La ville de Bordeaux fait sa révolution énergétique

La société SPIE Sud-Ouest annonce avoir remporté le marché des installations thermiques pour les 71 écoles maternelles et primaires de la ville, suite à un appel d’offres lancé en 2008 par la ville de Bordeaux.

D’une durée de cinq ans, celui-ci couvre la maintenance et l’exploitation des installations de chauffage collectif (soit 89 chaufferies), des équipements en eau chaude sanitaire collective, et la gestion des équipements de régulation. En contrepartie, la ville a exigé de parvenir à une performance énergétique optimale de ses bâtiments.

L’état des lieux effectué conjointement avec les services de la ville a permis d’élaborer un classement des installations les plus énergivores et d’effectuer ensuite des travaux pendant les périodes des congés scolaires. En mai 2012, la baisse de consommation d’énergie constatée était de 30% sur l’ensemble des chaufferies. 5 GWh de gaz ont été économisés, soit 264 000 euros. Le bilan carbone est lui aussi largement positif : "1.175 tonnes d’émission de CO2 en moins. En mai 2013, ce sont au total 35 installations qui auront été rénovées dans le cadre du plan de progrès."

Réévaluation des besoins

"Nous avons adopté systématiquement une démarche de réévaluation des besoins du client, ce qui nous a amenés à repositionner la stratégie à suivre, dans le cadre du plan de progrès énergétique que nous avons fixé en début de contrat", a précisé Christophe Bonnenfant, Chef de Département Maintenance & Services Aquitaine. "La puissance de certaines installations était en effet bien supérieure aux besoins réels." L’école Schweitzer (primaire et maternelle), ayant une installation très consommatrice, a notamment été traitée en priorité. Un an après, l’économie constatée était de 30%.

Pour chaque site le permettant, des technologies innovantes ont été installées : "Bordeaux peut ainsi se prévaloir de la seule école équipée d’une pompe à chaleur gaz dans le Sud-Ouest (20 % d’économies énergétiques). Trois sites ont été équipés d’une chaudière pulsatoire, et les autres sites rénovés de chaudières à condensation modulantes en fonction de la température extérieure."

Plan de performance énergétique ambitieux

Les travaux d’optimisation d’énergie sur les groupes scolaires de la ville de Bordeaux répondent à l’objectif de la ville de réduire de 38 % la consommation de son propre patrimoine en 2014 (- 20 % sur les bâtiments, – 15 % sur les équipements, – 3 % grâce aux changements de comportement des usagers).

"En 2007, nous venions de bâtir une nouvelle charte de développement durable pour la ville et, en 2008, alors que se tenait le Grenelle de l’Environnement, nous nous sommes clairement inscrits dans l’Agenda 21 en adoptant un objectif de réduction de consommation", a précisé Jean-Jacques Chautant, directeur des constructions publiques de la ville. "Dans le cadre de notre objectif de réduction énergétique, le marché comportait en option un plan de progrès, sur la base duquel nous souhaitions utiliser les compétences des prestataires pour repérer les cibles à traiter en priorité. Enfin, nous voulions intéresser les prestataires à nos objectifs pour en faire de vrais partenaires, ce que nous avons parfaitement réussi avec SPIE Sud-Ouest".

[DVID]

"Les ambitions sont atteintes en termes de qualité et les résultats visibles sur la consommation énergétique", a déclaré Christophe Bonnenfant, Chef de Département Maintenance & Services Aquitaine. "Notre expérience et l’exemplarité de notre collaboration avec les services de la ville ont été des facteurs déterminants pour arriver à cette réussite."

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz