Enerzine

La recherche se penche sur l’avenir de la biomasse

Partagez l'article

L’INRA coordonne avec l’IFP et le Cirad l’atelier de réflexion prospective ANR VégA : Quels végétaux et quels systèmes de production durables pour la biomasse dans l’avenir ?

A la suite de l’appel à projets initié par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), le projet coordonné par l’INRA avec l’IFP et le CIRAD a été financé, sous l’intitulé : « VégA : Quels végétaux et quels systèmes de production durables pour la biomasse dans l’avenir ? ».

Cet atelier de réflexion prospective, d’une durée de 2 ans, mis en place dans le cadre de l’ANR, produira un état de l’art directement utilisable par les acteurs publics et privés et devra proposer des pistes de recherche.

Il a pour finalité d’identifier des espèces végétales, plantes annuelles ou pérennes ou micro-algues, et des systèmes de production qui répondent aux demandes des nouvelles filières énergétiques et de la chimie et qui soient compatibles avec des objectifs de durabilité, en tenant compte de tous les intrants et des bilans écologiques complets.

Toutes formes de valorisation de la biomasse seront envisagées : biocarburants, chimie du végétal, combustion directe pour la production d’énergie, biomatériaux …

Selon l’Inra, la valeur ajoutée de VégA résidera dans :

  • l’ampleur et la qualité du vivier d’experts mobilisé (plus de 150) qui rassemble des spécialistes en biologie, biotechnologies végétales et microbiennes, physico-chimie, génie des procédés, qualité et utilisation des produits, conception et évaluation des systèmes de production, écologie et analyse des cycles de vie, et sciences économiques et sociales.
  • la diversité des 20 partenaires rassemblés : établissements publics de recherche et établissements d’enseignement supérieur, fédérations professionnelles, industriels et associations : R&D agricole et forestière, filières produisant de la biomasse, entreprises semencières, producteurs d’énergie et industries chimiques, protection de l’environnement.
  • la prise en compte, d’une part, des productions métropolitaines et tropicales et, d’autre part,  d’une vision mondiale des productions de biomasses végétales à utilisation énergétique ou pouvant  alimenter la chimie industrielle.
  • son ouverture, par la mise en place d’outils collaboratifs, d’un site WEB et d’un système de gestion des connaissances et par l’organisation de trois assemblées générales largement ouvertes.

Les partenaires

Les partenaires de VégA couvrent aussi bien les plantes cultivées que les arbres forestiers et les micro-algues, ainsi que les différentes filières d’utilisation agricole et industrielle de la biomasse. Certains possèdent un réseau international qui devrait faciliter la mise en perspective des travaux de VégA et l’exploration de la diversité naturelle végétale non encore utilisée à des fins chimiques ou énergétiques.

Parmi eux, on trouve :

  • Des établissements publics de recherche qui ont une expertise disciplinaire ou pluridisciplinaire dans un ou plusieurs champs de VégA : CEA, CIRAD, CNRS, IFP, IFREMER et INRA ;
  • Des établissements d’enseignement supérieur qui ont eux aussi une expertise dans le champ de VégA et qui tireront parti de l’atelier pour leurs formations : AgroParisTech, INPT-ENSIACET, INSA-Toulouse et Université de Nantes ;
  • – Des centres techniques impliqués dans des actions de R&D dédiées à des filières particulières : pour les filières agricoles, l’ACTA est partenaire de VégA en tant que structure nationale de coordination du réseau des instituts et centres techniques agricoles (ICTA) ; les compétences de ces ICTA seront ainsi mises à disposition de l’atelier avec des correspondants dans 6 instituts techniques agricoles : ANITTA (tabac), Arvalis, institut du végétal (céréales), CETIOM (oléagineux), IDF (forêt), ITEPMAI (plantes à parfum, médicinales et aromatiques), ITL (lin) ; dans le secteur forêt-bois-papier, FCBA (centre technique industriel récemment issu de la fusion de l’AFOCEL (forêt-cellulose) et du CTBA (bois et ameublement) est également partenaire ;
  • Des acteurs publics comme le GEVES (Groupe d’Etude et de Contrôle des Variétés et des Semences), acteur majeur pour la filière semences qui intervient dans les procédures d’inscription officielle de nouvelles variétés et de certification des semences, ou encore dans un autre domaine, l’ADEME, qui intervient comme une agence d’objectifs dans les domaines de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie ;
  • Des industriels et des producteurs représentés par des structures professionnelles fédératives ou associatives ou des leaders ouverts sur l’international : France Biomasse Energie (FBE, qui fédère des producteurs d’énergie et des représentants des filières agricoles et forestières, et en particulier la coopération agricole et forestière), Limagrain (en tant que leader national du marché des semences), Sofiprotéol (en tant qu’établissement financier de la filière oléoprotéagineuse française, gestionnaire d’un pôle « trituration et raffinage » et d’un pôle « non alimentaire »), l’Union des Industries Chimiques UIC, l’association « chimie du végétal » qui regroupe les acteurs majeurs de l’agro-industrie et de l’industrie chimique comme Roquette, Rhodia, BASF ou Arkema ; mais aussi les pôles de compétitivité principalement concernés, en particulier le pôle "Industrie et AgroRessources" ;
  • Deux réseaux d’associations concernées par les changements climatiques et les impacts environnementaux de l’agriculture : Réseau Action Climat – France et France Nature Environnement.

Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    2 Commentaires sur "La recherche se penche sur l’avenir de la biomasse"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Guydegif(91)
    Invité

    Excellente initiative et association de matière grises d’origines diverses et complémentaires ! Tout pour réussir, a priori. Mots clés: Objectifs et Agenda ! RdV est pris pour mai 2010 pour bilan et résultats ! Attention avec tous ces atouts à ne pas vous faire manger par la réunionite ! Bonne route ! Bon vent et Bon courage ! A+ Salutations Guydegif(91)

    Guydegif(91)
    Invité

    Bonne route au bébé VégA ! avec tous les parrains ci-dessus il est bien entouré. Vu les CV des gens autour de la table il y a moyen de faire du bon boulot. Attention cependant à la réunionite ! Côté  »bon exemple » le site de Choren mérite un détour; L’usine plote tourne. La 1ère usine à échelle indutrielle prévue pour 2009. A voir pour s’en inspirer. A bon entendeur. A+ Salutations Guydegif(91)

    wpDiscuz