L’allemand E.ON taille lourdement dans ses effectifs

Le leader allemand de l’énergie, E.ON, a lancé hier la deuxième phase de son programme de réduction de coûts, et a annoncé à cette occasion sa volonté d’atteindre l’objectif fixé des 9,5 milliards d’euros d’économies budgétaires d’ici 2015.

Pour parvenir à ce montant, le géant allemand prévoit de réduire drastiquement ses effectifs en procédant à un vaste plan de restructuration. "Les audits préliminaires montrent que le nombre d’emplois supprimé devra être compris entre 9000 et 11.000" a précisé E.ON dans un communiqué. Rappelons que le Groupe compte 79.000 employés dans le monde entier.

Même si une estimation fine devrait être rendue publique par E.ON au printemps 2012, le Groupe s’attend invariablement à une réduction d’effectifs de l’ordre de 30 à 40% dans les fonctions supports ! "Au même titre que les achats, l’informatique et le conseil, la réorganisation devrait toucher d’autres fonctions supports comme la finance, les ressources humaines, la logistique, les services comptables et juridiques" a affirmé l’énergéticien.

Enfin, E.ON devrait également créer une nouvelle entité dédiée uniquement au marché allemand. Cette nouvelle entité dont la direction sera nommée par E.ON Allemagne sera située à Essen afin de "raccourcir les chemins de coordination et d’éviter le travail en double." Par ailleurs, une relocalisation de E.ON Climate & Renewables à Essen devrait faire l’objet d’un examen plus approfondi, toujours dans le cadre de la réorganisation en cours (E.ON 2.0).

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "L’allemand E.ON taille lourdement dans ses effectifs"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Bachoubouzouc
Invité

On entendrait presque une mouche voler… C’est bizarre, il n’y a pas un seul anti-nucléaire pour faire un commentaire acerbe. Pourtant on voit là le résultat direct de la médecine qu’ils nous proposent. Et encore ! Les allemands n’avaient, eux, qu’un tiers de nucléaire…

meltem
Invité

Pour comprendre l’absence de commentaires acerbes, il suffit de lire vraiment l’article : il s’agit de la “deuxième phase de son programme de réduction de coûts”, et non une réaction immédiate à la fermeture programmée des centrales nucléaires. Eon n’est pas Edf, son activité n’est pas uniquement focalisée sur le nucléaire, elle!

Nicias
Invité

@Melten Ben voyons, naturellement cette réduction des couts n’a rien a voir avec des problèmes de rentabilité: En revanche, l’EBITDA ajusté accuse un recul de 39 % en glissement annuel, à 6,6 milliards d’euros. Ce recul s’explique par trois raisons principales. Tout d’abord, la fermeture anticipée des centrales nucléaires et la taxe sur le combustible nucléaire en Allemagne ont grevé le résultat à hauteur de 2,3 milliards d’euros. Source Eon

renewable
Invité
11 000 emplois supprimés dans le nucléaire pour 365 000 créés dans les ENR, ya de la marge… Et il va y avoir un paquet de suppressions d’emplois dans le charbon en Allemagne dans les années à venir avec le non renouvellement de plus du tiers du parc, la fin des subventions au charbon… Là encore, reconversion, direction ENR En France va falloir sérieusement s’y mettre. Le gouvernement actuel, via Besson refuse les suppressions d’emplois dans la filière MOX malgré la fin de la plupart de ses contrats et l’arrivée en fin de vie de la totalité de ses clients-réacteurs… Lire plus »
Eloi
Invité

Si EON est suffisamment aux abois pour sacrifier 11.000 emplois, la question se pose de savoir s’ils auront suffisament d’argent pour maintenir leurs centrales nucléaires au niveau optimal de sûreté jusqu’en 2020…

renewable
Invité

7 réacteurs arrêtés, ça fait quand même un peu d’activité en moins… Non? Et l’abandon de l’étude des nouveaux réacteurs à construire ça fait aussi de l’activité en moins… Tout comme à la Hague avec la fin des contrats Allemands, Suisses, Belges, Japonnais (suspendu), Espagnols…. Et la fin en vue avec l’arrivée en fin de vie de tous les réacteurs français Moxés…

Bachoubouzouc
Invité
“11 000 emplois supprimés dans le nucléaire pour 365 000 créés dans les ENR, ya de la marge…” J’adore ce nouvel exemple de manipulation anti-nucléaire, qui consiste à comparer le nombre d’emplois directs détruits d’une seule entreprise du secteur nucléaire en une seule fois avec le nombre d’emplois directs et indirects créés dans toute la filière ENR depuis le début. C’est bien et surtout absolument pas de mauvaise foi. “Et il va y avoir un paquet de suppressions d’emplois dans le charbon en Allemagne dans les années à venir avec le non renouvellement de plus du tiers du parc, la… Lire plus »
Dan1
Invité
Je reprends un partie de l’article du Monde cité par Bachoubouzouc : “Le gouvernement allemand veut aider à financer la construction de nouvelles centrales électriques au charbon et au gaz naturel grâce à des centaines de millions d’euros destinés à promouvoir les énergies propres et la lutte contre le changement climatique. Le projet fait face à de vives critiques à Berlin, mais il continue à être défendu par le ministre de l’économie, rapporte le Berliner Zeitung. Une porte-parole du ministère a indiqué que ce financement était nécessaire, afin d’aider l’Allemagne à sortir du nucléaire et à développer les énergies renouvelables.… Lire plus »
Eloi
Invité
Si l’on fait la somme de : * la perte de 8 GW soit annuellement a minima 3 milliards d’€ * l’augmentation des provisions pour démantèlement anticipé de ces centrales * la “taxe combustible” * le rachat obligatoire de capacités de plus en plus importantes d’électricité éolienne, biomasse et solaire * le mauvais taux d’usage des centrales utilisées pour palier à l’intermittence Ca fera des sommes colossales pour les grands électriciens allemands, des milliards d’€ de pertes sèche. A ce titre, je ne sais pas s’ils seront enclins à dépenser des dizaines/centaines de millions dans leurs centrales nucléaires pour la… Lire plus »
wpDiscuz