La Réunion intégre dans son réseau un peu plus d’énergies renouvelables

A l’occasion de son déplacement sur l’île de La Réunion, Jean-Bernard Lévy, PDG du Groupe EDF, a félicité les équipes pour leur engagement en faveur de la transition énergétique et le développement de solutions innovantes pour l’économie bas carbone.

Il a ainsi annoncé que La Réunion est désormais en mesure d’intégrer davantage d’énergies renouvelables et d’atteindre, pour la 1ère fois en France, un taux d’énergies intermittentes instantané de 32%.

Cette avancée est permise par les performances de la batterie EDF de Saint-André d’une puissance d’1 MW, l’un des plus gros stockages d’énergie existant en Europe. De technologie sodium-soufre (NaS), cette batterie permet de corriger les écarts et les chutes brutales de production des parcs photovoltaïques et éoliens. En repoussant la limite de sécurité à 32%, EDF pourra diviser par 3 en 2016 le nombre de jours de déconnexion des producteurs d’énergies renouvelables. L’énergie perdue par la collectivité sera ainsi réduite de 80%.

Afin de progresser encore dans cette voie, EDF prépare l’implantation, avec des partenaires, d’un parc de batteries de forte capacité (5 MW).

Parallèlement, pour répondre aux besoins de l’île, EDF et le syndicat d’électrification de La Réunion (SIDELEC) ont lancé un projet de micro-grids 100% solaires à Mafate, au coeur du parc naturel de La Réunion, dans un site particulièrement isolé. Ce projet offre aux habitants des solutions autonomes d’accès à l’énergie, associant des équipements photovoltaïques à une technologie de batteries à hydrogène.

L’île de La Réunion est un territoire d’excellence et d’innovation, engagé dans la transition énergétique depuis une dizaine d’années. Les énergies renouvelables y représentent aujourd’hui 36% de la production électrique et d’importants progrès ont été réalisés en matière d’efficacité énergétique. EDF développe des actions pour faciliter l’accès aux équipements éco-efficaces, via notamment ses offres Agir Plus ou les campagnes « Ecosolidaires » menées en partenariat avec la Région et les CCAS.

"La démarche d’EDF à La Réunion s’inscrit pleinement dans le cadre de la stratégie CAP 2030 du Groupe pour promouvoir une énergie bas carbone dans les territoires. Les progrès réalisés dans l’efficacité énergétique et le stockage sur l’île sont essentiels pour intégrer dans nos réseaux davantage d’énergies intermittentes. Je salue également le développement de solutions de production décentralisées et innovantes, qui répondent aux besoins de l’ensemble de nos clients." a déclaré Jean-Bernard Lévy, Président-Directeur général du Groupe EDF.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "La Réunion intégre dans son réseau un peu plus d’énergies renouvelables"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Tech
Invité

un bel exemple qui démontre tout l’intérêt du stockage. et que ceux qui sont prêts à critiquer le prix de la batterie me donnent le coût de 3 jours d’interruption (les malades dépendants de systèmes électriques vous remercient!) et la valeur des 80% non perdus!

Pastilleverte
Invité

un bon groupe électrogène, sur quelques jours dans l’année… Bon sérieusement, si il y a bien des régions/pays qui pourraient et devraient produire plus d’enr, ces sont des îles tropicales de préférence volcaniques. En combinant, soleil, vent, hydro, mer, biomasse et géothermie, lesquels sont plus ou moins complémentaires côté intermittence, c’est bien la moindre des choses d’atteindre 32% en “instantané” (? moyenne annuelle ?), quand on est à environ 18% en métropole en région tempérée; Et le stockage bien sur (vous aviez aimé les lignes HT, vous allez adorer les XXX containers, excellents supports pour les tags)

6ctsimple
Invité
Vous avez lu certainement un peu vite. Dans les îles, le gestionnaire de réseau est autorisé à déconnecter des producteurs type PV lorsque la proportion de production renouvelable intermittente dépasse 30% de la consommation (par exemple si la conso en milieu de journée est de 400MW ce qui doit être un ordre de grandeur correct à la Réunion et que la production PV dépasse 120MW). C’est une mesure destinée à garantir la stabilité du réseau (justement pour éviter des black-out et les problèmes de malades que vous évoquez! Les 80% non perdus, ce sera les 80% de cette production effacée,… Lire plus »
Nature
Invité

La géothermie semble ici (comme ailleurs) réduite à la portion congrue , pourtant avec elle on ne redoute pas l’intermittence de l’éolien ou du solaire ;

Tech
Invité

oui , j’avais rapidement lu en diagonale pour les 80% mais pour ceux qui connaissent mafate par exemple et le cout pour y apporter des carburants, on voit qu’une solution microgrid et batterie aurait énormément de sens. et pour pastille avec son groupe, il est bien malin si il sait ou les intempéries vont couper le réseau!

6ctsimple
Invité
effectivement intégrer du renouvelable au-delà de 30% est possible. Suffit juste, comme par exemple le Danemark, d’être capable d’exporter plus de 30% de sa production ( quand le vent souffle) ou d’importer plus de 30% quand le vent ne souffle pas…La référence de Chelya à un “german grid operator” est très pertinente par rapport à la Réunion….( le lien ne fonctionne pas). Je pense que par exemple la Picardie (autre région française que la Réunion) pourrait être 100% renouvelable en bilan annuel sans vraiment trop de soucis…Encore une fois il s’agit juste d’exporter ses excédents et d’importer ses besoins. Donc… Lire plus »
6ctsimple
Invité

Tout ce que vous avez à faire c’est d’arrêter de subventionner les groupes fossiles d’EDF avec la CSPE et d’arrêter de subventionner les stations essence par des défiscalisation (les prix du carburant sont même fixés par le préfet…). Il est certain qu’interdire de facto le pétrole est un moyen puissant de pousser à la pénétration des renouvelables, et pas que dans les îles. Pas de problèmes, des solutions!

Sonate
Invité

Effectivement, la limite des 30% n’a jamais été justifiée techniquement et a été établie à une autre époque technologique, dépassée.

Pastilleverte
Invité

oui c’est vrai qu’avec des taxes sur les carburants représentant plus de 50% du prix de vente final (en France), on peut effectivement parler de “subventions”… Il suffit de lire avec les yeux de la (mauvaise) foi.

Verdarie
Invité

Tiens ! C’est maintenant EDF qui parle de stockage, bien sûr ils n’ont pas le même crédit que ce que je peux raconter ? Et j’ai pas vu Dan1 venir dénigrer ? “Dans les ïles le gestionnaire est autorisé à déconnecter les producteurs PV porsque la production Rn dépasse de 30%la consommation ?” Si la production DEPASSE la consommation, c’est bien qu’elle est excédentaire ! Stocker les excédants est donc bien une économie et pas une dépense ! Mais allez faire rentrer sa, dans la petite tête de piaf de 6ctsimple !

wpDiscuz