Enerzine

La ligne THT franco-espagnole sera entièrement enterrée

Partagez l'article

Le ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo, a assuré mercredi que le projet de ligne THT qui devra relier la France et l’Espagne serait entièrement enterré.

Le tracé de la future ligne à Très Haute Tension (THT) entre les Pyrénées Orientales et la Catalogne espagnole doit être officiellement annoncé en juin prochain. En attendant, les négociations se poursuivent en présence de Mario Monti, commissaire chargé de la médiation par Bruxelles.

Lors d’une réunion mercredi, Jean-Louis Borloo a annoncé que "L’Etat prendrait à sa charge le surcoût de l’enfouissement terrestre ou marin de la ligne en courant continu."

Le sénateur-maire de Perpignan Jean-Paul Alduy (UMP) et le président du conseil général Christian Bourquin (PS), ont souligné  la possibilité de réaliser une partie sous-marine. Selon eux, cette solution permettrait de limiter les coûts du projet.

"Un passage sous-marin serait une victoire totale, ont-il argué, pas seulement pour les Pyrénées-Orientales, mais pour tous les européens, ca cela serait la première fois que l’on enfouira une ligne à haute tension sur une telle distance."

Les opposants au projet de ligne aérienne,  organisés en association, ont exprimé leur satisfaction mais disent rester "vigilants". Selon eux, un rapport indépendant remettrait en cause la justification même de la ligne.


Partagez l'article

 



                

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    23 Commentaires sur "La ligne THT franco-espagnole sera entièrement enterrée"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Sirius
    Invité

    On ferait mieux de dépenser del’argent à des choses utiles qu’à ce ridicule enfouissement d’une ligne éllectrique qui ne gênerait personne

    Phibell
    Invité

    En France il n’y a aujourd’hui moins de 6 kilometres de lignes THT enterrées… le différentiel est d’environ 10 fois le prix de l’aérien… et ce n’est pas forcément la solution la plus écologique… les terrains sont largement retournés et « gavés » de canalisations… alors qu’un poteau … juste 4 massifs en béton…

    G.lecoq
    Invité
    Bonjour,Au risque de passer pour un naïf invétéré, quelle est donc l’utilité d’une telle ligne??Fournir du courant aux espagnols?? Tout cela en dépensant des millions d’euros en enfouissement ou en aérien??Quel gâchis!!! Avec tout ce que ce gouvernement nous bassine sur la « ruine » de notre pays, un tel projet est-il toujours d’actualité??Les sommes engagées ne seraient-elles pas plus utiles ailleurs, par exemple à compenser l’augmentation faramineuse et injustifié du gaz??Ou bien soutenir les ménages les plus pauvres de notre pays??7 millions de travailleurs pauvres, cela ne dit peut-être rien aux dirigeants actuels, mais je pense simplement que de telles dépenses… Lire plus »
    Dan
    Invité
    La ligne franco-espagnole ne servirait, semble-t-il, pas uniquement à exporter de l’électricité de la France vers l’Espagne mais aussi à absorber une partie de la production éolienne de l’Espagne si elle continue à se développer. D’une manière générale, l’ouverture des marchés de l’électricité en Europe et le développement de la concurrence ainsi que l’essor des EnR militent très fortement pour le renforcement des interconnexions des réseaux. Faute de quoi les échanges d’électricité resteront largement virtuels (ils le sont déjà et les échanges physiques ne correspondent pas aux échanges contractuels). Il faut faire très attention dans le domaine de l’électricité aux… Lire plus »
    Dan
    Invité
    Pour répondre à notre ami Lecoq sur la protection des travailleurs pauvres assaillis par l’augmentation des dépenses d’énergies. Oui, il existe effectivement un risque en France de voir une augmentation forte des dépenses d’énergies dans les années à venir (voir l’article « Inégalité des français face aux dépenses énergétiques »). Si pour le gaz (voir le rapport Mandil et l’article « Sécurité énergétique européenne : Mandil rend son rapport »), les dépenses sont justifiées par l’augmentation des coûts d’approvisionnement, il n’en va pas de même pour l’électricité. La France pourrait maintenir encore assez longtemps un tarif régulé relativement stable et couvrant les coûts. Seulement,… Lire plus »
    Rageous
    Invité
    …à savoir à quoi pourra bien être utile une telle ligne THT! Comme déjà annoncé auparavant: à exporter le surplus de la production éolienne de l’Aude, des PO, de l’Hérault vers la Costa Brava et y alimenter entre autre la clim en forte progression. On peut comprendre que les Pyrénéens ne souhaitent pas voir leur magnifiques lieux de vie cernés de pylônes pour répondre aux besoins des uns et des autres de part et d’autre de ce massif. Ce qui est trompeur c’est que ces éoliennes sont reliées au réseau (poste source) systématiquement par des lignes entérrées (au frais de… Lire plus »
    Christophe
    Invité
    Les interconnections THT sont incontournables. Il est dommage que l’on n’envisage pas une intégration du réseau de la péninsule hibérique avec l’Europe. On a aussi relié la Grande Bretagne avec des THT continues, mais les quantités envisagées à l’époque étaient faibles. Au delà des Pyrénées, on parle de liaisons jusqu’au Maghreb… Comment financer ces nouvelles lignes? Ce seront bien sur les clients qui rembourseront les avances. Mais toutes les nouvelles installations de production doivent supporter les frais des nouvelles connections, au prorata de la puissance maximale à transporter. Les surcouts sont à relativiser. Les lignes aériennes sont beaucoup plus vulnérables… Lire plus »
    G.lecoq
    Invité
    Bonjour, »il faut éviter de lutter contre les Etats qui sont les seules vrais et ultimes remparts et qui payent largement le social ». quelle belle profession de foi, mon cher Dan, mais hélas, la récente augmentation des tarifs du gaz, 5.5%, me laisse à penser que ces mêmes états oublient de plus en plus le social pour ne penser qu’en terme d’économie!!Les récentes « réformes » engagées par ce même état concernant la santé de nos concitoyens et concitoyennes, via les « franchise médicale », est aussi là pour rappeler que ces gouvernants n’ont rien à foutre du social, que pour une soi-disant « ruine de… Lire plus »
    Dan
    Invité
    Je ne pense pas que l’augmentation du gaz de 5,6 % soit l’aveux que l’Etat oublie le social. Au contraire, l’Etat a freiné l’augmentation jusqu’à la fin de l’hiver. Cela nous a permis de bénéficier encore 4 mois d’une augmentation faible alors qu’il faisait un peu plus froid que la normale et que les ménages dépensaient plus en énergie. Si nous avions été dans un système totalement libre, GDF et autres distributeurs auraient augmenté les tarifs plus fort et plus tôt. Ceci dit, contrairement à l’électricité (que nous produisons massivement chez nous à bas coût), le gaz est importé en… Lire plus »
    Francois
    Invité
    100% OK avec Dan. Notre gouvernement libéral a pratiqué une politique sociale, voire socialiste en matière de gaz. C’est à dire qu’il s’est refusé contre les avis répétés de la CRE à augmenter le prix du gaz en appliquant la loi, qui indexe le prix du gaz -importé à 100%- sur les produits pétroliers. Les prix du fioul lourd ou l’essence à la pompe pour les particuliers ont explosé,ou le kérozène pour le transport aérien aussi suivant tous le baril aujourd’hui à plus de 120$. C’est aussi cela qui aurait du se passer pour le Gaz.C’est d’ailleurs pour éviter la… Lire plus »
    Phibell
    Invité
    Une ligne THT permet par l’augmentation de la tension de reduire les pertes en charge, on augmente la tension et on réduit l’intensité donc les pertes par « échauffements » des câbles… 2/ quand une ligne THT est construite on peut le plus souvent supprimer des lignes aériennes déja en place anciennes et désuettes… Aménager le réseau THT permet d’être plus cohérent…économique en énergie et ce n’est pas un but de destruction écologique gratuit… « alors si plantait là une belle ligne THT pour faire c… le contribuable. NON aujourd’hui l’obligation est faite de réduire les Km de lignes aériennes par l’utilisation de… Lire plus »
    Pasnaif
    Invité
    Les pyrénéens ne veulent pas THT aérienne, ceux de Provence pas de THT sur le Verdon, les bretons pas de centrale nucléaire. Qui va en payer les conséquences et les sur-coûts? Du fait de la « Fraternité » ce sont les français qui payeront et surtout les classes laborieuses au dessus du minimum vital. « Je suis écolo, donc pas de ça chez moi ou dans ma région », je suis donc un égoïste drapé dans ma dignité d’écologiste. Si les générations qui nous ont donné le jour s’étaient comporté de même nous n’aurions ni THT, ni trains, ni grandes routes, ni aéroports et… Lire plus »
    Pasnaif
    Invité
    Comme l’Espagne ne produit que 85% de ses besoins électriques, ell doit importer ou construire de nouvelles centrales à combustibles carbonés, puisque le nucléaire y est « interdit », enfin pour le moment. On voit bien l’inutilité du « tout éolien » espagnol (il s’agit bien d’un « tout éolien » car tous les oeufs de construction électrique sont mis dans le seul panier éolien). Comme disait un autre intervenant quelque part, au delà du 5% que l’éolien peut fournir, quelle est la solution pour les 95% restant à fournir en toutes circonstances? On voit bien que cette ligne THT va d’abord servir l’Espagne à acheter… Lire plus »
    Guydegif(91)
    Invité
    Pour commencer petite info pour Pasnaïf: l’Espagne a au moins 3 centrales nucléaires car j’ai rencontré ses agents venus en formation chez nous! Demandez à Framatome qui a été leur Ingéniérie. Certes ils n’ont pas de  »EDF » càd d’organisation nationale permettant d’optimiser les échanges de savoir-faire et de contrôle et ils le regrettent bien. Chacun dans son coin c’est bien beau, mais on découvre aussi la roue plusieurs fois, avec tout ce que ça engendre! je ne sais pas quel % de leur prod élec. est Nuc. mais ce n’est pas 0 ! Ils boostent leur éolien et leur PV.… Lire plus »
    Dan
    Invité
    Afin d’y voir plus clair, voici quelques chiffres extraits des bilans de l’UCTE (Statistical Yearbook UCTE 2006 page 36) il s’agit des échanges physiques d’électricité en 2006. La production globale est de 268,2 TWh. La consommation globale est de 259,7 TWh. Le bilan est donc positif. Cependant, en même temps, ils exportent 11,8 TWh et ont besoin de 5,3 TWh de pompage, ce qui explique les 9,1 TWh d’importation. La particularité de l’Espagne est de beaucoup alimenter son voisin le Portugal et le Maroc. En revanche, vis à vis de la France son solde annuel est importateur (voir page 39).… Lire plus »
    Dan
    Invité
    Pour l’Espagne, la production 2006 de 268,2 TWh se décompose ainsi : Thermique nucléaire = 57,4 TWh (21,4 %) Thermique conventionnel = 149,2 TWh (55,6 %) Hydraulique = 29 TWh (10,8 %) EnR = 26,5 TWh (9,9 %) dont 22,6 TWh d’éolien (8,4 %) Ils ont au moins une centrale nucléaire bien visible pour les vacanciers puisque située en bord de mer à 200 kms au sud de Barcelone à Vandellos (pique-nique possible à proximité !). Du point de vue de la pollution, cela donne 148 millions de tonnes de CO2 (source CARMA) soit 3 fois plus que la France… Lire plus »
    jake
    Invité
    Il me semble important d’insister sur deux points essentiels dans ce débat sur les choix énergétiques : – un point sur lequel j’ai déjà écrit 1 ou 2 commentaires : y a-t-il une solution énergétique qui se dégage nettement par rapport aux autres ? y a-t-il une solution qui se suffit a elle seule ? si certains pensent que cela existe alors il faut dissiper tout de suite le voile qui cache cette merveille et nous expliquer comment ça marche. Si cette solution miraculeuse n’existe pas, alors il faudra bien nous résoudre à ne pas faire les difficiles, prendre ce… Lire plus »
    Dan
    Invité
    Réponse pour Jake : 1er point : A la question : Y-a-t-il une solution qui se suffit à elle seule ? la réponse est évidemment non, a fortiori si on raisonne au niveau mondial et tous secteurs confondus. Cependant, les situations sont très contrastées entre les un peu plus de 200 pays du monde. Les solutions idéales pour l’Islande n’ont rien à voir avec celles d’Israël ou du Brésil. On peut donc parier que toute la palette des solutions sera mise en œuvre à des degrés divers et en tenant compte du passé. On ne rasera pas tout pour créer… Lire plus »
    jake
    Invité
    Pour Dan, Quelques remarques : Pour la génération IV je reprends votre lien vers le CEA, je cite : Un réacteur de génération IV a bien besoin de 15 à 20 tonnes de Plutonium, il faut donc au minimum 60 ans de fonctionnement d’un REP pour obtenir cette quantité. Je cite à nouveau le CEA : Donc l’utilisation du MOX limite bien le développement futur de la génération IV. C’est bien beau de multiplier par 50 (sur le papier) les ressources en uranium, encore faut il avoir suffisamment de Pu pour les démarrer.Une brève sur Enerzine citait même le cas… Lire plus »
    Dan
    Invité
    Quelques réponses : Pour la génération IV, il faut bien évidemment une stratégie de mise en route et une montée en puissance progressive du parc en cohabitation avec d’autres types de réacteur (REP notamment). On trouve quelques articles à ce sujet en cherchant « nucléaire durable ». Nous avons plusieurs dizaines d’année pour trouver la solution. Pour l’analyse des imports-exports d’électricité, la source RTE est bonne, mais, comme je l’ai déjà mentionné, l’analyse est compliquée. Si on reprend les chiffres des bases de données « réalisation de la production » et « consommation » pour 2007 et qu’on les compare heure par heure et sur 365… Lire plus »
    Pauvre con
    Invité

    PRINCIPE DE PRECAUTION. NE PAS JOU2 AVEC LA SANT2 DES GENS. RESPECTER LE BIEN ET LA VIE DES AUTRES.pour moi ce la me parrait primordiale je félicite la décision d’enterrer car elle est la meilleur pour se qui tout les jour viverront a côté de ses ligne et en subiront les conséquence

    Marco7468769
    Invité
    La ligne à très haute tension passera notamment par des terrains que détiennent des propriétaires et des exploitants agricoles, donc RTE a décidé d’avoir pour objectif de construire une relation de confiance et de respect mutuel avec ses interlocuteurs, fondé sur un diagnostic pertinent du territoire et une véritable écoute. Pour cela, depuis 1970, plusieurs accords ont été signés par EDF, l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture (APCA), la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA) et le Syndicat des Entreprises de Génie Electrique (SERCE). Ces accords visant à limiter les contraintes résultant de la présence des ouvrages et des travaux,… Lire plus »
    dede29
    Invité

    A mon avis Borloo sera enterré avant la ligne ! Car il faudra encore l’accord des finances .

    wpDiscuz