La ville du Puy-en-Velay se chauffera au bois

Un contrat de délégation de service public du chauffage urbain au bois de la communauté d’agglomération du Puy-en-Velay a été signé jeudi à la fois par le maire de la ville (Laurent Wauquiez), Michel Joubert, Président de la Communauté d’agglomération et Christophe Thévenon, Directeur général Sud-Est de Cofely.

Long de 8 km, ce réseau au bois alimentera en chauffage et eau chaude sanitaire la nouvelle piscine ainsi qu’une cinquantaine de bâtiments, dont 906 logements sociaux dans les quartiers de « Guitard », de « Roche–Arnaud » et du « Val-Vert ».

La filiale de GDF Suez réalisera une chaufferie bois-énergie de 5,2 MW, que l’entreprise exploitera pendant 20 ans. Cette nouvelle installation permettra aux utilisateurs de bénéficier d’un chauffage jugé "plus économique" et "plus respectueux de l’environnement".

En effet, non seulement "les tarifs baisseront en moyenne de 20% et seront stables dans la durée", mais "90 % de la chaleur sera produite à partir d’énergies renouvelables", l’appoint étant assuré par du gaz. De plus, le recours à cette énergie locale et renouvelable permettra de réduire de 92 % les émissions de CO2.

Cette chaufferie biomasse représente également un atout pour la filière bois locale qui lui fournira, dès 2013, 8 200 tonnes de bois-énergie par an, composé à plus de 50 % de plaquettes forestières. Cette opération permettra la création de 9 emplois pérennes (équivalent temps plein selon l’ADEME) dans la filière bois. Cofely s’est engagée à assurer l’approvisionnement en partie depuis la plateforme de Polignac, qui transforme du bois provenant de forêts situées majoritairement dans un rayon de moins de 80 km.

La ville du Puy-en-Velay se chauffera à 90% par le bois

Les travaux de la nouvelle chaufferie s’élèvent à près de 8 millions d’euros et débuteront au premier semestre 2012 pour une mise en service à l’été 2013.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "La ville du Puy-en-Velay se chauffera au bois"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
gaga42
Invité

Ouah le titre à la Wauquiez! Le vrai titre devrait être “la chaufferie du Puy fonctionnera à 90% au bois”, mais cette chaufferie correspondra à quelle proportion du chauffage au Puy? 5%? Je ne conteste pas l’annonce elle même qui constitue un bon début, mais le titre erroné ou induisant en erreur (“la ville” = ??), comme trop souvent chez Enerzine.

Pastilleverte
Invité

La combustion du bois émet évidemment du CO2, précédemment stocké. Le”bois” esr, bien sûr, une énergie “renouvelable”, mais sur un cycle multi décennal (d’où “l’escroquerie” du premier point). En revanche, production “locale” et utilisation de déchéts (plaquettes) viennent, un peu, contre balancer ce jugement négatif. Et bien d’accord avec gaga42 (le – presque- local de l’étape ?)

gaga42
Invité

En effet, presque local, et si vous reconnaissez la photo de mon logo, vous gagnez… toute ma considération.

Lionel_fr
Invité
Pas assez puissant, le bois serait moins renouvelable qu’on le dit, escroquerie (un délit pénal?) Il me semble quand même que cette installation est correctement dimensionnée pour valoriser au mieux une ressource locale plutôt que des combustibles importés. Je crois aussi qu’une forêt adulte produit ~5 tonnes de biomasse à l’hectare, le délai de reconstitution du stock dépend donc de la surface exploitée. Enfin les réseaux de chaleur sont de bonne dimension pour installer des systèmes de dépollution à filtre ou centrifuges façon Dyson… L’emploi local est financé par une économie sur un produit importé réputé néfaste, la valorisation d’une… Lire plus »
chelya
Invité
Le comité scientifique de l’EEA a édité une note très clair sur les types de biomasses qui dégagent du CO2, sur le marché européen la seule biomasse utilisée en grande quantité qui répond à ce critère c’est le pellets importés du Canada qu’on peut voir utiliser dans les centrales charbon des oligopoles de l’électricité (mais qui interdiraient tout soutien de l’ADEME pour la production de chaleur). Ici on est sur de la plaquette forestière, c’est à dire du déchet bois qui aurait été décomposé en produisant des gaz à effet de serre s’il n’avait pas été brulé. Il n’y a… Lire plus »
bolton
Invité

“Les énergies renouvelables (EnR en abrégé) sont des formes d’énergies dont la consommation ne diminue pas la ressource à l’échelle humaine.” Le bois entre donc dans cette catégorie.

Dan1
Invité

La combustion du bois n’est pas neutre et on sait à peu près ce qu’il y a dans les fumées. Cependant parfois cela peut prendre une tournure inattendue : Le lien vers l’article : Fort heureusement, on sait depuis longtemps que la “radioactivité non nucléaire” (bois, charbon….) n’est pas dangereuse et puis vous aurez remarqué qu’il s’agit de faibles doses.

Guydegif(91)
Invité
je reprensd dans l’article: ”…une chaufferie bois-énergie de 5,2 MW” ”Long de 8 km, ce réseau au bois alimentera en chauffage et eau chaude sanitaire la nouvelle piscine ainsi qu’une cinquantaine de bâtiments, dont 906 logements sociaux” Ce projet semble un beu projet, intéressant, utilisant de la ressource bois-energie locale avec création de jobs loacau, Très Bien!, mais j’ai 3 questions: 1) Pourquoi pas avoir fait 1 co-génération, (5.2 MW c’est substantiel!) donc électricité + chaleur, cette dernière, objet du projet actuel, étant là de fait ! 2) Il n’en est pas fait mention, mais j’espère qu’on mettra du PV… Lire plus »
vince59
Invité

Cogénération: à mon avis une cogénération avec aussi peu de puissance thermique ne serait pas rentable: pour une cogénération il faut une chaudière avec surchauffeur (vapeur à ~ 500°C) + condenseur + turbine vapeur + transfo + les auxiliaires: ca chiffre vite (d’où le succés des projets BCIAT par rapport aux projets CRE)

wpDiscuz