plus, un contrat de 30 me semble une éternité, surtout en ce domaine.Quoi qu’il en soit, j’aimerais vous proposer une utilisation plus variée des énergies renouvelables. voir : http://www.denis-laforme.over-blog.com

wpDiscuz