La stratégie de Renault pour réduire ses émissions CO2

Pour Renault, le véhicule 100 % électrique devient une solution incontournable. Plusieurs facteurs expliquent son engagement dans le véhicule électrique.

D’une part, une prise de conscience du réchauffement climatique lié aux émissions de CO2, ensuite le durcissement des législations vis-à-vis des émissions de CO2 mais aussi la hausse structurelle des prix du pétrole.

La croissance des besoins de mobilité urbaine devient également un facteur non négligeable, pour lequel le véhicule électrique constitue une solution efficace.

L’alliance Renault-Nissan développe une gamme complète de groupes motopropulseurs 100 % électriques qui couvrira la tranche de puissance de 50 kW à 100 kW (70 ch à 140 ch). Elle se destine à toutes les catégories de véhicules : des citadines aux berlines familiales en passant par les fourgonnettes et fourgons.

Les premiers groupes motopropulseurs 100 % électriques équiperont une berline tricorps et un véhicule utilitaire type Kangoo dès 2011.

"Le développement de véhicules électriques ne vise cependant pas à remplacer la totalité du parc automobile" selon le constructeur français. Pour la firme au losange, "le moteur thermique demeurera une solution appropriée pour de nombreux clients".

Pour réduire significativement les émissions de CO2, Renault travaille également en parallèle sur :

  • les fondamentaux du véhicule : masse, aérodynamique (SCx), frottements de roulement ;
  • la gestion de l’énergie électrique (recharge de la batterie durant le freinage et les décélérations) et thermique (le thermo-management qui accélère la montée en température du moteur) ;
  • les technologies transversales comme le stop & start, qui coupe automatiquement le moteur à l’arrêt ;
  • la généralisation du downsizing des moteurs thermiques (un moteur plus petit suralimenté par un turbocompresseur travaille avec un meilleur rendement), en essence comme en diesel. Notons que le potentiel de réduction de CO2 est aujourd’hui nettement plus important en essence qu’en Diesel.
  • des boîtes de vitesses à rendement amélioré, manuelles ou automatiques

 

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "La stratégie de Renault pour réduire ses émissions CO2"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Electrocar
Invité

oui,enfin renauld se décarcasse pour la voiture électrique .On en verra les premiers résultats dans 2 ,3 ou 4 ans .

marcob12
Invité
L’avenir du véhicule tout électrique serait royal si on en profitait pour diviser par 2 la masse des véhicules en ayant recours aux composites. Les batteries sont en effet une composante importante du prix et l’énergie consommée est proportionnelle à la masse à déplacer. La plupart des consommateurs veulent les berlines actuelles avec le volume disponible et les performances routières mais pas le prix associé aux puissantes batteries indispensables pour les propulser. L’équation est connue et la réponse est simple. MDI (il est vrai avec un concept moins séduisant) est un des rares à y croire vraiment quand c’est pourtant… Lire plus »
Electrocar
Invité

Oui,réduire la masse des véhicules en ayant recours aux composites aurait en plus l’avantage d’augmenter l’autonomie .Espérons que les productions succéssives de ces futures voitures électriques évolueront ainsi .Le contraire serait bien dommage.

wpDiscuz