L’automne 2006 a fait chuter la consommation de gaz

Sur une période de sept ans entre 2000 et 2006, la consommation brute globale de gaz naturel a augmenté de 2,1 % par an en moyenne.

La consommation brute de gaz naturel livré aux réseaux de distribution publique, englobant les secteurs résidentiel, tertiaire et petite industrie, a connu une augmentation légèrement supérieure à 2,2 % sur cette même période.

En ce qui concerne les grandes entreprises, directement raccordées au réseau de transport, la consommation de gaz naturel a augmenté en moyenne de 1,8 % par an sur cette période.

Selon l’Observatoire de l’Energie (ministère de l’Industrie), la part du gaz naturel dans la consommation d’énergie primaire en France augmente régulièrement : en 2005, elle s’est élevée à 14,8 % contre 13,9 % en 2000 et 11,5 % en 1990.

La consommation de gaz est très sensible à la température. Un automne chaud permet aux ménages et aux gestionnaires de chauffage de retarder la mise en service des chaudières, diminuant d’autant la consommation de gaz. Un automne froid entraîne au contraire une hausse des consommations. Or, l’automne 2006 a été le plus chaud depuis 1950, alors que l’automne 2005 a été plus froid que la moyenne. C’est la raison principale expliquant la baisse de consommation de gaz naturel en 2006 par rapport à 2005 : – 3,1 % en données brutes, alors que la baisse est de seulement 0,9 % en données corrigées du climat.

La consommation de gaz livré aux réseaux de distribution publique, secteurs résidentiel, tertiaire et petite industrie, particulièrement sensibles aux aléas climatiques, a connu une hausse de 0,9 % en 2006 en données corrigées du climat, contre une baisse de 2,4 % sans correction climatique.

La consommation de la grande industrie est en recul de 4,4 % en 2006 par rapport à 2005.

(src : GRTgaz)
Partagez l'article

 



Articles connexes

avatar
  Souscrire  
Me notifier des