Le brésil, leader mondial de crédit de CO2

Le Brésil est devenu un leader mondial en projets de crédits de carbone, un marché qui a généré 9,4 milliards (ou 11,6 milliards de dollars) en 2005, année de l’entrée en vigueur du Protocole de Kyoto, un pacte mondial pour réduire les émissions de gaz polluants. Au total, 37 programmes brésiliens sont enregistrés à l’ONU – l’organisme responsable de la vérification et l des projets – sur une palette de 150 opération de ce type. Le Brésil dépasse l’Inde (28), le Mexique (15), le Chili (10), le Honduras (9) et la Chine (7). “Nous sommes les leaders mondiaux du segment de crédit de carbone et une référence pour 76 autres pays en développement qui ont signé le Protocole de Kyoto”, affirme Marcelo Junqueira, vice-président du secteur des transactions de Ecoenergy, une entreprise spécialisée en projets énergétiques dont le siège est aux Etats-Unis mais qui a des bureaux au Brésil et dans d’autres pays d’Amérique Latine.

Toutefois, même si le Brésil est en avance en termes de nombre de projets approuvés par l’ONU, l’Inde a de fortes chances de prendre sa place dans les prochains mois. En effet, l’Inde a actuellement plus de projets à l’ONU (61 au total) que le Brésil (45), en phase d’évaluation et susceptibles d’être approuvés. Cependant, les demandes de révision de projets sont rares, d’après M. Junqueira.

“L’Inde et la Chine sont les principaux concurrents du Brésil dans la recherche de fonds pour des projets de crédit de carbone ”, affirme Linda Murasawa, directrice du secteur de produits socio environnementaux de ABN Amro Real. D’après elle, ces deux pays utilisent beaucoup le charbon comme matière énergétique, mais l’Inde a plus d’options que la Chine car elle peut exploiter du gaz naturel, l’énergie éolienne, solaire et hydroélectrique.

(src : Brasil International Gazeta – 10/04/2006)
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz