Enerzine

La traversée de la Manche en dirigeable Solaire

Partagez l'article

Cet été, le premier ballon dirigeable solaire réalisera un vol d’essai habité, au dessus de la Manche.

Présenté en juin au salon international de l’Aéronautique du Bourget, le dirigeable a été dessiné, développé et construit par les étudiants de l’Insa Lyon, dans le cadre de la filière Ingénieur Entreprendre de l’Ecole d’ingénieurs.

Ce projet est né de la rencontre, en 2008, de trois étudiants issus de Grandes Ecoles et de Stéphane Rousson, un passionné de dirigeables. Une trentaine d’étudiants aussi bien de grandes écoles françaises que de lycées techniques ont participé à sa conception et à la fabrication du dirigeable.

Présenté au Salon Aéronautique du Bourget, le dirigeable doit encore faire ses preuves : cet été, il reproduira l’exploit de Blériot, 100 ans après, en survolant la Manche en vol habité.

Techniquement, cet aéronef baptisé Nephelios disposera de panneaux solaires flexibles sur la partie supérieure de son enveloppe. L’énergie solaire recueillie alimentera un moteur électrique disposé derrière la nacelle de pilotage, laquelle sera dotée de deux hélices bipales.

Les dirigeables connaissent récemment un regain d’intérêt, à la fois en raison de leurs faible impact écologique, mais aussi pour leurs avantages en termes de transport : ils peuvent notamment transporter des charges lourdes et volumineuses.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    7 Commentaires sur "La traversée de la Manche en dirigeable Solaire"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Einstein301
    Invité

    Bonjour,sans jeu de mots,je dirais qu’il faut être gonfle,mais je souhaites bonne chance a tous les participants a ce projet,d’autres ont fait des essais  avec beauvcoup moins de moyens (materiel et scientifiques) bye

    Etienn
    Invité

    salut à tous en sait on un peu plus sur la technologie employée ?? est un gaz léger qui est utilisé, est il réchauffé , pour attérir est il libéré, comprimé …. en tous cas très positif, ça laisse entrevoir un fret encore plus écologique que par voie maritime … quid du vent pourra t-on naviguer par fort vents ??

    Aloun
    Invité

    Merci les gars ca fair plaisir de se sentir soutenus. On utilise de l’hélium comme gaz porteur. des ballonnets pourraient permettre la compression mais ils sont plutot employés our réguler la pression interne. Pour l’atterissage en fait on est toujours lourd donc on descend naturellement. En vol une légère inclinaisons des hélices permet de le maintenir. Bye

    Duchnok
    Invité

    la manche a été traversée pour la première fois dans les airs à la fin du 18ième siècle (je recherhe la date exacte), et en ballon libre. toujours aussi crétin Francis NIMAl, Ingénieur centralien de 69 ans

    Nature
    Invité

    Grâce à ce type de techniques-félicitations à ces jeunes ingénieurs,-on va voir un jour ,proche,diminuer le nombre de gros poids lourds sur nos routes. Il y a donc de vrais progrès possibles.mais il faut que nos politiciens s’informent un peu plus pour pouvoir les soutenir.

    Actuzine
    Invité

    Personnellement je soutiens massivement toutes les initiatives solaires sur mon blog, et je n’hésite pas à relayer l’information pour bien la diffuser 🙂 Tapez le mot solaire dans le moteur 😉 Voir mon article relayé sur actuzine.

    Clodio
    Invité

    je viens cette semaine de traverser le rail des cargos qui passe a singapour c,est terible de voir des centaines de cargos qui se suivent a la queue la polution est extreme l,eau sans couleur..pour nous qui navigeons a la voile c,est terrible de vor la nature dans cet etat.sur nos bateau seul les panneaux solaire nous fournissent ,l’energie .encore bravos pour ce projet  de ballon peut etre verra t’on a nouveau des ballons se promener dans le ciel sans laisser des trainees de fuel .

    wpDiscuz