Enerzine

La grande braderie du gaz Iranien n’aura pas lieu

Partagez l'article

L’Iran ne vendra pas son gaz à bas prix au Pakistan et à l’Inde, a déclaré, mercredi, le vice-ministre du Pétrole, Mohammad-Hadi Nejad-Hosseinian, sur la radio d’Etat.

"Le prix suggéré par l’Inde et le Pakistan est inférieur de presque la moitié à celui que nous avons proposé", a déclaré le responsable iranien qui a fait état de divergences sur le volume de gaz demandé par l’Inde et le Pakistan, pour un total de 150 millions de m3/jour, ce qui est trop élevé du point de vue de Téhéran.

Si l’Inde et le Pakistan "ont l’intention de subventionner leur marché domestique de gaz, il n’y a pas de raison que l’Iran paie cette subvention", a ajouté le vice-ministre iranien, expliquant que l’Iran "pense qu’il est dans son intérêt d’avoir un grand nombre de clients".

Selon lui, le Pakistan vend le gaz sur son marché intérieur à la moitié du prix international, qui est selon lui d’environ 9 USD pour un million de Btu (British thermal unit).

Le projet de gazoduc devant relier l’Iran à l’Inde, via le Pakistan, est en discussion depuis des années, mais les négociations se sont portées plus récemment sur le tarif à appliquer pour le gaz qui sera livré à Islamabad et New Dehli.

Dans une référence aux Européens, qui soutiennent Washington sur le dossier nucléaire iranien, le vice-ministre iranien a soulevé l’hypothèse que si ce dossier "est résolu, ceux qui empêchent l’Inde et le Pakistan d’acheter le gaz iranien en deviendront les premiers clients, à un prix plus intéressant".

(src : Dépèche – Maghreb Arabe Presse)

Partagez l'article

 



          

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz