Enerzine

Le Brésil commande la plus longue ligne HVDC au monde

Partagez l'article

Le pôle Transmission et Distribution (T&D) d’Areva a reçu une commande d’environ 400 millions de dollars d’IE Madeira* pour une liaison à courant continu haute tension (HVDC)** au Brésil.

Le système acheminera l’électricité depuis le complexe hydroélectrique de Madeira, situé dans le nord-ouest de l’Amazonie, via la plus longue ligne de transmission au monde (2 375 kilomètres), pour atteindre le sud-est du Brésil, où la consommation d’électricité est en plein essor.

Le complexe hydroélectrique de Madeira est composé de deux centrales d’une capacité totale de 6 300 MW. Le système HVDC d’Areva convertira le courant alternatif en courant continu pour minimiser les pertes possibles lors du transport à travers le pays. Il sera opérationnel en avril 2013.

"Ce nouveau contrat vient renforcer la position de leader d’AREVA T&D sur le marché HVDC. Fortes de leur succès dans la construction d’une interconnexion HVDC entre les réseaux uruguayen et brésilien et de plusieurs autres projets dans le monde entier, les équipes locales et internationales d’Areva T&D se mobilisent pour soutenir le développement du réseau électrique brésilien. Nous nous réjouissons d’avoir été sélectionnés pour ce projet d’envergure", a déclaré Philippe Guillemot, PDG d’Areva T&D.

* IE Madeira (Interligação Elétrica do Madeira) est une société à finalité spécifique contrôlée par CTEEP, la Companhia de Transmissão de Energia Elétrica (une entreprise privée de transmissio) appartenant à FURNAS Centrais Elétricas et à CHESF, Companhia Hidro Elétrica do São Francisco, toutes deux entreprise de transmission appartenant à l’Etat.
** HVDC (High Voltage Direct Current) : courant continu à haute tension


Partagez l'article

 



                

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    3 Commentaires sur "Le Brésil commande la plus longue ligne HVDC au monde"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Electro
    Invité
    Il me semble avoir appris que pour minimiser les pertes par effet joule, il faut transporter l’énergie électrique en haute tension, afin d’avoir l’intensité la moins forte possible (W=RI²t ?). Par contre, on hérite alors de pertes capacitives et inductives.L’avantage du courant alternatif étant de pouvoir abaiser ou augmenter la tension à sa guise, à l’aide de transformateurs dont le rendement est proche de 90%, le transport longue distance c’est fait jusqu’alors en CA. Certes, on sait maintenant augmenter ou diminuer la tension à partir de CC avec des dispositifs à semi-conduteurs, mais quel est l’avantage du courant continu en transport… Lire plus »
    marcarmand
    Invité

    Ce qui limite le transport en alternatif, c’est l’effet de peau, qui oblige le courant à circuler en surface. En continu, le courant circule uniformément dans tout le conducteur, d’où une diminution de la résistance et donc des pertes en ligne. Le projet DESERTEC est basé principalement sur la technologie HVDC: la limitation des pertes à 3% pour 1000 km permettra d’importer en Europe de l’électricité solaire produite au Sahara

    Electro
    Invité

    OK j’ai compris. Je ne pensais pas que ce phénomène était à prendre en compte à des fréquences aussi basses.

    wpDiscuz