La Région PACA doit renforcer son réseau électrique

RTE aménage son réseau pour accueillir des nouveaux producteurs d’électricité et renforcer l’alimentation électrique des Bouches-du-Rhône.

La région PACA est une région fortement importatrice d’électricité, qui consomme aujourd’hui le double de l’énergie électrique qu’elle produit. Ce paysage énergétique pourrait se modifier significativement d’ici quelques années, conduisant RTE à adapter son réseau pour faire face à ces nouveaux enjeux.

En effet, dans les deux principales zones industrielles de Ponteau-Lavera et Fos-sur-Mer, des acteurs majeurs de la métallurgie et de la pétrochimie souhaitent réduire les rejets de leurs installations thermiques et se doter de capacités de production d’électricité.

Par ailleurs, le département des Bouches-du-Rhône offre des possibilités pour le développement de l’énergie éolienne et, plus encore, pour l’accueil de fermes solaires photovoltaïques de grande capacité. Ainsi, depuis plusieurs mois, sur le pourtour de l’étang de Berre, des projets de création de centrales au gaz naturel ou de parcs éoliens sont en cours d’instruction ou de réalisation. RTE a également été saisi de nouvelles demandes d’études pour des projets de fermes solaires.

La mise en service de ces différents projets de production d’électricité, qui devrait intervenir progressivement entre 2009 et 2013, représente une puissance globale de plus de 3000 mégawatts. Or la capacité d’accueil du réseau électrique existant est actuellement limitée à 1800 mégawatts en raison d’un goulet d’étranglement situé sur la commune de Martigues, explique le gestionnaire.

Pour RTE, la possibilité d’assurer le raccordement de ces projets au réseau public de transport d’électricité constitue un enjeu majeur tant pour assurer l’équilibre national de l’offre et de la demande d’électricité à long terme, que pour renforcer la sécurité d’alimentation électrique de l’ouest de la région PACA.

Pour les producteurs eux-mêmes, le raccordement au réseau public de transport d’électricité se situe sur le chemin critique de leur projet. En effet, les délais de réalisation d’une ferme éolienne ou solaire ou d’une centrale au gaz naturel sont inférieurs aux délais d’instruction administrative et de réalisation d’un projet de ligne électrique à très haute tension.

Pour faire face à ces enjeux, RTE a décidé d’aménager son réseau en créant un nouveau poste électrique à 400 kilovolts pour desservir la zone industrielle de Ponteau-Lavéra et en raccordant ce poste aux ouvrages électriques à 400 kilovolts existants par une nouvelle portion de ligne d’environ 4 km sur la commune de Martigues. Pour la zone industrielle de Fos-sur-Mer, un échelon à 400 kilovolts sera créé dans le poste existant de Feuillane. Ces différents aménagements devraient être réalisés en 2011.

Dans la conception de ce projet, RTE dit avoir porté une attention particulière à la préservation de l’environnement et des paysages. Ainsi, le projet permettra de supprimer trois lignes à 225 kilovolts, soit environ 12 km cumulés, dans la plaine de Saint-Pierre à Martigues. Par ailleurs, des mesures de protection de la flore sauvage ont été proposées et approuvées par le Conseil national de protection de la nature. Enfin, RTE annonce qu’il financera des mesures de sauvegarde des ruines du château de Ponteau, inscrit comme monument historique.

L’ensemble des travaux RTE sera soumis à enquête publique qui sera ouverte en mairies de Martigues et de Fos-sur-Mer du 29 septembre au 31 octobre 2008 inclus.

L’étude d’impact est consultable sur le site de RTE

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz