Le bénéfice des toits verts démontré à Montréal

La première étude montréalaise sur la performance énergétique d’une toiture végétale démontre que cette technologie réduit la consommation d’énergie de climatisation et de chauffage.

« Nous attendions ces résultats depuis plusieurs années. C’est une étape importante pour l’implantation à grande échelle des toits verts », souligne Owen Rose, président du Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM).

99% de réduction de l’énergie de climatisation

L’étude a comparé la consommation énergétique d’une toiture conventionnelle à celle de deux types de toitures végétales (irriguée et sèche). Le toit vert irrigué a démontré une performance globale d’environ 10% à 15% supérieure à celle du toit vert non irrigué.

Diminution drastique de la consommation d’énergie de climatisation : l’entrée de chaleur reliée au toit dans le bâtiment a été réduite de 99% sur le toit irrigué et 91% sur le toit non irrigué ;

Gains en énergie de chauffage : les pertes de chaleur reliées au toit enregistrées sont de 38% et de 27% inférieures à un toit conventionnel ;

Prolongation de la durée de vie des toitures : la température enregistrée sur la membrane d’étanchéité d’une toiture verte est beaucoup plus stable (77% et 66%) et la température maximale est réduite du quart (27% et 25%).

Une première à Montréal

L’équipe du CEUM a implanté ce toit vert expérimental à l’été 2005 sur un duplex de la rue Jeanne-Mance au centre-ville de Montréal. L’auteur de cette étude, Sébastien Jacquet, ingénieur en construction écoresponsable, explique : « Il existe beaucoup d’études menées à travers le monde pour quantifier la performance énergétique des toitures végétales, mais celle-ci est la première à Montréal et permet de combler un vide de données pour nos conditions climatiques. » Les résultats obtenus dans cette recherche sont comparables dans bien des cas à ceux obtenus ailleurs au Canada notamment à Ottawa et Toronto.

Le bénéfice des toits verts démontré à Montréal

Plus de toits verts à Montréal

« Nous souhaitons que Montréal suive l’exemple de plusieurs villes à travers le monde et mette en place des mesures concrètes pour favoriser les toits verts. La Ville de Montréal peut notamment modifier sa réglementation pour exiger l’augmentation de la capacité portante des toits sur les nouvelles constructions. Avec une augmentation du coût de construction très minime, on facilite l’implantation d’un toit vert ou d’une terrasse verte dans les années qui suivent », déclare Owen Rose.

Le bénéfice des toits verts démontré à Montréal

Au cours des dernières années, autant en Europe (Bâle, Stuttgart et Munster) qu’en Amérique du nord (Chicago, Washington, Portland et Toronto), plusieurs grandes villes passent à l’action et ont mis sur pied divers types d’incitatifs règlementaires et économiques pour favoriser la prolifération des toits verts.

Le bénéfice des toits verts démontré à Montréal

Les toits verts ont peu à peu commencé à faire leur apparition à Montréal au cours des dernières années. Voici quelques exemples de toits verts montréalais situés sur des bâtiments institutionnels :

  • Le 740 Bel-air
  • Complexe des sciences de la vie – Université McGill
  • Pavillon Lassonde – Polytechnique
  • Maison de la culture Côte-des-neiges-Notre-Dame-de-Grâce
  • École nationale du cirque
  • Garage Legendre – Société de transport de Montréal
  • Société des alcools du Québec

Pour plus d’information sur le sujet, rendez vous sur : www.ecologieurbaine.net

L’étude est disponible en français en cliquant sur ce lien >>>>> ICI

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Le bénéfice des toits verts démontré à Montréal"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité

on le savait déjà, cette expérimentation l’a confirmé et surtout mesuré. Allez, cette fois on fonce ! (A moins qu’en France “on” nous commande une étude contradictoire sur plusieurs années, histoire de reculer toujours plus le moment de se lancer, mais c’est pour notre plus grand bien, sans doute)

nahouhak
Invité
Selon l’affectation du bâtiment c’est intéressant. Pour une habitation par exemple, ça peut être une bonne chose, et encore. Mais pour des bureaux, c’est pas la toiture qui fait qui change grand chose aux apports globaux (soleil/occupants/PCs/lumière etc…). Et à quoi est comparé cette toiture en verdure ? Un toit isolé bien isolé par l’extérieur, c’est pas pareil ? A part ça, malgré mes critiques sur l’article qui manque cruellement de vraies informations et de point de comparaison. Je suis tout à fait pour ce genre de chose. Et même si c’est pas pour tout de suite, j’imaginais bien ma… Lire plus »
suntep
Invité

pour peu que ça vienne chatouiller les stock-options d’un patron de grande entreprise dans le secteur de l’isolation/clim … on verra certainement de nombreux atermoiements dans ce domaine, comme dans d’autres …

wpDiscuz