L’Arctique recèlerait 90 milliards de barils de pétrole

Le cercle du Pôle nord Arctique renfermerait une réserve équivalente à environ 90 milliards de barils de pétrole, techniquement récupérable selon une estimation de l’agence gouvernementale américaine de recherche géologique (USGS).

L’Arctique recèlerait également 1670 billions de pieds cubiques de gaz naturel (ou 46,76 milliards de m3) et 44 millions de barils de gaz naturel liquéfié, dans 25 endroits géologiques définis.

Ces nouvelles ressources représentent environ 22% des ressources dites "non-découvertes mais techniquement exploitables" dans le monde. Les richesses énergétiques de l’Arctique représentent ainsi 13% du pétrole non-découvert, 30% du gaz naturel non-découvert et 20% du gaz naturel liquéfié non-découvert.

L’exploration au nord du cercle arctique a déjà abouti à la découverte de plus de 400 champs pétroliers et gaziers. Ces domaines représentent environ 40 milliards de barils de pétrole, et plus de 1 100 billions de pieds cubes de gaz, et 8,5 milliards de barils de gaz naturel liquéfié.

Néanmoins, l’Arctique, en particulier en territoire offshore, est essentiellement inexploré en ce qui concerne le pétrole.

L'Arctique recèlerait 90 milliards de barils de pétrole

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "L’Arctique recèlerait 90 milliards de barils de pétrole"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Potfok
Invité

Mais rappelons simplement que 90 milliards de barils représentent 3 ans (1046 jours) de consommation au rythme actuel.

Raminagrobis
Invité
Que l’arctique recèle ou non de grandes réserves.Si on veut stabiliser le CO2 à 450 ppm dans l’atmosphère ce qui est vraiment le maximum qu’on puisse accepter sans trop de risques, on a “encore le droit” de bruler les réserves connues et prouvées de pétrole et de gaz naturel conventionnels. rien de plus. C’est une estimation de jancovici, qui m’a cohérente avec les autres sources, et avec l’analyse des chiffres bruts.Donc à quoi bon chercher de nouveaux gisements dans les recoins brulants ou glacés de la planète, ou se pencher sur des ressources non conventionnelles, puisqu’on ne peux pas en… Lire plus »
changaco
Invité

Encore et toujours des estimations mais on ne nous dit jamais comment ils arrivent à de telles estimations …

g.lecoq
Invité

Bonjour,Tout comme Albio Tech, je pense que ces “90 milliards” de barils sont bien là ou ils sont, et que l’on devrait éventuellement les laisser à la disposition des générations futures, mais certainement pas aller les chercher.Si nous commençon sà forer l’Artique, rienne les empêchera demain de faire la même chose dans l’Antartique, et les pires catastrophes peuvent, elles aussi, être envisagées!!Essayons, de temps à autre, de nous servir de nos erreurs, pour ne pas les remettre sur le tapis, uniquement pour enrichir encore un peu plus les mêmes.G.Lecoq.

Picsou
Invité

on devrais pourquoi pas abattre les forets tropical pour avoir du bois, abattre les animaux sauvage d’afrique pour nourir les africains et détruire toutes les colonies d’animaux qui vivent dans les pôles et pourquoi pas nous par la suite, cela ferai de l’air pour cette superbe planète

wpDiscuz