La Réunion crée sa propre filière de biocarburants à base de micro-algues

Dotée d’un environnement naturel et climatique exceptionnel, La réunion s’est engagée fortement à limiter le recours aux énergies fossiles, avec pour objectif d’atteindre 100% d’autonomie énergétique d’ici 2030.

En effet, ses ressources naturelles en font un territoire d’excellence pour le développement des énergies renouvelables (ENR) : énergie solaire, énergie éolienne, énergie de la houle, énergie thermique des mers, hydrogène, bagasse… (voir infographie ci-dessous)

Un accord pour le développement d’une filière de biocarburant de 3ème génération vient d’être signé entre l’Agence Nexa, l’Agence Régionale de Développement d’Investissement et d’Innovation Bioalgostral, premier centre européen de production d’algocarburant et Séchilienne-SIDEC, leader français de la valorisation de la biomasse.

La Réunion crée sa propre filière de biocarburants à base de micro-algues

A travers ce partenariat, le projet en R&D de Bioalgostral a pour ambition de créer une véritable filière de biocarburant 100% réunionnaise. La production de ce biocarburant se réalisera principalement à partir des micro-algues, issues d’un processus de valorisation des déchets locaux (stations d’épuration, effluents d’élevage, CO2 industriel…). Les micro-algues ainsi récoltées seront ensuite traitées par extraction pour produire le biocarburant. L’utilisation de cette technologie innovante a été développée en partenariat avec le leader mondial de la culture des micro-algues, la société allemande IGV.

La Réunion crée sa propre filière de biocarburants à base de micro-algues

Par ailleurs, le Groupe Séchilienne-SIDEC travaille actuellement sur un projet de turbine capable d’utiliser des micro-algues en substitution du fuel léger. Ce projet pourrait voir le jour à La Réunion dès 2015. Selon le spécialiste français de la valorisation biomasse, "c’est une nouvelle preuve d’engagement dans la valorisation des biocarburants de 2ème et 3ème génération".

Ce projet collaboratif permettra également à Bioalgostral d’accéder à de nouveaux débouchés économiques et industriels et ainsi de favoriser la création d’emploi à La Réunion : soit 200 nouveaux emplois d’ici 2020, d’après Laurent Blériot, Président de Bioalgostral.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "La Réunion crée sa propre filière de biocarburants à base de micro-algues"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guydegif(91)
Invité
Oui à cette démarche volontaire ! En complément du CSC ailleurs ! En substitut du fuel lourd et autre brülé dabns les Centrales Thermiques du Port ou autres sur le 974 ! A côté de ça, 2 autres pistes biomasse à explorer dans le 974: –> BioCoal pour co-combustion avec charbon dans les Centrales Thermiques charbon, à Bois Rouge et Le Gol en période hors bagasse càd hors saison cannes à sucre —> BioChar pour amendement des sols de culture et séquestration du CO2 capturé par photosynthèse pendant la pousse d’arbres et autres Pour les férus de Google, trouver ”BioCoal”,… Lire plus »
Pas naif
Invité

Si la biomasse (stockable) peut épauler les renouvelables erratiques en temps réel malgré un poil de fuel de-ci de-là, alors bravo.

Tech
Invité

je suis pour le développement des ENR, et dans le cas des iles, cela me parait essentiel! mais là je subodore un financement tirant partie des super lois française sur les aides à la R&D. pourquoi pas, mais ils faudrait contrôler l’amélioration des rendements et leur viabilité sans les primes!

Stephsea
Invité
La Réunion s’est fait une belle réputation de pompe à fric sur différent thèmes, du moment que c’est de la bonne subvention bien grasse et bien velue venue de métropole et d’Europe, comme par enchantement. Et oui, ils ont à La Réunion des enchanteurs très puissants, des magiciens capables de faire pleuvoir des EUros sur tout ce qui ressemeble deprès ou de loin à une “initiative”… Et pourtant, ils ont un potentiel ENR et EMR fantastique! Encore faudrait il que la corruption laisse un peu de place à l’entreprise, la vraie. C’est probablement le prix à payer pour garder ces… Lire plus »
Stephsea
Invité
La Réunion s’est fait une belle réputation de pompe à fric sur différent thèmes, du moment que c’est de la bonne subvention bien grasse et bien velue venue de métropole et d’Europe, comme par enchantement. Et oui, ils ont à La Réunion des enchanteurs très puissants, des magiciens capables de faire pleuvoir des EUros sur tout ce qui ressemeble deprès ou de loin à une “initiative”… Et pourtant, ils ont un potentiel ENR et EMR fantastique! Encore faudrait il que la corruption laisse un peu de place à l’entreprise, la vraie. C’est probablement le prix à payer pour garder ces… Lire plus »
Ray
Invité

80 grammes par m2 et par jour cela fait 800 kg par hectare et par jour de microorganismes. Hypothèse: 50% d’huile contenue, on arriverait à 400 kg d’huile par hectare et par jour soit autour de 3 barils/jour. Il va en falloir des hectares pour alimenter l’île… et à quel prix pour amortir les investissements de marais, de récolte et de traitement minimum avant brûlage Un raffinerie de pétrole moderne traite 400 mille barils/jour.

wpDiscuz