La Taxe Carbone nuit à la compétitivité pour l’UFIP

Pour l’Union Française des Industries Pétrolières (UFIP), appliquer une taxe carbone aux raffineries françaises en plus des quotas CO2 européens aurait des conséquences désastreuses sur la compétitivité d’un secteur fortement menacé.

Après la décision du Conseil constitutionnel conduisant à revoir le champ d’application de la taxe carbone, l’UFIP tient dans un communiqué à souligner les points suivants :

  • la mise en œuvre du système de quotas fixé par la directive européenne sur les émissions de gaz à effet de serre n’est pas gratuite. Depuis 2005, ce système impose un plafond des émissions de CO2, qui induit des investissements importants ;
  • imposer une taxe carbone aux raffineries françaises déjà soumises aux quotas européens reviendrait à leur imposer une double taxation économiquement insupportable pour un secteur lourdement déficitaire ;
  • une taxe carbone s’ajoutant à un système de quotas pénaliserait la compétitivité du raffinage français qui ne pourrait en aucun cas en répercuter le coût sur un marché international ouvert ;
  • la mise en œuvre d’une nouvelle taxe carbone mettrait en danger plusieurs raffineries françaises. Cela entraînerait la suppression de nombreux emplois, directs et indirects, et contraindrait le pays à importer des produits fabriqués dans des pays où aucune taxe carbone n’est en vigueur.

Par ailleurs, l’UFIP demande que la mise en place d’une éventuelle taxe carbone appliquée à l’industrie du raffinage soit reportée jusqu’à ce qu’un système soit trouvé pour éviter de graves répercussions économiques et sociales.

« Dans cette perspective, nous sommes prêts à travailler avec toutes les parties prenantes » indique Jean-Louis Schilansky, Président de l’Union Française des Industries Pétrolières.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

13 Commentaires sur "La Taxe Carbone nuit à la compétitivité pour l’UFIP"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
alternotre
Invité

“Compétitivité d’un Secteur fortement menacé…” Il est vrai que TOTAL est au bord du plan social, c’est bien connu ! ” Graves répercussions économiques et sociales”… Ben voyons, après les pleurs, les menaces !!!   Plan pour 2010 / 2015 : Prenons les transports en commun, roulons à l’huile végétale, réclamons des hybrides, des pistes cyclables sécurisées le télétravail obligatoire et des voies piétonnes !!! Là pour le coup l’UFIP aura de bonnes raisons de s’inquéter !

Depassage
Invité

Le pire dans tout ça c’est qu’on va les écouter !!

dede29
Invité

Les 3 arguments méritent d’etre examinés

I-captain flam
Invité

À chacun sa métamorphose énergétique…. et les petroliers n’ont qu’à faire la leur… D’ailleurs ils ont déjà commençé…(voir slide n° 10)

I-captain flam
Invité
michel123
Invité

la taxe carbone devrait être appliquée au niveau mondial pour en  éviter les effets pervers en favorisant les compagnies pétrolières ou charbonnières les plus polluantes (chine , états unis ) et en déportant les émissions et les industries  dans d’autres pays moins regardants. C’est ce qu’aurait pu décider le sommet de copenhage sans l’efficacité des lobby pétroliers américains et l’égoïsme chinois (charbon). Au lieu de quoi nous nous retrouvons avec un bricolage national qui a le mérite d’exister mais qui ne règlera qu’une petite partie des problèmes dans un monde ouvert à la concurence.

alternotre
Invité

Le problème, et  on l’a bien vu à Copenhague, c’est que chaque nation regarde l’autre en attendant de voir qui osera le premier pas. La vérité, c’est que nous devons avoir le courage de tirer les conclusions qui s’imposent et de créer un modèle, un nouveau mode de fonctionnement. Or, nous passons notre temps à vouloir pomper sur le voisin dont on éspère qu’il aura eu le courage de bouger avant nous. On n’avancera pas comme cela et un certain nombre de lobbies prospèrent sur ce dangereux climat. On ne peut pas être, avoir été et vouloir être…

Sicetaitsimple
Invité

J’écrivais ça le 4/01:”Eh oui, les taxes carbone nationales font surtout rigoler nos voisins (proches ou lointains). A coup sûr, ça fait rigoler les chinois….mais aussi les electriciens allemands si demain la production d’electricité francaise est taxée…” Ce qui est vrai pour l’electricité, surtout en France où elle est quand même à 90% non carbonée , l’est également dans une moindre mesure bien sûr pour les raffineries. Une raffinerie de plus ou moins en France n’aura aucun impact sur les émissions de CO2 mondiales (on importera plus de produits raffinés), mais un impact direct sur l’emploi local. Pas simple…..

Pierre25
Invité

La taxe carbone fait rigoler nos voisins, surtout nos voisins d’outre Rhin avec leurs énormes centrales thermiques au lignite….Et nous toujours à la pointe pour monter des “usines à gaz fiscales”, le pauvre péquin avec sa petite retraite ou son boulot a mi temps va se faire taxer, et pendant ce temps là TOTAL pleure et nous fait de l’intox, sans compter les pros de la route…A quand une politique d’aide réèlle simple d’usage pour le quidam afin qu’il améliore thermiquement son logement, avec à la clef du travail pour beaucoup de monde.

Dan1
Invité

C’est sûr que si les français se taxent tout seul, ça pourrait en faire rigoler certains. Regardez donc l’immense gisement de taxes au niveau européen ! Pourquoi la commission européenne, si prompt à exiger le démantèlement des monopoles et l’ouverture des marchés, ne peut elle exiger une taxe harmonisée européenne ? Elle ne possède pas la liste ? Pendant ce temps là nos amis allemands vont encore installer 2 unités de 1 100 MW au lignite à neurath : Point positif : des emplois pour Alstom ! 

Tartempion
Invité

Pour mettre tout le monde d’accord et ne pas se laisser intimider par les pétroliers, il suffit de surtaxer un peu plus les produits raffinés hors pays par une taxe carbone aussi, ainsi que toute électricité produite à grand renfort de CO² …………………. Le meilleur moyen de réussir à MEXICO ce qu’on a raté à COPENHAGUE serait d’ailleurs de surimposer par une taxe carbone majorée tous les pays qui refuse la vision Européenne d’égalité mondiale …………..    Quand la méthode douce ne marche pas, il faut hausser le ton !

Pierre25
Invité
Pour répondre à DAN1, oui des emplois pour ALSTOM, mais…..à Stuttgart (chez ex EVT), alors que Mr Joubert à sans vergogne fermé le site de STEIN INDUSTRIE à Vélizy (devenu Alstom Power Boilers), mis des salariés à la porte, fait un plan AFC pour les + de 55 ans, et envoyé les autres salariés sur le site de La Courneuve (je ne dit pas le trajet quotidien), alors que les Allemands  ont protégés leurs salariés, en créant une société parallèle de main d’oeuvre (cadres & ingénieurs compris), et voila le tour était joué, la masse salariale de la filiale Stuttgart diminuait, et… Lire plus »
Dan1
Invité

Merci pour ces précisions proches du terrain. Effectivement, en France et ailleurs, il faudra bien penser à garder des emplois industriels… mondialisation ou pas. En plus au début, on délocalise les ouvriers, mais après, on attaque aussi les cadres et pourquoi pas la totalité de l’entreprise. Tout système a une limite.         

wpDiscuz