Le bureau le plus écologique au monde se trouve aux Pays-Bas

Le nouveau siège social du fabricant de sécheurs et de refroidisseurs Geelen Counterflow, situé à Haelen aux Pays-Bas, est devenu le bureau le plus écologique au monde en obtenant un score de 99,94 % selon la méthode d’évaluation de la performance environnementale des bâtiments développée par le BRE (BREEAM).

Le bâtiment, qui peut accueillir 50 employés de bureau, génère 50% plus d’énergie solaire que ce dont il est nécessaire pour assurer le chauffage, la climatisation, l’éclairage et le fonctionnement des ordinateurs. L’énergie supplémentaire est utilisée dans l’usine pour le découpage au laser de l’acier inoxydable et pour le rechargement électrique des chariots élévateurs.

Les matériaux de construction sont certifiés « Cradle to Cradle » (du berceau au berceau) lorsque cela est possible, ce qui signifie qu’ils ne causent pas de dommages à l’environnement et qu’ils peuvent être réutilisés ou recyclés après utilisation. Le bâtiment est construit à partir de matériaux en bois, considérés comme ayant l’empreinte CO2 la plus basse parmi les matériaux de construction.

L’architecture est optimisée pour la santé et la productivité des employés par le biais d’un contrôle de la pénétration de la lumière du jour, de la qualité de l’air et de l’éclairage intérieur, et par l’utilisation de matériaux sains.

Un jardin naturel a été créé autour du bâtiment, en utilisant toute une variété de plantes et fleurs endémiques. L’aménagement paysager comprend également des lieux de nidification pour les oiseaux, les insectes, les chauves-souris et les amphibiens.

Sander Geelen, directeur général de Geelen Counterflow a déclaré : « Dans notre quête perpétuelle de construire les meilleurs sécheurs et refroidisseurs pour les aliments et les engrais, nous appliquons les lois de la nature concernant la gravité, l’aérodynamisme et la thermodynamique. De ce fait, lorsque nous construisons de nouveaux bureaux, il nous semble plus que naturel de respecter ces lois mais également les limites que la nature nous donne. Ce bureau est une nouvelle étape dans notre cheminement vers une élimination totale de l’utilisation des énergies fossiles. La prochaine phase sera de développer une nouvelle génération de sécheurs qui utiliseront uniquement des énergies renouvelables. »

Le bureau a été conçu par Architecten en Bouwmeesters. La supervision de la construction a été assurée par Wagemans Bouwadvies. Les installations techniques ont été développées par Dubourgraaf et M. Ad van de Ven a été désigné comme expert BREEAM-NL

Le bureau le plus écologique au monde se trouve aux Pays-Bas

La BREEAM est la plus importante méthode d’évaluation au monde des performances environnementales des bâtiments et des projets. Il y a plus de 540 700 projets certifiés BREEAM dans le monde. Aux Pays-Bas, la méthode est gérée par le Dutch Green Building Council.

A propos

Geelen Counterflow développe et fabrique des sécheurs et refroidisseurs à contre-courant pour l’industrie alimentaire humaine et animale. Les 100 employés de la société fournissent des équipements pour l’industrie alimentaire humaine (comme le café, les cornflakes et les croûtons) et animale (bétail, poissons, animaux de compagnie). Des bureaux de vente et de services sont situés aux Pays-Bas, aux États-Unis, en Argentine et en Chine.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Le bureau le plus écologique au monde se trouve aux Pays-Bas"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Papijo
Invité
“Le bâtiment, qui peut accueillir 50 employés de bureau, génère 50% plus d’énergie solaire que ce dont il est nécessaire pour assurer le chauffage, la climatisation, l’éclairage et le fonctionnement des ordinateurs.” Encore un mensonge (banal) des écolos ! Ces bureaux sont incapables de fonctionner s’ils ne sont pas connectés à l'”EDF locale” ! Le maximum de courant est produit en été (quand les employés sont en vacances), et en hiver malgré tous les efforts du soleil hollandais, on utilise l’électricité du réseau ! NB: Plutôt que nous passer des communiqués concernant comme ici (bureau pour 50 employés) une puissance… Lire plus »
Tech
Invité

toujours aussi pathéttique papy. vous préférez certainement des bureaux passoire énergétique demandant plus de centrales (nuke ou thermique!) que nécessaires! c’est quand même étonnant ce refus du mieux en pronant le passé (dépassé!) et il faudra vous habituer à raisonner (si c’est possible!) énergie globale et locale intégrées de façon “smart” sans séparer l’une et l’autre!

enerc77
Invité

Pour le charbon, à fond la forme!. Peabody (le numéro 1 au US) bien de se placer en faillite aujourd’hui. Comme 50 autres producteurs de charbon au US depuis 2012.

Papijo
Invité
“il faudra vous habituer à raisonner (si c’est possible!) énergie globale et locale” Des bureaux aux Pays-Bas alimentés en énergie solaire “globale et locale” !!!!!! Vous connaissez un peu le climat hollandais ? Et si on parlait d’un autre mensonge écolo courant: l’énergie “locale”. Dans le système électrique français, les centrales ont été positionnées au plus près des consommateurs: les centrales sont réparties sur l’ensemble du territoire, au plus près des consommateurs, avec des distances maxi entre consommateurs et centrales de 100 à 200 km. Cela permet de limiter au maximum les pertes dans les lignes électriques qui atteignent néanmoins… Lire plus »
Papijo
Invité

Un autre exemple à propos d'”énergie locale”: le bois. Il ne concerne pas la France mais un pays cher à nos écolos: le Danemark. Le graphique donne le volume de biomasse importée et en marron la production locale (pour faire des comparaisons le Danemark a 5.7 Mhab, contre 66.6 Mhab pour la France)

Papijo
Invité
Sonate
Invité
Il est désolant de voir autant de mauvaise foi : – Premièrement il n’est PAS écrit dans l’article que ces bureaux fonctionnent en autonomie par rapport au réseau. La formulation choisie (“génère 50% plus d’énergie solaire que ce dont il est nécessaire pour assurer le chauffage, la climatisation, l’éclairage et le fonctionnement des ordinateurs”) ne le laisse nullement penser. Un agriculteur produit beaucoup plus de nourriture qu’il n’en consomme en personne ne s’attend à ce qu’il vive en autarcie alimentaire totale. – Concernant la production “locale”, même si ces préoccupations sont légitimes, elles sont bien prises en compte, merci !… Lire plus »
wpDiscuz