Le centre de biométhanisation du Calaisis reconduit Urbaser Environnement

Urbaser Environnement a annoncé mardi le renouvellement du contrat d’exploitation du centre de biométhanisation des biodéchets du Syndicat d’Elimination et de Valorisation des Déchets du Calaisis – Sevadec (62), au travers de sa filiale Octeva.

Claude Saint-Joly, Directeur général d’Urbaser Environnement et Président d’Octeva, s’est félicité du renouvellement de ce contrat estimé à plus de 6 millions d’euros sur une durée de 5 ans et qui constitue la référence en France sur la méthanisation industrielle des biodéchets issus de déchets ménagers.

Fort de son expérience dans la méthanisation, Octeva a su se différencier en apportant de la valeur au traitement des biodéchets. Elle a construit sa proposition avec l’objectif de pérenniser l’outil de traitement et de valorisation des biodéchets à la suite des cinq premières années d’exploitation, tout en faisant bénéficier le Sevadec des perfectionnements issus de l’ensemble des retours d’exploitation des sociétés constituant l’actionnariat d’Octeva. En particulier, des améliorations ont été apportées à l’optimisation de la production d’électricité et à la réduction du volume des jus excédentaires et du tonnage des refus d’affinage.

L’usine traite actuellement 28.000 t/an de biodéchets dont 1.000 t/an de graisses. Le nouveau contrat démarrera le 1er avril 2014. La continuité de service des installations est assurée par un effectif de 11 personnes hautement qualifiées.

L’optimisation des performances de cette usine de biométhanisation a permis de produire en 2013, 4.720 MWh/an d’électricité revendue à EDF et 17.400 t/an de compost NFU 44-051.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Le centre de biométhanisation du Calaisis reconduit Urbaser Environnement"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guydegif(91)
Invité
”…la référence en France sur la méthanisation industrielle des biodéchets issus de déchets ménagers.” ”…produire en 2013, 4.720 MWh/an d’électricité revendue à EDF et 17.400 t/an de compost NFU 44-051” Questions: 1) Comment est extraite la FFOM càd la Fraction Frementicible des OM? Est-ce vec TMB? ou si pas est-ce fait par Collecte sélective à la source càd chez l’habitant? 2) Dans les 17400 T/an de compost y a-t-il des petits morceaux de plastique, ferraille ou autres particules indésirables, risquant de polluer et empoisonner les sols agricoles ou de jardins? Merci à Enerzine de faire l’enquête pour ces questions et… Lire plus »
Jfk
Invité
En faisant une recherche sur la classification du compost vous aurez des éléments de réponse. A priori il ne s’agit pas de collecte sélective, il serait sans doute plus judicieux de traiter séparément, la matière grasse par exemple, de développer des partenariats avec les agriculteurs plutôt que de construire des projets gigantesques. Ici la chaleur ne semble pas être valorisée, ce qui est courant dans des projets de cette dimension. Au départ c’est l’incinération qui était prévue et abandonnée face à la pression des riverains. Au final, l’investissement est colossal, 20 millions d’euros, un projet précipité et mal ficelé. Du… Lire plus »
Guydegif(91)
Invité
”L’optimisation des performances de cette usine de biométhanisation a permis de produire en 2013, 4.720 MWh/an d’électricité (re)vendue à EDF et 17.400 t/an de compost NFU 44-051.” –> on ne parle pas de valorisation de la chaleur connexe du moteur qui entraine l’alternateur! Une omission, car si pas valorisation ”Chaleur” à plus de 75% => pas tarif optimal du kWh vendu à EDF !!! –> 1 omission? –> Séparation des FFOM (Fraction Fermentscibel des OM) comment? Collecte sélective FFOM, donc tri à la source par habitants? autre solution? Merci à Enerzine de rafire 1 passe d’investigation, puis info sur Enerzine… Lire plus »
wpDiscuz