L’acceptation des véhicules électriques, une question de temps ?

Selon un nouveau rapport publié par le cabinet GlobalData, le public va devoir apprendre à ‘aimer’ les batteries des véhicules électriques (VE) si l’on veut que ces dernières ‘sans émission de gaz’ réussissent à s’implanter durablement sur le marché des transports.

Les véhicules électriques sont apparus vers 1902, quand la Phaeton électrique a été introduite par la compagnie Wood. Alors que le lancement de la production en série avait bien débuté dans les années 1920, elle a ensuite décliné en raison de la faiblesse de la demande. Les crises pétrolières successives des années 1973 et 1979 ont cependant fait renaître un regain d’intérêt pour ce genre de véhicule. De nos jours, la cherté du pétrole associée aux préoccupations environnementales ont réveillé à nouveau notre attention pour cette technologie remise au goût du jour (batterie au lithium-ion). Mais, tout le monde n’est pas convaincu de son avantage.

L’adoption du VE sera à son maximum lorsque les consommateurs seront satisfaits de leur expérience de conduite, estime GlobalData. D’autre part, la sensibilisation des consommateurs pour ce type de transport s’avère être un défi majeur pour le marché actuel. C’est pourquoi, la mise en place de programmes de démonstration pourrait fournir l’opportunité aux automobilistes d’acquérir une expérience de conduite en la matière. Cette initiative permettrait selon GlobalData non seulement d’accroître l’aspect découverte, mais aussi d’encourager l’acte d’achat d’un tel véhicule et aider à dissiper tout malentendu. De vastes projets de démonstration, soutenus par les gouvernements respectifs, ont déjà été annoncés dans plusieurs pays comme les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et l’Allemagne.

Toutefois, les VE sont encore largement considérés comme des véhicules secondaires en remplacement des modèles à combustion, en raison notamment de facteurs liés à la faiblesse de l’autonomie, du taux de disponibilité et à une certaine pauvreté de l’offre. Bien qu’un certain nombre de constructeurs automobiles cherchent à entrer sur ce créneau, le marché actuel demeure restrictif, la plupart des modèles possédant une capacité d’accueil limitée, incompatible pour un usage familial. L’annonce de modèles EV ne pouvant se déplacer que sur de courtes distances en une seule charge, et la pénurie d’infrastructures de recharge ont créé une incertitude sur leur aptitude à un usage intensif sur de longue distance. GlobalData note dans son étude que toutes ces raisons ont conduit les acheteurs potentiels à se demander si le VE était vraiment adapté pour répondre à leurs besoins de transport primaire.

Le soutien des gouvernements (ex. Bonus écologique ou commande de l’Etat en France) reste actuellement le principal moteur de la croissance sur le marché des VE, et devrait le rester au cours des prochaines années, en l’absence d’une demande significative des consommateurs. Le niveau de sensibilisation autour des véhicules électriques reste faible, et le soutien des gouvernements en termes d’incitations (financières ou non) est devenu nécessaire afin de réveiller l’opinion.

Le rapport indique aussi que la demande des consommateurs s’amplifiera une fois que certaines restrictions auront été éliminées : prix prohibitifs, manque de prise de conscience et d’infrastructures. Enfin, bien que des initiatives soient mises en œuvre au niveau mondial, il semble toutefois peu probable d’après GlobalData que la demande des consommateurs soit en mesure de remplacer les aides gouvernementales au cours de cette décennie.

Partagez l'article

 



Articles connexes

17
Poster un Commentaire

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Pecor
Invité
Pecor

« …encourager l’acte d’achat d’un tel véhicule et aider à dissiper tout malentendu. » Ou est le ‘malentendu’ ? Une autonomie moyenne d’une centaine de km est un fait, pas un ‘malentendu’ ! La location de la batterie est aussi un fait. Le problème de la voiture électrique est qu’elle ne cible que le trajet Domicile-travail. Hors je ne connais personne qui achète un véhicule uniquement pour aller travailler. C’est aussi un moyen de liberté et d’évasion pour son temps libre. Pour le travail, les transports en communs sont mieux adaptés et devraient faire l’objet de plus d’attention des pouvoirs publiques plutôt… Lire plus »

Mamouth
Invité
Mamouth

En effet, la polyvalence d’usages du véhicule est un critère important à l’achat. On accepte un usage spécialisé pour un 2è véhicule. Pas pour le seul qu’on possède.A ce titre, les véhicules hybrides sont beaucoup mieux placés que les VE. Le public n’acceptera un véhicule à autonomie limitée que si une solution alternative satisfaisante existe pour les déplacements longue distance. L’articulation avec les transports en commun est donc effectivement stratégique ; ceux-ci devant apporter une solution crédible en désserte, en coût et en temps total de transport porte à porte (et non pas en vitesse pure). Un des freins au… Lire plus »

De passage
Invité
De passage

Si l’homme de la rue (qui a des centaines de soucis à gérér quotidiennement) ne peut pas toujours y voir clair au milieu du charabia énergétique actuel et discerner le vrai du faux, par contre il n’y a pas plus expert compétent que Lui pour gérer son porte-monnaie… La plupart des ménages ayant un véhicule « de route » et un autre « de ville », il leur est calir que celui de ville fait l’essentiel des km annuels, donc de l’essence. Donc le coût reste aujourd’hui le frein essentiel, concentré sur la « rente batterie Li-Ion » de 60-90€ par mois que je considère comme… Lire plus »

Energies-sol
Invité
Energies-sol

Bonjour 1) Aujourd’hui sont disponibles des voitures 100% électriques avec une autonomie de 250km. 2) La moyenne de kilomètres parcourus dans la journée par les utilisateurs de voitures électriques est de 70-90 km. 3) Une voiture de ce type recharge les batteries en 6 heures (charge lente, 220V 16Ah), prise de courant standard que vous pouvez avoir dans votre garage. 4) Des ombrières solaires vous permettent : – D’envoyer au réseau, – Stocker dans de batteries, – Consommer la production générée par les panneaux solaires, Et annuler totalement l’énergie consommée pour le chargement du véhicule électrique. 5) Pour les trajets… Lire plus »

Energies-sol
Invité
Energies-sol

Bonjour 1) Aujourd’hui sont disponibles des voitures 100% électriques avec une autonomie de 250km. 2) La moyenne de kilomètres parcourus dans la journée par les utilisateurs de voitures électriques est de 70-90 km. 3) Une voiture de ce type recharge les batteries en 6 heures (charge lente, 220V 16Ah), prise de courant standard que vous pouvez avoir dans votre garage. 4) Des ombrières solaires vous permettent : – D’envoyer au réseau, – Stocker dans de batteries, – Consommer la production générée par les panneaux solaires, Et annuler totalement l’énergie consommée pour le chargement du véhicule électrique. 5) Pour les trajets… Lire plus »

Pastilleverte
Invité
Pastilleverte

exdemment, c’est toujours la faute de l’autre, surtout si il est « gros » (SNCF, Etat, Pétroliers, etc). Evidemment, la voiture individuelle, source (également) d’autonomie et de liberté, c’est suspect… Evidemment, dans un monde parfait, on trouvera de multiples formes de transport en commun confortables, modulables, omniprsent et pas chers… mais bien sûr ! Allez, un peu d’optinisme : il doit bien exister un compromis presque parfait pour des voitures « hybrides » (électriques avec prolongateurs optimisés ?) suffisamment polyvalentes et ne consommant en moyenne sur une année que 50% des autos « classiques » les plus efficientes actuelles. En y conjugant une amélioration constante (mais… Lire plus »

Pastilleverte
Invité
Pastilleverte

les VE c’est comme les lampes BC : ça dure plus lontemps (quoique…), c’est plus économique à l’usage, ça rend le même service (enfin, presque), mais ça coute énormèment plus cher à l’achat, la « rentabilisation » de l’investissement n’étant pas toujours assuré, surtout si la durée de vie n’est pas aussi élevée que prévue.

Bernard ain
Invité
Bernard ain

Bonjour, Le VE ne prend pas parcequ’il est trop cher. Point. Tout le reste n’est qu’argumentaire bidon pour masquer notre flemme. Peugeot a baissé sa Ion à 10900 euros => j’en ai acheté une de suite. Pour info je n’ai plus qu’une voiture à la maison avec deux enfants en bas âges. Autonomie de la Ion : jusqu’à 170 kms constaté (évidemment suivant comment l’on roule …. cela tombe bien puisqu’avec mon vieux diesel je n’avais déjà pas l’habitude de dépasser les 70 …) Comme chaque année je suis parti en vacances cet été : 2*250 kms; nous avons coupé… Lire plus »

Skymywife
Invité
Skymywife

Le problème est la production électrique Ce genre de voiture présente à tord comme « sans émission de CO2  » nécessiterait au moins limplentation de 20 nouveaux réacteurs nucléaires de type EPR en France pour être alimentés s’ils devaient se substituer au véhicules individuels actuels. Avec un coût du mégawatt heure plus élevé que celui des Energies renouvelables. Non l’avenir est à la sobriété énergétique et donc à MOIN de transports en général et à un developement des transports publics (trains, trams, trolley bus)

Bernard ain
Invité
Bernard ain

Dézoomez « Skymywife » DEZOOMEZ bon sang, prenez un peu de recul Le VE ce n’est pas que de l’elec nuc. (faites comme moi, investissez dans l’éolien, ou plutot dans 3 champs éoliens à chaque bout du pays. Cout ? 1500 euros d’investissement suffisent pour alimenter votre VE …. oui oui je sais l’intermittence bla bla tout ça tout ça, le hachoir à oiseaux que sont les éoliennes …..). Non, le vrai problème des VE c’est qu’il faut les fabriquer comme tout autre voiture et donc rajouter à sa consommation environ 100Wh/km. Pour ma peugeot Ion on aurait donc à la louche… Lire plus »

Jeanba_corse
Invité
Jeanba_corse

Précision technique: le rendement du moteur d’une voiture électrique (VE) étant bien meilleur que celui d’une voiture à essence (qui a des pertes thermiques énormes), pour basculer tout le parc français vers les VE il suffirait de créer seulement 20% de centrales nucléaires en plus. On économiserait surtout 40 000 morts par an dus à la pollution des voitures (10 fois les morts par accidents de la route) ! Dans les îles ensoleillées, comme la Corse, où j’exerce mes fonctions de délégué régional à la recherche et à la technologie, on pourrait recharger les VE avec un réseau de stations… Lire plus »

Olivier 7431
Invité
Olivier 7431

Je vous rejoins complétement sur votre analyse. On peut trouver tous les défauts à la voiture électrique si on ne regarde que cela.. mais on peut le faire avec tout. Il y en a meme qui dise que la VE est un piège car il faut du pétrole pour pouvoir se chauffer l’hiver…. ben oui le moteur électrique ne chauffe pas alors que le moteur à combustion c est ce quil fait de mieux! Alors tant que l’on sera des adultes qui avancant en nous bandant les yeux et n nous convainquant de nos propres mensonges rien ne changera et… Lire plus »

Starstraus
Invité
Starstraus

TGV + Location auto => Ca côute un bras ! Je vous invite à faire un comparatif Paris Perpignan AR

Energies--sol
Invité
Energies--sol

Bonjour Starstraus Je viens de le faire : TGV paris -> perpignan (départ le 10/09 retour le 11/09) 123.90€ 2 jours location voiture (prise en charge à la gare et restitution aussi) 130€ Total 253.90€ (soit 0.16€ le km) Durée du trajet 5heures, En voiture trajet 9 heures, carburant, peage….. Si voiture 7cv frais kilometriques (1600 km * 0.587€) + carburant+ plus…. MINIMUM 1000€ !!! Alors en voiture ça coute 2 bras et les 2 jambes !!! Cordialement

Starstraus
Invité
Starstraus

J’avais oublié… je ne vis pas seul, voyage pour une famille de quatre personnes plus en chat. Estimation mappy avec du sans plomb 98 : ( essence + péage 160 euros X 2 = 320 euros ). Ma belle soeur et mon beau frère devaient passer ce we à Paris , coût annoncé par la sncf 600 euros à deux pour un aller retour donc 1200 euros à quatre…. Je ne reste toujours pas convaincu par votre démonstration, mais bon on peut faire dire tout et n’importe quoi aux chiffres, c’est bien connu.

Devoirdereserve
Invité
Devoirdereserve

D’où sortez-vous cette estimation farfelue de 20 EPR ? Un petit calcul à l’appui ? Soyons lucide : le frein principal au développement massif des EnR électriques intermittentes (éolien, PV), c’est le stockage. Or, les véhicules électriques sont le tampon idéal : les véhicules passent 90% du temps à l’arrêt près d’un bâtiment, et roulent très peu de temps dans leur vie ! L’effet de masse est considérable. Pour mémoire, aujourd’hui, le plus important réservoir d’énergie en France, ce sont les chauffe-eau ! Je vous recommande la lecture des présentation de Daniel Quenard du CSTB, avec de nombreuses estimations. Il… Lire plus »

Thomas2c
Invité
Thomas2c

En effet les vahicules électriques ont une autonomie limitee et les batteries sont parfois proposées en location. Deux concepts qui choquent nos … idées reçues. Idée reçue n°1 : dans ma famille il est important que les 2 parents disposent d’une voiture à longue autonomie (> 300 km) car cela nous donne la liberté de prendre l’air les WE et cela est nécessaire dans notre travail. Idée reçue n°2 : je suis propriétaire de ma voiture, entièrement, et je ne veux pas dépendre d’un constructeur pour une ou l’autres des pièces détachées. Dans la réalité, un couple disposant d’une voiture… Lire plus »