Enerzine

Le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais au patrimoine mondial de l’Unesco

Partagez l'article

Le site du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais caractérisant l’histoire de l’extraction de la houille en France depuis le 18e siècle jusqu’à la fin du 20e siècle est devenu le 38e bien français inscrit au titre des paysages culturels évolutifs vivants sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais correspond à l’extrémité d’un grand filon charbonnier qui parcourt le nord-ouest de l’Europe. Long de 120 km, il s’étend à cheval sur les départements du Nord et du Pas-de-Calais. Le site comprend l’ensemble des éléments qui forment un véritable paysage culturel minier : des éléments techniques liés à l’industrie minière, comme les fosses, les chevalements et les terrils, les infrastructures de transport dédiées aux hommes ou au minerai ; des cités minières et leurs édifices religieux, sportifs ou administratifs ; et enfin les fosses de Gohelle, Oignies, Arenberg et Lewarde, lieux de mémoire qui illustrent toutes les périodes de l’évolution de la technologie extractive et constructive depuis 1850.

L’Etat français a déjà mis ou va mettre en place des protections de niveau national sur ce site.

A ce jour, la plupart des installations minières et anciennes cités de mineurs sont classées monuments historiques. Un nouveau programme de classements est engagé pour garantir la pérennité et la bonne gestion du bien inscrit. Dans un premier temps, la chaîne des terrils, constituée de 85 terrils dont la propriété est publique, sera classée au titre des sites. Il s’agit de « protéger l’ensemble des terrils inclus dans le périmètre du bien, ainsi que la partie la plus significative de ceux présents dans la zone tampon et au-delà ». Une seconde étape de classements est prévue sur les « paysages miniers du Nord-Pas-de-Calais ».

Cette inscription est l’aboutissement d’un long travail porté par l’association « Mission bassin minier » à laquelle sont associés les services de l’Etat, les collectivités, des universitaires, des professionnels et la population attachée à ce patrimoine quasi abandonné depuis 50 ans. Elle place le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais parmi les richesses culturelles de la France et en souligne la valeur universelle pour l’ensemble du monde.

Le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais au patrimoine mondial de l'Unesco

[ L’ancienne fosse Arenberg ]

Pour leur part, le Groupe Europe Écologie les Verts (EELV) s’est réjouit du classement au patrimoine mondial de l’Unesco de ce bassin minier aux paysages atypiques, notamment avec les fameux terrils. "Ce sont des milliers de mineurs qui ont marqué ce territoire. Ce classement permet d’honorer l’apport de ces milliers d’ouvriers et ouvrières à nos sociétés, à notre histoire industrielle. Si les puits de mines ont fermé il y a maintenant plusieurs décennies, leur marque est toujours prégnante sur le territoire. Il ne faut pas cacher ce patrimoine, ni effacer la mémoire ouvrière qui en est issue. Il faut au contraire l’assumer, le respecter et le mettre en valeur, dans toutes ses dimensions, même les plus douloureuses" a t-il indiqué dans un communiqué.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz