La production d’hydrogène à partir de bactéries

Une nouvelle technologie "verte" vient d’être développée par la collaboration des scientifiques de l’Agricultural Research Service (ARS) et de l’université de l’état de la Caroline du Nord : North Carolina State University (NC State). Cette découverte est la production d’hydrogène à partir de bactéries fixatrices d’azote.

(…) Les bactéries fixatrices d’azote jouent un rôle clé déjà bien connu dans l’agriculture. Elles vivent dans le sol et sur certaines racines de plantes, leur rôle est de convertir l’azote de l’air sous une forme chimique que les plantes peuvent utiliser pour se développer. Trois processus de base sont impliqués dans le recyclage de l’azote: la fixation de l’azote diatomique N2, la nitrification et la dénitrification. C’est lors de la réaction de nitrification qu’il y a production d’hydrogène.

L’équipe de chercheurs a développé une méthode qui utilise un agent de sélection pour identifier ces souches de bactéries productrices d’hydrogène. L’agent de sélection permet d’identifier une souche bactérienne sans qu’il soit nécessaire de faire un séquençage génomique ou de faire des modifications génétiques.

Grâce à cet agent de sélection, les scientifiques ont pu identifier un gène qui inactive la capacité d’absorption de l’hydrogène ce qui permet ainsi à l’hydrogène produit d’être libéré. Cet hydrogène produit peut alors ensuite être capturé et utilisé comme un combustible ayant pour seul sous-produit de la vapeur d’eau.

Les chercheurs Paul Bishop et Telisa Loveless de l’ARS, Jonathan Olson et Bruno-José Bárcena de l’université de Caroline du nord ont déjà déposé le brevet et continuent à travailler sur la mise au point cette nouvelle technologie d’énergie propre.

[src : BE Etats-Unis numéro 133 (12/09/2008) – Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/55928.htm]

[Corrigé le 16/09 à 11:21]

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "La production d’hydrogène à partir de bactéries"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guydegif(91)
Invité

Bonne piste! Très intéressant ! ya+ka amener à échelle industrielle avec rendements et prix raisonnables dans un temps pas trop lointain. C’est le gros pb de l’H2: ETA 2020 c’est un peu trop frustrant, trop loin…Faut que le ”Bouquet de Solutions EnR et DD” s’étoffe avant. Faudrait qq chiffres concrets sur les travaux et les perspectives des ARS et NCS teams ! Enerzine svp Merci de nous dégoter ça.A+ Salutations Guydegif(91)

Znarf
Invité

Merci MM les journalistes de faire un effort sur l’ orthographe.Ca fait toujours tache de voir des erreurs d’ accord comme les infinitifs et les participe passes. Je ne parle pas de fautes d’ accentuation car moi meme etant a l’ etranger je tape sur un clavier (pardon Christian) QWERTY sans accentuation.Encore un petit effort, merci.

bk2000
Invité

D’accord avec vous, mais alors il faut commencer par balayer devant sa porte : il manque un “s” à “participes”; les points sont toujours suivis d’un espace; les apostrophes non. Encore un petit effort…  😉

Of92
Invité

Et très prometteur! J’espère que ce sera compatible avec la technologie biomass afin daugmenter son rendement

Jeep
Invité

En matière de typographie, “espace” est féminin : une espace ; donc, la langue soutenue demandait d’écrire : les points sont toujours suivis d’une espace.  À balayeur, balayeur et demi (j’espère que l’accent grave sur le A majuscule est bien passé).

wpDiscuz