L’Arabie Saoudite fait appel à la technologie solaire CPV de Soitec

La technologie photovoltaïque à concentration (CPV) du français Soitec a été sélectionnée pour un site pilote de production d’énergie solaire d’une capacité d’1 mégawatt dans la région de Tabuk, au nord-ouest de l’Arabie Saoudite.

Ce projet commandé par le géant du secteur pétrolier Saudi Arabian Oil Company (Saudi Aramco) est le premier marché remporté par le consortium KJC (Khaled Juffali Company) et Soitec, les deux sociétés ayant signé en avril dernier un accord de coopération visant à promouvoir la croissance de l’industrie solaire en Arabie Saoudite et au Moyen-Orient.

Suite à un processus d’appel d’offres concurrentiel et à une évaluation des divers fournisseurs d’équipements, le choix du géant du pétrole s’est porté sur la technologie CPV de Soitec, parfaitement adaptée à la région. Saudi Aramco poursuit avec ce projet un double objectif : "d’une part, achever les travaux dans les délais et, d’autre part, tester le rendement énergétique du système CPV tout en évaluant, pour de futures installations à grande échelle, le coût moyen actualisé de l’électricité (LCoE) ainsi produite."

"Ce contrat représente une percée majeure sur le marché de l’énergie solaire. Il est le témoignage incontestable que la technologie CPV de Soitec à haut rendement énergétique offre le meilleur avantage concurrentiel dans des conditions désertiques" a déclaré Cheikh Khaled Juffali, fondateur et Président de KJC. "Le fait d’avoir remporté ce projet avec Soitec pour Aramco ouvre la voie à plusieurs autres grands projets. Nous avons, ce faisant, franchi un pas décisif vers le développement d’un marché de l’énergie solaire en Arabie Saoudite".

C’est la compagnie BELECTRIC Saudi Arabia LLC, qui construira la centrale solaire de Tabuk. Elle a déjà connecté plus de 1 gigawatt de centrales solaires à grande échelle dans le monde entier, dont notamment la plus grande centrale solaire de l’Arabie Saoudite au siège de Saudi Aramco.

En début d’année, Soitec a installé un démonstrateur CPV à l’Université de Technologie de Medina en Arabie Saoudite. Cette installation a servi de plate-forme à la recherche appliquée et à des projets de formation sur l’énergie solaire au Moyen-Orient. Elle a également permis de démontrer les performances de la technologie CPV en milieu ensoleillé, chaud et aride. Grâce à cette unité de démonstration et à celles installées dans six autres pays de la région Moyen-Orient/Afrique du Nord, Soitec a pu apporter la preuve des avantages spécifiques de ses systèmes CPV et de leur adaptation au climat du royaume saoudien.

Cette solution se caractérise en effet par un des plus faibles taux de dégradation des modules sur la durée, par des lentilles Fresnel de silicone sur verre offrant une bonne résistance aux ultraviolets et à l’usure même en conditions extrêmes, des cellules photovoltaïques d’une durée de vie utile de 30 ans et plus (qui ont fait leur preuve dans l’espace) et des panneaux de trackers dont la hauteur, la position d’arrimage et la garde au sol ont été prévues pour résister aux tempêtes de sable et autres dommages causés par ce dernier.

Selon les estimations des autorités saoudiennes, les besoins en électricité de l’Arabie Saoudite devraient dépasser les 120 GW sur les vingt prochaines années. Pour répondre à cette demande, le royaume entend augmenter régulièrement la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique. D’après l’organisation K.A. CARE (King Abdullah City for Atomic and Renewable Energy), créée par le roi Abdallah d’Arabie Saoudite pour lancer le programme national des énergies renouvelables, le solaire devrait représenter une capacité installée de 41 GW dans le Royaume d’ici à 2032.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "L’Arabie Saoudite fait appel à la technologie solaire CPV de Soitec"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Samivel51
Invité

J’espere que ce contrat va ouvrir la voie au decollage des ventes de Soitec. D’ailleurs, je suis surpris que des pays comme l’Allemagne ou l’Espagne, qui ont enormement de solaire PV fixe installe et tous orientes au sud, n’imposent pas une certaine proportion de CPV, ou au moins de PV sur tracker, afin de lisser la production solaire sur la journee. (Au lieu d’avoir un enorme pic entre 10h et 15h, et pratiquement rien avant et apres). Quelqu’un a-t-il une explication?

Temb
Invité

Question de rentabilité lié au surcout entre structures mobiles et fixes, techno type CPV et PV classique. L’Espagne a pas mal de thermodynamique, 1/4 de sa production solaire annuelle. En Allemagne le pic de consommation est très important à midi, le PV colle parfaitement à leur courbe de consommation : En Espagne c’est très important à midi mais ils ont par contre unpic à 21H qui reste fort toute l’année, pour lequel le thermodynamique est parfait.

Pablo
Invité

Au delà du surcoût du tracking qui doit être rentabilisé par une productivité de la centrale (kWh/kW) bien supérieure (ce qui n’est pas le cas sur des zones peu ensoleillées type Allemagne) comme indiqué dessus, je ne suis pas sûr que le cpv ou le pv avec tracking permettent de mieux lisser la courbe de production quotidienne (?).

Samivel51
Invité

Je peux comprendre que l’Espagne (et l’Italie) aient un pic de conso en milieu de journee (climatisation), mais en Allemagne?? N’y a-t-il pas tout de meme un “business case” pour du solaire produisant le matin (Est de la Baviere, de l’Autriche, de l’Italie) ou le soir (Ouest de l’Espagne, de la France peut-etre, et Portugal), quand le marche de l’electricite en Europe de l’Ouest n’est inonde de MW solaires a bas cout?

Luis
Invité

¤ La technologie CPV, tout comme la technologie CSP thermodynamique, est adaptée aux lieux où l’irradiation solaire directe est fortement prépondérante. Les cellules solaires du PV classique captent à la fois le rayonnement direct et le rayonnement diffus. C’est pour cela que la production d’électricité, bien que moindre, existe encore par ciel couvert. Pour le CPV, c’est le rayonnement direct qui est concentré sur les cellules, le rayonnement diffus ne jouant pratiquement aucun rôle. Le CPV est donc bien adapté aux milieux désertiques du MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord).

Lionel_fr
Invité
Le trend des panneaux est toujours à la baisse. Pour l’électronique embarquée , j’ai bricolé des nano éoliennes mais pour le réseau , il ne faut pas hésiter à mettre les gigaWatts crète en vertical ou quasi-vertical orienté est-ouest. D’autant qu’on peut alors utiliser des double jonctions ou carrément du silicium amorphe qui est préférable pour la lumière diffuse comme dit Luis. Le problème des trackers , c’est qu’une fois que vous aurez réglé les cas qui surviennent une fois tous les cinq ans , votre PV coutera 5 fois son prix facial. Notamment à cause du renforcement des structures… Lire plus »
Luis
Invité
¤ En Allemagne comme dans la plupart des pays européens, la pointe de consommation se produit en milieu de journée, car elle provient surtout de l’industrie et du secteur tertiaire. Le secteur résidentiel consomme davantage en soirée, surtout l’hiver. La consommation résidentielle en milieu de journée est plus importante en Allemagne qu’en France, en proportion, car il existe moins de crêches et d’écoles maternelles, ce qui fait que plus de femmes (en général) restent à la maison pour s’occuper des enfants. Ce qui entraîne une plus grande consommation en milieu de journée : cuisine, tâches ménagères … En Espagne et… Lire plus »
wpDiscuz