L’Algérie a décidé d’investir massivement dans le gaz de schiste

Sonatrach, la compagnie d’Etat algérienne spécialisée dans les hydrocarbures a annoncé vouloir investir 70 milliards de dollars dans l’exploitation du gaz de schiste sur une période de 20 ans.

L’Algérie entend ainsi sécuriser ses approvisionnements et préserver son rôle en tant que fournisseur stratégique de gaz pour la région européenne et en particulier la zone méditerranéenne.

Le PDG, Saïd Sahnoun, avait précisé à l’occasion du "North Africa Oil & Gas Summit" en décembre 2014 que l’Algérie possède des Ressources Techniquement Récupérables en gaz de schiste d’environ 700 Tcf (Trillion cubic feet).

"Les tests réalisés en effort propre, après fracturation, ont permis de relever que les débits obtenus restent comparables à ceux obtenus sur les gisements de gaz de schiste américains produisant commercialement" a t-il indiqué. "Ces résultats, considérés très encourageants, ont permis d’envisager rapidement le passage à la phase pilote dans la perspective de mettre ce potentiel en production, à partir de 2022, avec une capacité de production d’environ 30 milliards m3 vers 2025/2027 comme première phase."

Déjà pour atteindre une production de 20 milliards de mètres cubes de gaz de schiste par an, la compagnie pétrolière algérienne prévoit de forer 200 puits chaque année. Cet objectif devrait nécessiter un investissement de 70 milliards de dollars sur 20 ans.

"Le progrès technologique dans les domaines du réservoir engineering, des techniques de forages et de la fracturation hydraulique va contribuer, à moyen et long terme, à la réduction
des coûts de production (20% de CR aux USA en une année)
" a ajouté Saïd Sahnoun.

Le projet d’extraction de gaz de schiste suscite légitimement des réactions au sein des habitants des régions concernées. Ces derniers ont d’ailleurs entamé des manifestations contre les risques environnementaux liés à la méthode d’extraction. La fracturation hydraulique réclame en effet énormément d’eau combinée avec des produits chimiques, d’où un risque accru de pollution des nappes phréatiques.

Avec un chiffre d’affaires de près de 70 milliards de dollars (2013) et un niveau de production primaire qui avoisine les 200 Millions TEP, la Sonatrach permet à l’Algérie de se classer troisième au rang mondial pour ses réserves de gaz de schiste exploitables.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "L’Algérie a décidé d’investir massivement dans le gaz de schiste"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
zoziau
Invité
Ce pays dont le président est un fantôme est actuellement en “pilotage automatique”. Certes il s’agit du plus grand pays d’Afrique (en surface plus de 3 fois la France) mais imaginons le résultat dans 20 ans : 4 000 puits forés, des nappes réserves d’eau si précieuses ici vidées ou polluées… Quel programme enthousiasmant ! “L’Algérie a décidé” – Il serait intéressant de connaître le processus de cette “décision”. L’Algérie comme d’autres pays africains, a passé depuis déjà plusieurs années son pic de production de pétrole et de gaz naturel, cette fuite en avant vers du carburant toujours plus profond,… Lire plus »
Gaz maudit
Invité

La conséquence de l’exploitation du gaz et pétrole de schiste c’est la pollution irréversible des ressources en eau potable. L’Algérie a déjà bétonné ses terres agricoles, maintenant elle va polluer son eau par appât du gain. Si vous détruiser votre environnement chez vous, ne venez pas chercher refuge chez nous. Il est temps pour vous de faire preuve de responsabilité et d’assumer vos erreurs, il n’est pas encore trop tard, ne gaspillez pas vos ressources en eau, il n’y aura pas de seconde chance.

Montelo
Invité

Ces gens sont moins bêtes que nous (en France). Si on veut une indépendance énergétique, il faudra y venir au gaz de schiste. Et le plus tôt sera le mieux.

Gofast
Invité
Boonjour C’est une blague ou c’est pour nous finir le moral ! Déjà qu’avec le plan Charlie, ça va pas fort du tout ! si en plus l’Algérie ( pauvres algériens !) se met au gaz de schiste ! Ce pays qui regorge de pétrole, dont le désert fait 2 fois la France, où l’eau douce doit être précieuse ? non c’est une blague ! Demain ils vont nous annoncer que les coréens du nord vont y construire 5 réacteurs nucléaires modèle “tchernobyl” et après demain que les chinois vont ouvrir une mine de charbon ! Quand en plus on… Lire plus »
Optimistique
Invité

Tout à fait Montelo, plus tôt on exploitera le gaz de schiste, plus tôt nous enrichierons les riches, plus tôt nous polluerons les eaux, les sols, etc… Ainsi, plus tôt les premiers réfugiés climatiques arriveront, plus tôt nous n’aurons plus de ressources pour subvenir aux besoins de toute la planète et plus tôt l’Homme disparaîtra, afin de laisser cette pauvre planète se remettre tranquillement toute seule de ce que l’Homme lui a fait subir ces dernières décennies… Ah, vivement…

Bilo
Invité
Indépendance énergetique mais à quel prix??? L’algerie prévoyait de conserver ses reserves de GdS pour les génerations à venir. Cela aurais permis d’espérer de nouvelles techniques d’extraction moins dangereuse pour l’environnement (vous savez ce patrimoine commun de l’humanité qui ne connais aucune frontière). Son système social repose sur sur la seule rente pétrolière et avec la crise tarifaire actuelle,les dirigeants algériens font dans leur couche culotte… Comment maintenir la paix social sans les ressources gazières qui représente 95% du PIB?? C’est le seul somnifère suffisament efficace pour endormir toutes veléités et toutes revendications. Par ailleurs, dans un siècle nous aurons… Lire plus »
Pastilleverte
Invité

que l’eau n’est pas un problème en Algérie, et c’est plutôt une bonne nouvelle !

Temb
Invité

Avec un prix du barril qui plonge, c’est décidement le meilleur moment pour investir dans un truc non durable et non renouvelable alors que le budget algérien est en pleine descente aux enfers du fait du bas prix du pétrole. C’est bien connu, les algériens n’ont ni vent, ni soleil.

sonolisto
Invité

C’est pourtant simple: pourquoi l’Algerie veut explorer son gaz à fond? La réponse est dans l’autre actualité de la page de ENERZINE aujourd’hui: “L’Île-de-France développent l’utilisation de véhicules au Gaz Naturel”

alainraf
Invité

le mouvement perpétuel selon les crânes d’oeuf algériens formés par notre école de crânes d’oeuf parisienne: je fais du gaz de schiste donc je pompe l’eau propre donc je salie l’eau donc je dois prendre de l’eau ailleurs donc j’utilise mon gaz de shiste: pour pomper l’eau de mer, pour la déssaliniser, puis pour la monter en pression pour aller la distribuer chez l’habitant… me reste-il du gaz pour la faire chauffer? CQFD

trimtab
Invité
Question à 1700 Milliards de $ Mais commençant comme il faut par le ‘local’ avec la question à 70 milliards $ : Combien de centrales solaires ou de moulins à vent peuvent être installées par tous le soldats algériens, armés de clés de douze, à la place des kalachnikovs, en 20 ans avec 70 milliards de dollars ? Maintenant, faisant le saut quantique d’un doux rêveur au ‘global’. Combien de centrales solaires ou de moulins à vent peuvent être installées par tous les soldats du monde, armés de clés de douze, à la place des kalachnikovs, en 1 an avec… Lire plus »
Anamaa
Invité

Je suis d’origine algérienne et je suis complètement d’accord avec vous : que ceux qui détruisent actifement leur environnement n’aillent pas ensuite chercher un environnement préservé pour y trouver refuge. Le problème, c’est que ce ne sont pas les personnes qui décident et qui polluent, mais les états. Evidemment, les personnes peuvent / pourraient / devraient se lever et dire non, pas ça ! Partout en Algérie ; pas seulement dans le sud.Et peut-être à l’étranger aussi. Puisque nous

wpDiscuz