La NRC valide la sûreté de l’EPR face au risque de chute d’avion

A l’issue de l’inspection de la documentation d’Areva relative à la résistance de l’EPR à la chute d’un grand avion gros porteur, l’autorité de sûreté nucléaire américaine** a conclu à la pleine conformité du réacteur avec les exigences fédérales.

C’est la première fois qu’une évaluation de ce type ne fait l’objet d’aucune demande d’examen complémentaire.

"L’EPR satisfait aux exigences les plus élevées en termes de sûreté et de sécurité. L’approbation de la NRC, autorité de sûreté de référence, est une nouvelle confirmation de la pertinence de sa conception", a souligné Tom Franch, directeur des activités Réacteurs et Services d’Areva.

Selon le géant français du nucléaire, avec 6 unités en construction ou planifiées dans le monde, "l’EPR bénéficie d’un retour d’expérience sans équivalent qui va grandement faciliter la réalisation des futurs projets."

En cours de certification aux Etats-Unis, l’EPR a déjà été certifié en Finlande, en France, en Chine et au Royaume-Uni.

** NRC : Nuclear Regulatory Commission

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "La NRC valide la sûreté de l’EPR face au risque de chute d’avion"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Samivel51
Invité

Sait-on si cette certification considere la chute d’un avion gros porteur (avec les reservoirs pleins de carburant)? Je suppose que oui? J’imagine que les Statois sont particulierement consients de ce type de risque et qu’ils n’ont pas fait cette etude a la legere.

energiestr
Invité

Encore heureux que les futures centrales résistent à une chute d’avion. Ce qui est inadmissible, c’est que les centrales actuelles ont été conçues sans tenir compte de ce risque (plus précisément le risque pris en compte était la chute de petits avions, alors que les gros porteurs existaient déjà). Dire qu’elles vont encore fonctionner plusieurs décennies : touchons du bois ! Cela montre la très grande légèreté des concepteurs et des régulateurs face aux risques importants mais peu probables. Conséquences : Tchernobyl, Fukushima, mais aussi World Trade Center et Concordia.

christiana
Invité

Un document confidentiel diffusé par Sortir du nucléaire montre que EDF a fait des calculs qui montrent qu’un gros porteur ne détruirait pas l’enceinte. De plus, il est très difficile de viser précisément une cible avec un tel engin.

wydocq
Invité

La réponse est la mise en place de missiles sol/air à proximité des centrales nucléaires pour détruire tout appareil qui s’en approche sans montrer patte blanche. C’est dans le cadre de vigipirate. Dommage en cas de civils dans ces avions mais d’une façon comme d’une autre ils sont condamnés.

christiana
Invité

“La réponse est la mise en place de missiles sol/air à proximité des centrales nucléaires pour détruire tout appareil qui s’en approche sans montrer patte blanche.” Vraiment? Source?

wpDiscuz