Enerzine

L’avenir prometteur des cellules solaires organiques

Partagez l'article

L’Institut Fraunhofer de l’énergie solaire (ISE) à Fribourg-en-Brisgau présentera du 21 au 23 février 2008, au salon Nano Tech de Tokyo, des procédés pour la production en masse de cellules photovoltaïques organiques.

Les cellules solaires organiques ont de bonnes perspectives d’avenir : leur production est rentable car ces cellules peuvent être étalées sur des films transparents très fins.

Toutefois les cellules solaires organiques ne sont toujours pas en mesure de concurrencer les cellules en silicium car leur rendement reste encore peu élevé. En revanche, grâce à leur flexibilité, elles offrent de nouvelles perspectives d’utilisation et pourraient à l’avenir équiper par exemple les lecteurs MP3, ou bien encore les forfaits de ski.

Les experts de l’ISE présenteront donc à Tokyo un module solaire flexible de l’épaisseur d’une feuille de papier, moyennant un procédé de fabrication pouvant être facilement adapté à la technologie de fabrication "Roll to Roll", ce qui constitue un paramètre important en vue de la production de masse.

L'avenir prometteur des cellules solaires organiques

Il existe également un nouveau principe de construction permettant de réduire les coûts. Jusqu’à présent, l’électrode de la cellule photovoltaïque (celle faisant face au soleil) était faite en oxyde d’indium-étain (Indium Tin Oxyd ITO), car ce matériau est transparent mais ce matériau reste relativement cher. Maintenant, il existe une alternative. L’équipe du Fraunhofer a connecté une électrode polymère peu conductrice transparente à une couche de métal très conductrice située sur la partie opposée de la cellule solaire, grâce à de nombreux petits trous dans la cellule. Ce nouveau principe de construction permet d’utiliser des électrodes polymères transparentes bon marché. L’idée sera bientôt brevetée.

BE Allemagne numéro 371 (6/02/2008) – Ambassade de France en Allemagne / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/52942.htm


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    9 Commentaires sur "L’avenir prometteur des cellules solaires organiques"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Skiman
    Invité

    En quoi ça va être utile de mettre du pv sur les forfaits de ski ???

    nico
    Invité

    « L’idée sera bientôt brevetée »… Si tel est le cas, je dois tout ré-apprendre des règles de la propriété intellectuelle. En effet, d’une part une idée n’est pas brevetable. D’autre part, lorsqu’on communique (largement en plus) sur une innovation, elle tombe de droit dans le domaine public !

    Guydegif(91)
    Invité

    Je suis assez d’accord avec nico, mais c’est une bonne piste quand même vu la flexibilité de structure et d’application, la non-dépendance du silicium denrée rare donc chère qq fois, coûts réduits…tout ça me plait bien. Bon courage et bonne chance au ISE de Fribourg-en-B. et quand on voit le dynamisme de cette ville pour ce qui est EnR et surtout solaire,… j’ai confiance qu’ils vont le faire et aboutir. Viel Erfolg ! M.f.G.. Merci nous tenir au courant des suites et prochaines étapes. A suivre ! A+ Salutations Guydegif(91)

    Changaco
    Invité

    D’après la page de Wikipédia le concernant : « C’est l’élément le plus abondant sur la Terre après l’oxygène (27,6%). » () par contre il est vrai qu’il n’existe pas pur à l’état naturel : « Il n’existe pas à l’état libre mais sous forme de composés : sous forme de dioxyde, la silice (dans le sable, le quartz, la cristobalite, etc . . .) ou de silicates (dans les feldspath, la kaolinite, etc.). » donc attention à ne pas faire l’amalgame.

    Dan
    Invité
    Le silicium, c’est comme l’hydrogène, c’est un élément très abondant. Mais L’ennui c’est que ni l’un ni l’autre ne se trouve abondamment sous la forme directement utilisable par l’homme. Le silicium électronique doit être ultra pur et ça coûte très cher, l’hydrogène ne doit être pas lié à d’autres atomes et malheureusement il se lie très facilement (eau, méthane…). dans les deux cas il faut dépenser beaucoup d’énergie pour obtenir, in fine, quelque chose qui a une certaine valeur écologique. Pour les capteurs photovoltaïques, on a donc bien un problème avec le silicium et un risque de pénurie si on… Lire plus »
    Skiller
    Invité

    cette marée humaine qui se rue sur les hauts sommet à grand coup de 4×4 urbains et de chalets chauffés en haute altitude et au coeur de l’hiver c’est très très écolo, gross impact positif le PV sur les forfaits, ça va sûrement anuller le bilan

    pcSi
    Invité

    Petit point sur la rareté et le prix du Si…Comme le soulignent Changaco et Wikipédia, le silicium est un matériau abondant. Problème, pour fabriquer des cellules PV à base de plaquettes massives (300µm), on a besoin de Si de qualité électronique ou « solaire » de pureté élevée et donc, cher! Par contre, les filières couches minces permettent de diminuer les épaisseurs d’un facteur 100 et d’autre part rendent possible l’utilisation de silicium moins pur donc moins coûteux. Alors stop aux idées reçues, le silicium PV n’est pas forcément synonyme de pénurie ou de coût élevé!

    Ghalia
    Invité

    a quoi ca serai si cet technologie ne sort pas du laboratoire de moment que leur durée de vie que 5000heur au max?????????

    Ghalia
    Invité

    a quoi ca serai si cet technologie ne sort pas du laboratoire de moment que leur durée de vie que 5000heur au max?????????

    wpDiscuz