La première éolienne flottante testée au large des côtes françaises

Sept partenaires, venant de quatre pays Européens, se sont réunis à l’Ecole Centrale de Nantes le 24 juin dernier pour inaugurer la nouvelle configuration de ce projet de recherche sur les éoliennes en mer flottantes.

La première éolienne flottante en France, FLOATGEN, sera ainsi testée au large du Croisic sur le site d’expérimentation en mer SEM-REV, avec une turbine de 2 MW.

L’objectif du projet FLOATGEN est de démontrer la faisabilité technique et la viabilité économique de l’éolien flottant, dans le but d’étendre le potentiel de développement de parcs éoliens en mer aux eaux profondes et disposant d’un meilleur gisement de vent. Le projet a également pour objectif de démontrer le fort potentiel de diminution des coûts de l’électricité produite par des parcs éoliens flottants.

Le projet évaluera la performance de la combinaison de l’éolienne et de la fondation flottante afin d’accumuler suffisamment d’expérience pour optimiser la performance de futurs projets utilisant cette technologie.

"Le projet a subi plusieurs changements, mais il est désormais prêt à tester le premier démonstrateur d’éolien flottant reposant sur une technologie 100% européenne” a souligné Mauro Villanueva, Directeur du Développement Technologique de Gamesa et coordinateur de FLOATGEN.

Lancé en janvier 2013, le projet FLOATGEN inclut maintenant l’Ecole Centrale de Nantes et son site d’expérimentation en mer SEM-REV dans le consortium.

"SEM-REV est une zone offshore de 1km² disposant de moyens de mesures océanographiques, d’un centre de recherche à terre, d’un câble électrique sous-marin à haute tension, d’un système de connexion sous-marin et d’une sous-station électrique connectée au réseau national. Aujourd’hui, le site SEM-REV est complètement opérationnel en termes d’autorisations, ce qui correspond parfaitement au planning du projet FLOATGEN" a expliqué Christian Berhault, directeur de SEM-REV. Le financement de ce projet a été assuré dans le cadre du Contrat de Projets Etat Région 2007-2013, avec une forte contribution de la Région Pays de la Loire.

Le démonstrateur de 2 MW utilisera la technologie « Damping Pool® » brevetée et développée par la société française IDEOL. Il s’agit d’un flotteur de surface, en forme d’anneau rectangulaire, relativement compact, à faible tirant d’eau et au comportement hydrodynamique extrêmement performant, permettant de réduire significativement le coût de l’éolien flottant. Le puits central situé à l’intérieur du flotteur est conçu et dimensionné pour permettre l’amortissement des mouvements du flotteur, grâce aux phénomènes de ballotement de l’eau retenue à l’intérieur, et ainsi de réduire les mouvements induits sur la turbine.

** Le consortium compte désormais 7 partenaires européens, composé au niveau industriel par Gamesa, un fabricant mondial de turbines éoliennes, en coopération étroite avec IDEOL, le fournisseur de la fondation flottante, la contribution de l’Université de Stuttgart soutenue pour les activités de monitoring, pour les études d’impact environnemental et la communication par FRAUNHOFER-IWES et le GROUPE RSK, (biologie marine), ZABALA, société de conseil ainsi que l’Ecole Centrale de Nantes pour la réalisation des tests en mer sur son site d’expérimentation SEM-REV.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "La première éolienne flottante testée au large des côtes françaises"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Energie+
Invité

On ne peut que lui souhaiter bien meilleure chance que l’hybride éolienne/hydrolienne SKWID (Savonius Keel and Wind Turbine Darrieus), le “calamar” de Mitsui Ocean Development & Engineering Co (MODEC), plus petite, qui a bêtement coulé en octobre 2013 en début de tests mais qui pouvait être intéressante dans certains cas et dont le projet à priori n’est pas clos. En bien plus petite encore la “Gwind” norvégienne s’est mieux comportée, y compris dans les fortes tempêtes !

Guydegif(91)
Invité

Bon Vent à FloatGen ! 2 MW en éolien flottant, voilà un joli proto pour validation de cette techno prometteuse car moins problématique en eaux profondes, sans interférence avec les fonds marins, donc opérable en zone granitique ou délicate à préserver, et moins onéreuse à terme ! Good Luck ! A+ Salutations Guydegif(91)

Sonate
Invité

N’oubliez pas que les éoliennes flottantes doivent tout de même être ancrées.

Guydegif(91)
Invité

Bonjour, L’article en réf. étatit de Juillet 2014. Quasiment 1 an plus tard, Où en est FloatGen en avril 2015? REX? Merci à Enerzine de faire un point et de nous dire ! A+ Salutations Guydegif(91)

clay
Invité

Le site Enerzine est riche d’informations intéressantes. Il est toutefois regrettable que les DATES des articles ne paraissent pas plus clairement.

Guydegif(91)
Invité

Où en est-on 1 an après l’article ? Merci de nous faire un état des lieux juillet 2015 sur les avancées et 1ers résultats ainsi que étapes et échéancier à venir. A+ Salutations Guydegif(91, 68 et 30)

Guydegif(91)
Invité

”Publié le 16/07/2014 à 09:05” Et depuis, quelles sont les News? Merci de nous dire A+ Salutations Guydegif(91)

Guydegif(91)
Invité

Cherchant à en savoir plus sur le projet FloatGen,….leur site s’est un peu endormi, MAIS, heureusement qu’IDEOL, le partenaire fraçais du consortium est bien vivant et donne des News: Ouf ! A suivre en 2016 pour la MeS du site-test-2MW en face du Croisic ! A+ Salutations Guydegif(91)

wpDiscuz