La Réunion va tester 50 véhicules électriques

Renault, EDF, GBH (Groupe Bernard Hayot), Total Réunion, GE Money et l’agence GERRI ont signé mardi une lettre d’intention sur l’expérimentation à La Réunion de 50 véhicules électriques associés à des infrastructures de charge principalement alimentées par des énergies renouvelables.

La déclaration d’intention signée par les six partenaires en présence de Nicolas Sarkozy, marque leur engagement dans le projet VERT (Véhicules Electriques pour une Réunion Technologique), pièce maîtresse du programme GERRI (Grenelle de l’Environnement à la Réunion – Réussir l’Innovation).

Cette déclaration d’intention définit le cadre d’une expérimentation qui devra permettre de tester, dans un milieu insulaire, des véhicules électriques associés à des infrastructures de charge alimentées par des moyens de production d’énergies renouvelables dédiés, notamment photovoltaïques. Ce projet devra démontrer que le bilan global d’émission de CO2 des véhicules électriques à la Réunion est meilleur que celui des véhicules thermiques ou hybrides actuels.

Le projet VERT vise également à expérimenter le déploiement d’un réseau d’infrastructures de recharge, dimensionné en nombre et en modes de charges (normale et rapide), afin de répondre aux besoins de déplacements sur un territoire de taille réduite. Il sera l’occasion de tester des offres spécifiques de mobilité électrique destinées tant aux flottes de véhicules d’entreprises ou d’administrations qu’aux particuliers.

Le retour d’expérience du projet pourrait être transposable à des pays ou régions présentant des similitudes quant aux systèmes électriques.

Le projet VERT fera l’objet d’un dépôt de dossier à un prochain AMI (Appel à Manifestation d’Intérêt) de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie).

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "La Réunion va tester 50 véhicules électriques"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Jcjacque
Invité

Quel besoin de tester le bilan global démissions C02 ? De nombreuses études montrent que ce bilan est positif avec le mix Européen, étrange raison vraiment. Qu’en pensez-vous ? JC

bmd
Invité

  peut-être parce que l’essentiel de l’électricité de la Réunion est produit pour l’instant par des centrales à fuel et des groupes électrogènes à faible rendement. La Réunion est le lieu idéal pour tester la capacité des ENR électriques à remplacer ce type de centrales.De plus, les distances n’y sont jamais très grandes, et la faible autonomie des V.électriques n’y est pas trop handicapante.Par contre la très forte desnité de population est quant à elle un gros handicap, car les capacités des ENR sont inversement proportionnelles à la densité humaine.

Pastilleverte
Invité

Lu dans un autre article que l’léctricité pour les bones de recharge proviendra en grande partie d’un “champs” de PV Plus généralement, une île comme celle là, volcanique et en région tropicale devrait pouvoir mixer de l’éolien, du solaire, de la géothermis, de l’ETM et de la biomasse. Je ne sais pas si la combinaison de toutes ces ENR, permettraient d’atteindre une autonomie énergétique de l’ordre de 50%, mais au doigt mouillé, ça devrait être possible; Qu’en pansez-vous ?

Dan1
Invité
Quand on parle de La Réunion, il faut consulter le site de l’ARER, c’est très didactique : Par exemple un document intéressant : Le problème, c’est que la réunion a été 100 % électricité renouvelable (hydraulique) et ne l’est plus (massivement fioul puis charbon) pour cause de développement ! Même “topo” en France, mais ça date un peu. Beaucoup d’autres pays vont suivre le même chemin s’ils se développent un tant soit peu (Ethiopie ? même population que l’Allemagne mais consommation d’électricité par habitant 100 fois inférieure). L’avantage, c’est que La Réunion semble avoir les moyens d’infléchir rapidement la tendance et revenir… Lire plus »
Dan1
Invité

Voici aussi un document très synthétique sur l’énergie à La Réunion.

wpDiscuz