L’Académie des sciences soutient la filière nucléaire française

Dans sa séance du 10 janvier 2012, l’Académie des sciences a fait le point sur le défi nucléaire qui se pose à notre pays dix mois après l’accident majeur de Fukushima.

Quels enseignements en tirer pour l’avenir de la filière nucléaire française, quelles solutions apporter aux problèmes des déchets, quels impacts sur la santé, quelle incidence économique des différents choix stratégiques, autant de questions d’actualité qui ont bénéficié du travail effectué à l’Académie depuis mars 2011 dans le cadre de l’action « Solidarité Japon » dont le rapport d’ensemble sera publié en février 2012.

Selon l’Académie, l’énergie nucléaire demeure actuellement "une composante essentielle" des ressources énergétiques françaises et "le restera longtemps en raison d’avantages reconnus."

Pour justifier cette position, elle met en avant l’argument principal qui consiste à dire que "les centrales nucléaires sont aujourd’hui le seul moyen de produire en base de l’électricité concentrée, permanente et sans émission de gaz à effet de serre." Par ailleurs, elle ajoute que "l’absence d’accident grave en France sur plus de 30 ans d’expérience, pour un parc de 58 réacteurs, soit 1700 années-réacteurs cumulées, démontre l’intérêt de cette ressource énergétique, au prix de certaines règles dont la filière française a bénéficié : cohérence du parc nucléaire utilisant des réacteurs de même type, opérateurs bien identifiés, personnels compétents, inspections régulières et obligatoires des équipements par une autorité indépendante (ASN), recherche intégrée en matière de sûreté (IRSN)."

Enfin, l’Académie des sciences argue que "l’impact sanitaire du nucléaire est bien moindre que celui d’autres sources principales d’énergie, le charbon en particulier."

L’Académie a présenté une synthèse sur plusieurs niveaux, dont le compte rendu est le suivant :

1. Sur le plan technique et opérationnel, l’Académie :

– rappelle l’importance du respect des normes parasismiques et celle de la protection contre tout événement extrême d’origine naturelle ou malveillante, lors de la conception, la construction ou la révision de tout ouvrage nucléaire ;

– recommande aux pouvoirs publics de faire exécuter les mesures préconisées le 3 janvier 2012 par l’Autorité de Sûreté Nucléaire ;

– souligne l’intérêt de la mise en place, proposée par EDF, de moyens matériels complémentaires de secours robustes, fortement sécurisés, et d’une force mobile d’action rapide ;

– recommande qu’une impulsion soit donnée aux projets de regroupement du retraitement et de la fabrication du combustible au plutonium pour réduire autant que possible les transports de matières sensibles.

souligne que l’industrie nucléaire est une succession de phases d’évolution et de ruptures technologiques. Dans le monde entier, des décennies de fonctionnement ont démontré que des progrès se font constamment en matière d’efficacité et de sécurité. Ainsi les réacteurs de troisième génération, en construction actuellement, présentent-ils des caractéristiques améliorées de résistance aux accidents et 2 agressions diverses. Par ailleurs, il convient de soutenir, sans a priori, les études actuelles sur les réacteurs de dimensions réduites et d’une manière générale sur toute contribution nouvelle, filière au thorium par exemple. Pour le plus long terme, l’Académie souligne l’importance des recherches sur les réacteurs de quatrième génération qui permettraient de garantir une ressource en matières fissiles pour des milliers d’années grâce à l’utilisation de l’uranium 238 comme source énergétique. C’est donc un enjeu considérable qui justifie le renforcement des recherches, en particulier pour ce qui concerne la sûreté et la minimisation des déchets produits.

– souligne que la gestion des déchets radioactifs bénéficie de nombreuses recherches, à l’Andra et au CEA entre autres ; celles-ci doivent être renforcées pour tout ce qui concerne le confinement, l’entreposage et le stockage des déchets, mais aussi la gestion des isotopes du plutonium, la transmutation, la minimisation des transuraniens, l’entreposage des combustibles usés et le démantèlement des installations nucléaires.

– demande que l’importante question de la réhabilitation de sols contaminés fasse l’objet de recherches coordonnées, tirant les enseignements des études et actions entreprises à la suite de l’accident de Fukushima.

2. Sur les recherches nécessaires, l’Académie :

– souligne qu’il est urgent d’accélérer les recherches sur les centrales du futur, en ayant à l’esprit trois critères essentiels : sécurité des centrales, réserves naturelles en uranium et minimisation des déchets à vie longue — la France, par son histoire, ses compétences scientifiques et techniques, son expérience en matière de sûreté, et ses valeurs humaines est une référence internationale, à même de continuer à jouer un rôle important dans ces recherches —

– insiste pour que les fonctions et structures de recherche sur le nucléaire, actuellement concentrées pour l’essentiel dans les grands organismes (CEA, IN2P3, IRSN) et les grandes industries (Areva, EDF), soient étendues aux universités et aux grandes écoles d’ingénieurs afin que celles-ci soient mieux impliquées dans ce domaine d’un grand intérêt économique et social ;

– recommande que soient accentuées vigoureusement les recherches et innovations sur les énergies alternatives économiquement compétitives, qui doivent se faire en intégrant les effets induits sur l’environnement ;

– recommande que soient prises des mesures incitatives pour une meilleure gestion des ressources énergétiques à l’échelon individuel et collectif.

3. Sur le plan humain, l’Académie constate une demande croissante d’information de la part de la population ainsi qu’un besoin de hiérarchisation et de meilleure rationalisation des risques de façon à mieux les gérer. Elle fait à cet égard les recommandations suivantes :

– améliorer préventivement l’information et la communication sur les accidents et incidents naturels ou industriels ;

– développer une épidémiologie d’accidents graves, mobilisable en cas de désastre environnemental, naturel ou technologique, et dotée d’un plateau technique permettant une observation en temps réel et un suivi exhaustif à long terme de la population ;

– modéliser des scénarios de réponse aux accidents des différents échelons du système de soins, pour évaluer leur efficacité.

– accroître, dans les universités, l’enseignement et la recherche consacrés au nucléaire, à l’épidémiologie et à la prise en charge des accidents ;

– développer la recherche sur la perception des risques, de leurs déterminants et de leur impact sur les comportements individuels et collectifs.

Synthèse établie par A. Carpentier, Président de l’Académie des sciences intégrant les contributions de Cl. Allègre, J. F. Bach, R. Balian, C. Bréchignac, E. Brézin, S. Candel, C. Césarsky, R. Dautray, J. C. Duplessy, R. Guillaumont, J. P. Kahane, D. Kaplan, G. Laval, X. Le Pichon, G. de Marsily, B. Meunier, Ph. Nozières, Ph. Taquet, B. Tissot, A. J. Valleron, Membres de l’Académie des sciences.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

34 Commentaires sur "L’Académie des sciences soutient la filière nucléaire française"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
christophe1007
Invité

Qui est le plus crédible, des groupes soit disant “écologiques”, largement subventionnés par des sociétés pétrolières, ou un groupe de savants intègres reconnus mondialement ! Et pourtant les journalistes choisissent souvent le premier. Est-ce pour le sensationnel ou parce qu’ils sont vendus… J’ai peur de la réponse ! Par ailleurs je suis totalement d’accord avec toutes les recommendations proposées.

einstein30
Invité

tant pis pour les ecolos et autres detracteurs du nucleaire ,il faut bien en convenir que des etudes etablies par des organismes reputes ont raison de croire a ce type d’energie ; evidemment ,il y aura toujours le pour et le contre ,tout le monde n’a pas me même niveau d’etude pour faire la difference entre l’atome et toutes les formes d’energies qui sont installees ou en court d’etude n’ont pas le même debit energetique a l’instant T ;

meminick
Invité

Le débat n’est pas d’ordre scientifique mais politique, l’académie des sciences pourrait tout aussi bien se prononcer sur les autres filières énergétiques. ce serait d’ailleurs intéressant au niveau de l’argumentation. Par ailleurs il serait intéressant de connaitre le contenu des débats de la façon dont est prise la décision, qui rédige le document? les membres de cette académie aisi que le statut (compétences & intérêts de chacun ….)

Sand
Invité

Académies des sciences … parmi les membre : Claude Allegre.. impartialité nucléaire maximum ! Moyennes d’age de l’académie tres avance aussi. En bref des gens qui ont fait avancer la science et les connaissances en leur temps mais qui ont une vision tres 20eme siecle de l’humanite en general. Quand aux 1700 ans/equivalent sans accident, n’importe quel ingénieur – de base – sait tres bien que ce genre de calcul ne vaut rien. C’est comme dire : j’ai roulé bourré 1700 km ! je peux continuer encore 3000 de plus j’ai une patte de lapin accroché au retroviseur

Dumontel
Invité

On connaît les conflits d’intérêt entre l’Agence du médicament et l’industrie pharmaceutiques, justement dénoncés lorsque l’on voit la composition de ceux qui attribuent les autorisations pour les médicaments. C’est le même monde: postes sont interchangeables, contributions financières, voyages somptueux … Cela est aussi le cas pour l’industrie nucléaire qui place ses pions et ses petits copains là où il faut pour donner une caution “scientifique” ou “économique” selon les besoins.

Pastilleverte
Invité

l’AS a fustigé Allègre (un de ses membres les plus éminents, quoiqu’on puisse penser du personnage “public”), pour ses soit-disantes prises de position “anti changement climatique”, et pour faire bref la “négation” (sujet à la mode” du rôle de l’humain via le CO2. Bref, nuke = pas de CO2 (à la production), donc bon pour le Climat (lol) Mother Earth/Gaïa (re lol) et nos petits-enfants (triple lol, à défaut de triple A) CQFD, comme ondisait “de mon temps” (salut papy)

aptiva
Invité
Scientifiquement, le nucléaire est une hérésie qui aurait du etre interdite dès Hiroshima si les USA n’avainet pas caché les effets secondaires sous le secret defense !! Ce satané lobby militaro-nucléaire s’autodéfend en permanence avec tjs les memes arguments fallacieux, faussés ou escamotés : TOUT faux !!! Comme quoi, on peut avoir bac+10, engager sa crédibilité et donc rester formaté à vie dans l’erreur scientifique mais politiquement correct ! J’èspère que tous ces immenses scientifiques du fleuron de l’industrie franco française seront aussi les liquidateurs désignés lors du prochain accident nucléaire Made in France !!! Un peu de réalité con-centrée… Lire plus »
Nucleophage
Invité

C’est une honte de plus pour l’académie française. Ont-ils consulté l’Académie Allemande et Japonaise avant de se couvrir de ridicule ? Sans compter leur soutien à la 4ème génération : RNR-Na ? par exemple avec 20 Tonnes de sodium fondu autour du coeur !

indianagrenoble
Invité

Ces vieux croutons vont-ils “gourverner” la technocratie pour encore longtemps ? Vivement qu’ils choppent tous un cancert de la Thyroïdes (ou autres liées au nucléaire hein… bonne année 2012) et qu’on passent à la jeune génération, celle des energies renouvelables, du solaire et de vraiment propre et respectueux des générations futures… Là c’est vraiment du n’importe quoi… comme d’hab direz-vous…

Bachoubouzouc
Invité

“Quand aux 1700 ans/equivalent sans accident, n’importe quel ingénieur – de base – sait tres bien que ce genre de calcul ne vaut rien. C’est comme dire : j’ai roulé bourré 1700 km !” Pourquoi bourré ? Non, c’est comme dire “j’ai roulé pendant 10 millions de km avec ma voiture”. L’ordre de grandeur serait un peu plus comparable, et cette phrase serait alors un bon argument pour la sécurité de votre voiture.

Nicias
Invité

Sand :”parmi les membre : Claude Allègre.. impartialité nucléaire maximum ” Donc pour être impartial, il faut être contre le nucléaire, ou ne pas avoir d’avis sur la question ? Un bon point, vous êtes le seul antinucléaire a citer le texte pour en contrer un argument. Tous les autres se vautrent dans l’insulte, dénigrent et calomnient. @indianagrenoble “Vivement qu’ils choppent tous un cancer de la Thyroïde” Bravo, et en face, on doit souhaiter aux écolos de chopper l’E. coli ?

Bachoubouzouc
Invité

L’académie des sciences avance des arguments : effets sanitaires du nucléaire par rapport aux autres énergies majeures, REX déjà important du parc nucléaire français, succès de l’organisation de la filière à la française, etc. Et vous, quels sont vos arguments (mis à part leur cracher dessus et mettre en doute leur crédibilité sans preuves) ? Hurler “TOUT faux !!!” n’en fait pas un argument… Il n’y a guère que Sand qui se soit risqué à une comparaison (foireuse) ! Pourquoi ne pouvez vous pas argumenter avec des faits, des chiffres et des raisonnements logiques comme tout le monde ?

jihemnet
Invité

Quand vos collistiers semblent souffrir du syndrome de la tourette, vous êtes + indulgents…

Samivel51
Invité

Je rappelle que l’Academie des Sciences compte 251 membres, dont un seul s’appelle Claude Allegre, et dont seulement 35 sont des physiciens, eventuellement susceptibles de conflits d’interets avec la filiere nucleaire. Elle compte egalement 140 associes etrangers, dont certainement des Allemands, des Japonais, des Italiens, des Suisses, des Autrichiens, etc.

maxxxx
Invité

Je suggère de traquer et de brûler (ou de noyer, au choix) toutes les personnes qui savent résoudre une équation différentielle, faire un produit en croix ou encore intégrer une fonction ! Ce sont tous des vendus qui cherchent à spolier les honnètes gens et condamner nos enfants avec leurs sortilèges ! Bienvenue au moyen-âge ! (et certains nous parlent de 21ème siècle o_O ) Les présidentielles approchent, un volontaire pour mettre sur pieds le PCS (Parti Contre la Science) ou le PCI (Parti “Croisade pour l’Ignorance”) ?

Tech
Invité
je propose une expérience, Les pronucléaires, payent un charter pour emmener tout ce beau monde à fukushima, nettoyer la centrale. (on peut même aussi leur proposer d’aller étudier la pousse des champignons à tchernobyl!) a leur retour, et rapidement car sinon il n’auront peut être pas le temps de finir;o) ils réécrivent leur argumentaire, et on compare! le nucléaire, c’est beau sur le papier et de loin quand certains se prennent les doses d’irradiation à votre place. quels sont les académiciens qui sont prêts ou leur famille et amis, à aller dans les zones ou les dosimètres “crépitent” quels sont… Lire plus »
jihemnet
Invité

ou vous vous entrainez à écrire des phrases qui ne veulent rien dire. Désolé mais l’indulgence ne fait pas parti de mes qualités!

Sand
Invité
Claude Allegre est non seulement un pro-nucléaire convaincu, mais un négationioniste du changement climatique. Il s’etait planté dans son propre domaine d’expertise (la Soufriere). Pour ce qui est de la gestion du risque ou sureté , mon argument tient parfaitement la route. Les rapports de tous les “experts” vont sortir des probabilité d’accident de l’ordre de 10^-9 grace aux mesures (et je ne nie pas que le nuke est certainement l’industrie ou la prise en compte du risque est la plus importante). Mais faut se confronter a la realite. 3 accidents majeurs en 30 ans (3 milles, tcherno et fuku)… Lire plus »
Peace&love27
Invité

Voilà pourquoi l’humanité à fini par fabriquer des bombes : pour arrêter l’ennemi ! Vous n’en arriverez pas là j’espère ?!!

Bachoubouzouc
Invité
“a leur retour, et rapidement car sinon il n’auront peut être pas le temps de finir;o) ils réécrivent leur argumentaire, et on compare” En effet. Une très bonne méthode pour faire pencher un débat rationnel et complexe de votre côté : en y introduisant des émotions irrationnelles ! En suivant cette même méthode, Marine LE PEN pourrait suggérer de ne faire voter sur la peine de mort QUE ceux qui ont déjà perdu un proche dans un meurtre. Résultat garanti pour une solution conne. “le nucléaire, c’est beau sur le papier et de loin quand certains se prennent les doses… Lire plus »
Nicias
Invité

Vous êtes sympas mais je suis moi-même climato-sceptique. Vos qualificatifs de négationnistes vous pouvez les garder. Jancovici a poussé l’abject jusqu’à traiter Courtillot de professeur Faurisson du climat. Restons courtois ! Quand à la Soufrière, tout le monde peut se tromper. Mais bon, si vous pensez qu’un volcan est moins dangereux qu’une centrale nucléaire, c’est que vous avez une conception du risque a géométrie variable.

Bachoubouzouc
Invité
“Claude Allegre est non seulement un pro-nucléaire convaincu, mais un négationioniste du changement climatique.” Je ne pense pas que Claude ALLEGRE à lui tout seul disqualifie l’ensemble de l’Académie des sciences… “Mais faut se confronter a la realite. 3 accidents majeurs en 30 ans (3 milles, tcherno et fuku) sur combien de chaudron magique ? C’est ca le vrai, l’unique chiffre qui tienne la route.” Oui sauf que c’est une manipulation, comme toutes les autres fois où un anti-nucléaire a essayé de calculer le risque d’accident en France à partir de Tchernobyl et de Fukushima (TMI n’a pas entrainé de… Lire plus »
raymond9
Invité

De toute façon l’ingénieur Rossi peu nous vendre des générateurs à fusion froide de 1MW pour l’instant uniquement vapeur. La NSA y travaille aussi mais préfère appeller celaLENR mais c’est la même chose. Prix du kw/h chaleur 0,001 cts environ non je ne me trompe pas d’un zero!

dede29
Invité

Il a été dit qu’il faudra passer ,dans la centaine d’années qui viennent par des réacteurs utilisant l’uranium 238 ce qui permettra de disposer de plus de mille ans de réserve de combustible sans fabriquer de CO2 . Cela se fera avec du plutonium ,peut-etre du sodium …mais n’en déplaise aux anti-nucléaires ,cela se fera dans les pays industrialisés !

Bachoubouzouc
Invité

“Rectification : 4 accidents majeurs en 40 ans, vous avez oublié Kysthym en 1957” Tenir compte de l’accident de Kysthym en 1957 pour calculer le risque du nucléaire en France est à peu près aussi ridicule que tenir compte de l’accident de Orville WRIGHT en 1908 pour calculer le risque à bord d’un A380. Rien n’est trop gros pour vous, du moment que c’est anti-nucléaire.

raymond9
Invité

oui c’est 0,001 dollar erreur

Bachoubouzouc
Invité
“depuis on a toujours pas changer le concept de la grosse bouilloire atomique…” De la même manière qu’on a pas fondamentalement changé le concept de l’avion. Et pourtant entre le Flyer III et un Airbus A380 il y a quelques différences… Est-ce que cela vous choquerais de dire Mon dieu ! Orville WRIGHT s’est crashé en 1908 à bord d’un avion fait de bois, de tissus et de fisselles, je risque donc ma vie à monter à bord d’un A380 ? Parce que ces différences entre les ancêtres de l’aviation et un A380 sont les mêmes qu’entre un REP 900… Lire plus »
Dan1
Invité

Sauf que précisément des matières comme le bois vieillissent bien et que des petits avions en bois et toiles sillonnent la France tous les jours et certains atteignent des âges respectables. Allez faire un tour à la Ferté Alais. On a pas les mêmes performances, mais le danger n’est pas lié à une matière en particulier.

Bachoubouzouc
Invité
“…vous voulez dire que les premières centrales atomiques installées étaient des bombes en puissance avec une sécurité comparable avec celle d’un avion fait de papier et de ficelles et qu’il était donc parfaitement légitime de s’opposer à leur installation ?” Est-ce qu’il était légitime de s’opposer aux R5, aux 4L et aux deuchs, voitures aux chassis complètement pourries, sans la moindre protection passive et dont le moteur vous coupait en deux lorsque vous vous rentriez dans un arbre ? Bien sûr que non ! Ce qui est la référence aujourd’hui ne l’étaient pas à l’époque tout simplement parce que les… Lire plus »
Tech
Invité
en fait vous ne répondez pas ! et ça c’est un fait. avez vous été au voisinage de zone ou l’irradiation est présente? si vous travaillez en centrale, dans le poste de commande, je comprends que vous défendiez votre job, mais il faut penserà toutes le équipes d’intérimaires qui se relaient pour faire le sale boulot au plus proche du combustible je ne nie pas la prouesse technique et la production actuelle du nucléaire, le risque zero n’existe pas dans quelconque activité humaine, ce que je critique c’est ceux qui défendent cette techno becs et ongles, sans avoir eux ou… Lire plus »
Sortirducharbon
Invité

“J’oubliais une observation intéressante : on remarque que la pertinence de l’observation et la maîtrise syntaxique sont très corrélées.” => X-D Excellente remarque ! A l’absence de maîtrise syntaxique, j’ajouterais également l’usage diarrhéique des effets de manche basés sur l’excès de ponctuation (vivent les “!!!!!!”, les “…”, etc.) et de typographie (après avoir inventé l’écriture, Dieu daigna offrir aux hommes lettrés les majuscules). Désolé pour le dérangement. Que la récréation reprenne.

Devoirdereserve
Invité

L’atome c’est sournois ?! Ben zut alors ! et les compteurs Geiger alors ? Et les dosimètres ? Il existe 1000 instruments pour mesurer l’exposition ou la contamination, dont la gamme de prix et de sensibilité font de la radioactivité le risque le plus facile à mesurer, et donc le plus facile à éviter. Je paierai très cher pour avoir des détecteurs instantanés, pas cher, portable, et précis de chacun des nuisibles suivants : – monoxyde de carbone ou – dioxines ou – COV ou – amiante ou – virus Ebola ou – VX (qui a proposé le moineau ?)

Bachoubouzouc
Invité
“avez vous été au voisinage de zone ou l’irradiation est présente?” Mais évidemment !!! Vous croyez que je peux bosser dans l’exploitation ou la maintenance d’une centrale nucléaire sans aller régulièrement en zone ??? Sans aller au dessus de la cuve pendant les arrêts ?? Et par conséquence sans avoir la moindre idée de se passe sur rien de moins que la moitié de mon installation ??? “si vous travaillez en centrale, dans le poste de commande, je comprends que vous défendiez votre job, mais il faut penserà toutes le équipes d’intérimaires qui se relaient pour faire le sale boulot… Lire plus »
Devoirdereserve
Invité
Je sur-enchéris sur Bachoubouzouc, et je prends un exemple concret : vous croyez vraiment que les plongeurs de COMEX qui descendent sous 30 m de profondeur d’eau pour les inspections de cuves sont inconscients des risques ? Ils sont, en dehors de l’aspect nucléaire, spécialistes de travaux en milieux hostiles, dangereux, avec des règles draconiennes. Leur métier est de toute façon très technique, ils sont de toute façon formés, et ont une certaine culture scientifique. C’est un métier que personne d’autre ne sait faire. Je ne vois pas EDF être en mesure de leur imposer quoi que soit, ou d’imposer… Lire plus »
wpDiscuz