Le Bitcoin devrait utiliser 0,5% de l’énergie électrique mondiale d’ici fin 2018

La demande croissante de Bitcoin, – monnaie virtuelle – en électricité retient de plus en plus l’attention, presque plus que la valeur extrêmement fluctuante de la cryptomonnaie. Toutefois, l’estimation exacte de la quantité d’électricité utilisée par le réseau Bitcoin, nécessaire à la compréhension de son impact et à la mise en œuvre de la politique, reste encore un défi.

Alex de Vries, Economiste financier et spécialiste de la blockchain, a utilisé une nouvelle méthodologie pour déterminer vers où s’oriente la consommation d’énergie électrique du Bitcoin et en combien de temps elle pourrait y parvenir.

Ses estimations situent l’utilisation minimale du réseau Bitcoin à 2,55 gigawatts, ce qui signifie qu’il consomme presque autant d’électricité que l’Irlande. Une seule transaction consomme autant d’électricité qu’un ménage moyen aux Pays-Bas en un mois. D’ici la fin de l’année, il prévoit que le réseau pourrait utiliser jusqu’à 7,7 gigawatts, soit autant que l’Autriche et un 0,5% de la consommation mondiale totale.

« Pour moi, 0,5%, c’est déjà assez choquant. C’est une différence extrême par rapport au système financier ordinaire, et cette augmentation de la demande d’électricité ne nous aidera certainement pas à atteindre nos objectifs climatiques« , a t-il indiqué. Si le prix du bitcoin continue de grimper comme l’ont prédit certains experts, M. de Vries estime que le réseau pourrait un jour consommer 5% de l’électricité mondiale. « Ce serait très mauvais. »

Le Bitcoin dépend des ordinateurs qui horodatent les transactions dans une chaîne continue prévenant ainsi la multiplication des coûts. Les ordinateurs du réseau effectuent des calculs en continu, se disputant la chance, une fois toutes les dix minutes, d’être nommés pour créer le bloc suivant de transactions dans la chaîne. L’utilisateur de l’ordinateur qui gagne se voit attribuer 12,5 nouvelles pièces, un processus connu sous le nom de Bitcoin « minier ». Mais dans tous les cas, même les utilisateurs qui ne gagnent pas, dépensent de la puissance de calcul. « Vous produisez des chiffres tout le temps et les machines que vous utilisez pour cela utilisent de l’électricité. Mais si vous voulez obtenir une plus grande part du gâteau, vous devez augmenter votre puissance de calcul. Les personnes sont donc fortement incités à augmenter leurs dépenses en électricité et en machines« , a expliqué M. de Vries.

C’est le fait de connaître quand cette incitation cesse qui est au cœur de sa méthode d’estimation. Les principes économiques suggèrent que l’ensemble du réseau Bitcoin finira par atteindre un équilibre lorsque les coûts du matériel et de l’électricité utilisés pour l’extraction sont égaux à la valeur du bitcoin extrait. Et cette information peut se rapprocher de la quantité totale d’électricité que le réseau utilisera à cet équilibre.

D’autres chercheurs se sont déjà basés sur cette méthode, mais de Vries va plus loin. Il utilise les informations sur la production de Bitmain, le plus grand fabricant de machines minières de Bitcoin, pour estimer à la fois la part des coûts d’un mineur associé au matériel plutôt qu’à l’électricité et le moment où cet équilibre pourrait être atteint. Et bien qu’il ait confiance en ses estimations, le problème avec cette méthode est que ces fabricants sont extrêmement secrets.

Néanmoins, il croit que l’obtention d’une bonne estimation est importante pour déterminer la durabilité des cryptocurrences à l’avenir et pour aider à façonner les politiques qui les entourent. Certains États américains ont déjà commencé à imposer des restrictions sur l’exploitation minière du bitcoin. « Mais vous devez baser votre politique sur quelque chose. Et je pense que ma méthode est importante à cet égard, parce qu’elle est tournée vers l’avenir. Elle n’est pas axée sur le présent, mais sur l’avenir. Et je pense que c’est quelque chose que vous devez vraiment savoir si vous allez rédiger une politique à ce sujet« , a t-il ajouté.

Il souligne également qu’il y a matière à discuter de sa méthode. « Je pense que tout le monde est d’accord sur la consommation minimale d’énergie. Mais l’estimation future ? C’est en fait assez discutable. Nous n’avons pas vraiment une approche commune pour arriver à une estimation future de la consommation d’électricité en ce moment, et c’est pourquoi j’espère entamer cette conversation. Je fais cette recherche, mais beaucoup de gens devraient le faire. »

Joule, de Vries: "Bitcoin's Growing Energy Problem" http://www.cell.com/joule/fulltext/S2542-4351(18)30177-6
Partagez l'article
  • 17
    Partages

 



[ Traduction Enerzine ]

Articles connexes

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Sam
Invité
Sam

Article intéressant, c’est assez effrayant…

Pour ceux qui comme moi ne calculent pas tout en « conso électrique d’un ménage moyen aux Pays-Bas en un mois », chaque transaction représente 300kWh et pourrait dépasser les 900 kWh * à la fin de 2018.
(source: article cité plus haut)

*900 kWh c’est :
900 heures de pompe de filtrage de piscine (pour ceux qui calculent en piscines),
450 kg de linge au sèche-linge classe A+ (pour ceux qui calculent en essorage),
600 heures de cuisson au four électrique (pour ceux qui calculent en tartes aux pommes).

Yaouanc Sebastien
Membre
Yaouanc Sebastien

Le Bitcoin est mort…
C’est maintenant un objet de spéculation, victime de son succès. Le coût de transaction le rend inutile comme monnaie.
Ça n’empêche que c’est une invention géniale, et que les cryptomonaies ont un grand avenir. Reste à inventer un autre modèle que la compétition de calcul pour en garantir à la fois la sécurité et la présence suffisante d’ordinateurs à même de valider les transactions (ce qui techniquement ne nécessite pas du tout la puissance de calcul qu’y consacrent les mineurs Bitcoin).