La voie des technologies de récupération de chaleur

La société chinoise China Energy Recovery (CER) a déposé un brevet concernant la technologie de récupération de chaleur résiduelle perdue en augmentant la sensibilité et le réglage de la température du système de valorisation.

La récupération de la chaleur perdue est un processus qui permet comme son nom l’indique de récupérer la chaleur libérée dans l’atmosphère par des installations industrielles facilitant ainsi leur conversion en énergie thermique ou en électricité de façon à réduire de manière significative les coûts énergétiques tout en empêchant les polluants de se disperser dans l’environnement.

Qinghuan Wu, le PDG du CER prend un exemple significatif : "si la chaleur perdue de l’ensemble des installations industrielles aux États-Unis était capturée au lieu d’être libérée dans l’atmosphère, elle aurait alors la capacité de générer jusqu’à 20% des besoins en électricité du pays, sans utiliser de combustibles fossiles supplémentaires".

"Le nombre d’installations industrielles devient de plus en plus important. Cette technologie permettra d’améliorer notre position de leader dans la fourniture de systèmes de récupération de chaleur perdue pour des installations de grande taille tant en Chine qu’à l’étranger" a t’il ajouté.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "La voie des technologies de récupération de chaleur"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Bobi
Invité

Bonjour, Quelqu’un sait comment ils s’y prennent pour récupérer l’énergie ? J’avoue que ça me parait un peu mystérieux merci

Dan1
Invité

Et si notre camarade chinois travaillait directement sur la récupération de la chaleur perdue des centrales électriques (majoritairement au charbon chez lui), il pourrait récupérer, à la limite haute, les deux tiers de l’énergie primaire contenu dans le charbon, c’est à dire une quantité d’énergie deux fois supérieure à ce qui sort en électricité de toute les centrales du pays ! Il couvrirait donc 200 % des besoins du pays  A creuser. 

Pierre25
Invité
C’est bien joli de vouloir récupèrer la chaleur perdue, mais de belles idées applicables en laboratoire sont par contre inapplicables dans une installation industrielle qui doit produire à tout prix des Mw, de la pâte à papier..et tout ce que l’on veut.. Quant aux centrales à charbon à part récupèrer la chaleur au condenseur pour aller chauffer quelques serres si elles ne sont pas trop loin, belle idée en hiver mais en été….. Et la chaleur des fumées, on bute vite sur les limites technologiques de la corrosion des métaux, de l’encrassement, et du dimensionnement des échangeurs….Au fait notre Chinois… Lire plus »
marcob12
Invité

Estimation généreuse, car on n’envisage pas vraiment des rendements supérieurs à 52%. Au-delà on affronte une barrière économique dûe au prix de la centrale (matériaux coûteux pour résister aux conditions de température/pression) et à celui du charbon. Mais si le rendement moyen de leurs centrales est de 35%, l’augmenter de 50% paraît un horizon (long terme) théoriquement envisageable. Sauf que le bidouillage des centrales actuelles ne semble pas pouvoir y parvenir. Vous avez des informations différentes ?

Dan1
Invité
Non je n’ai aucune information sur la manière de récupérer l’énergie perdue des centrales à charbon et sur la façon de l’exploiter utilement. Ce que j’ai écrit est évidemment utopique (c’est du deuxième degré), et il serait déjà probablement horriblement compliqué de faire la moitié du potentiel théorique. Je suis d’accord avec Pierre25, il y a loin de la coupe aux lèvres. Ceci dit, des études ont été faite sur la cogénération nucléaire et on voit qu’il y aurait des possibilités (certes plus modestes mais énormes compte tenu des quantités d’énergie en jeu) à condition de maîtriser le transport de cette énergie… Lire plus »
zelectron
Invité

les chinois se mettent à imiter les americains en brevetant tout et n’importe quoi: du fait qu’ils commencent à avoir de l’argent il vont s’en donner à coeur joie!

Jerominot
Invité

Les chinois ont mis en service plus de 60 GW de centrales charbon super critiques 600MW (570°C, rendement 43.5%). Le nouveau palier en cours de déploiement (une dizaine en service à ce jour) est de 1000 MW (605°C, 45% de rendement). Si on y ajoute la fermeture de plusieurs dizaines de GW de petites centrales charbon, je pense que le remdement moyen du parc actuel doit être supérieur à 35%, qui est aussi celui du parc européen.

wpDiscuz