La situation énergétique mondiale (et argentine)

Un rapport élaboré par le Comité des Sujets Energétiques du Conseil Argentin pour les Relations Internationales (CARI) intitulé "la situation des réserves d’hydrocarbures dans le monde, dans la région et en Argentine*" détaille ce que les pays développés sont en train de mettre en place avec les énergies alternatives et quel est le scénario argentin.

Le rapport signale que les biocombustiles sont les plus développés, mais qu’il sera difficile d’atteindre l’objectif fixé par l’Union Européenne pour le biodiesel et le bioéthanol qui devraient représenter 5,75% de combustibles liquides d’ici 2010.

Concernant l’énergie éolienne, le rapport rappelle que celle-ci est de plus en plus installée en Europe: le Danemark, l’Allemagne et l’Espagne ont installé un dispositif fournissant 28.000 mégawatts. En comparaison, les Etats-Unis disposent de 6 800 mégawatts et l’Inde de 3.000 mégawatts. Selon ce même rapport, d’ici 2010, l’Europe aura 10,6% (75.000 mégawatts) de son énergie produit par l’éolien. L’énergie solaire, pour sa part, est la moins développée et peu utilisée pour générer de l’électricité.

Du côté du nucléaire, le rapport fait état de 400 réacteurs à travers le monde dont 58 en France qui produisent 78% de l’électricité. Aux Etats-Unis, le nucléaire n’en couvre que 20% avec 105 installations. La Chine possède 9 installations et en installera 21 d’ici 2020.

Le rapport souligne qu’en Argentine, la situation des réserves de pétrole et de gaz naturel devrait être considérée comme prioritaire, d’autant plus que la grande majorité des Concessions d’Exploitations dans le pays seront caduques en 2016.

L’Argentine présente une répartition géologique du pétrole et du gaz qui intéresse peu les investisseurs internationaux. Ceci est d’autant plus visible dans les secteurs à haut et très haut risque où manquent les infrastructures ou encore en pleine mer. Depuis plusieurs années, aucun gisement nouveau n’a été découvert pour permettre un retournement de situation. Ceci a entraîné une réduction de l’activité d’exploitation et engendré par conséquence la grave crise énergétique qu’a connu l’Argentine.

Ces circonstances freinent l’investissement des entreprises pétrolières qui souhaitent explorer dans des niveaux toujours plus profonds ou dans des zones toujours plus dangereuses.

* Le rapport a été élaboré par Oscar A. Vicente, vice-président de Petrolera Entre Lomas S.A

 
BE Amérique Latine numéro 37 (24/09/2007) – Ambassade de France au Chili / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/51122.htm
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "La situation énergétique mondiale (et argentine)"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
virginie
Invité

Attention de ne pas confondre énergie et puissance. Les mégawatts auxquels vous faites allusion sont une unité de puissance, pas d’énergie. Les énergies se mesurent en watt-heure (Wh), 1 Wh étant l’énergie produite par une centrale ayant une puissance d’1 watt. Cela étant dit, cette confusion plus que classique ne change en rien le fond de l’article.

guy
Invité
Si cette confusion entre puissance installée (en W, MW, GW) et l’énergie fournie sur 1 an (en Wh, MWh, GWh, TWh) est grave. Elle est très généralement faite par les promoteurs de l’éolien. Et pour cause car les éoliennes ne fonctionnent en moyenne que le quart du temps. C’est ainsi que pour 72 000 MW d’éolien installés (en 2007) dans le monde l’énergie produite n’est que 0,75% de l’ensemble de l’énergie mondiale. Je ne suis pas contre les énergies renouvelables mais il est dangereux de faire croire que celles-ci vont résoudre les besoins énergétiques dans le monde. Je connais bien… Lire plus »
energeticien
Invité

la plupart des gens confendent les deux notion. en fait la puissance c’est la capacité de fournir ou de consommer une énergie dans un temps minimal. et pour plus de détail dans ce sujet je vous invite sur http://www.xxxxxxx.com

wpDiscuz