Le CSIRO constuit une centrale solaire à cycle Brayton

Le CSIRO (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation) a débuté la construction de la plus grande tour solaire à cycle Brayton au monde qui est située au Centre national de l’énergie solaire à Newcastle, dans les Nouvelles-Galles du Sud (Australie).

La centrale sera constituée d’environ 450 miroirs (héliostats) qui dirigera la chaleur solaire sur une tour de 30 mètres de haut afin de générer de l’air comprimé surchauffée à destination d’une turbine de 200 kW.

"Cette nouvelle technologie ouvrira la voie à l’énergie solaire du futur – l’énergie solaire qui n’a besoin que du soleil et de l’air pour produire de l’électricité", explique le directeur du centre de l’énergie transformée du CSIRO, le Dr Alex Wonhas.

Alors que la plupart des centrales solaires thermiques ont besoin d’eau pour faire fonctionner leur turbine à vapeur, la technologie solaire du CSIRO, qui utilise le cycle de Brayton n’en réclame pas. Cette technologie s’avère adaptée à de nombreuses régions de l’Australie qui reçoivent très peu de précipitations.

La centrale couvrira une superficie de 4.000 mètres carrés. Et une fois construite, elle sera capable de fonctionner à des températures supérieures à 900 degrés Celsius.

CSIRO constuit une centrale solaire à cycle Brayton

Le système de compression d’air va utiliser la concentration d’énergie solaire pour chauffer et comprimer l’air qui se dilatera par la suite à travers une turbine pour produire de l’énergie. Pour surmonter les variations de températures, l’air comprimé pourra également être chauffée avec du gaz naturel.

Bien que l’installation soit utilisée à des fins de recherche sur la technologie solaire, une centrale de cette taille pourrait produire suffisamment d’électricité pour alimenter près de 100 foyers.

Le champ solaire qui sera pleinement opérationnel d’ici à mars 2011 sera situé à côté d’une tour solaire créée en son temps par SolarGas et fonctionnant avec de l’eau et du gaz naturel.

Le CSIRO a reçu 5 millions de dollars de financement de la part de l’Institut australien solaire (ASI) – une initiative du gouvernement australien – pour à la fois construire la centrale et effectuer des recherches pendant deux ans.

 

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Le CSIRO constuit une centrale solaire à cycle Brayton"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
michel123
Invité

On aimerait bien avoir une notion de rendement , sachant que les centrales vapeur peuvent fonctionner en circuit fermé en recondensant l’eau par ventilation aerienne au lieu de la laisser s’évaporer à l’air libre . On peut même effectuer un deuxième cycle de production en utilisant un liquide au point d’ébulition plus faible comme l’amoniaque qui sert à condenser la vapeur d’eau d’un côté et à produire de l’électricité aprés ébullition et détente. Je gage que le rendement de cette centrale ne doit pas être terrible .

suntep
Invité

Un calcul vite fait : potentiel = 4000m² * 1700 kWh/m²/an = 6800 MWh/an prod = 100 foyers * 4000kWh/an/foyer = 400 MWh/an R = prod / potentiel = 5.88% PS1 : pour l’ensoleillement j’ai pris une valeur qui me semblait forte mais un site donne un potentiel de 6kWh/m²/an == proche de 2200kWh/m&/an dans ce cas le rendement serait moindre :  R = 4.54% PS2 : conso moyenne d’un foyer

Nours
Invité

Les centrales à tour à caloporteur Air (avec ou sans hybridation, elle est actuellement encore nécessaire) pour actionner un cycle de Brayton ou un cycle combiné sont le graal du solaire (Brayton+rankine)! Pour des puissances élevées, sur ce type de centrale des rendements de 25%-30% solaire-électrique sont attendus à court terme avec un cyle de Brayton. En cycle combiné des rendements de 40-50% sont atteignables! Pour des petites puissances (~

1000 mille
Invité

c’est une installation de recherche ,surtout destinée aux zones arides et isolées qui manquent d’énergie et d’EAU. Donc on peut attendre un peu pour se faire une idée plus précise de la capacité de RECUPERATION de l’énergie solaire pour ce genre d’installation…et comme le précise Nours : 200kw c’est petit (j’ajouterai même très petit , mais on connait la correction à faire pour des machines plus grosses)pour une turbine à gaz. Petite précision concernant les 5 millions il s’agit de $ australiens. le site du CSIRO (équivalent de notre CNRS)

Nina
Invité

Pour comparer correctement les procédés, il serait correct d’intégrer les consommations liés au traitement des déchets des énergies polluantes.

Sicetaitsimple
Invité

Pas d’avis tranché sur ce cycle et son rendement. Ca ne doit pas être terrible quand même… Mais si on veut faire du Desertec à grande echelle, il faudra bien se résoudre à constater que dans le desert, il n’y a pas d’eau…

michel123
Invité
j’ai vu qu’areva travaillait sur un cycle de brayton en utilisant de l’helium sous pression ou un mélange helium(20%) azote (80%) à plus de 1000 degrés ce qui améliore le rendement. En optimisant au maximum par l’utilisation de cycles combinés (bryton + rankine ) ils pouvaient arriver jusqu’à 50% de rendement contre 40% dans les meilleures figurations actuelles dans les centrales vapeur. Avec cependant de gros problèmes techniques : températures de travail autour de 1000 degrés ( matèriaux réfractaires ) mise au point de turbines fonctionnant correctement à l’hélium . Bref de grosses améliorations en vue mais encore beaucoup de… Lire plus »
Nours
Invité
Sicetaitsisimple: Le potentiel de cette technologie (hybride) est très imoportant, en terme de rendement mais surtout en terme de cout du kWhe (le rendement on s’en fout un peu, ce qui compte c’est le LEC..). C’est pour ca que beaucoup d’industriels travaillent dessus, certains verrous technologiques étant en train de sauter, notamment sur les récepteurs à haute température. Sinon on sait très bien qu’il n’y a pas d’eau dans le désert… Michel123: Plusieurs industriels travaillent sur des systèmes de petite puissance à cycle brayton ou CC, et d’après eux c’est rentable. Des petites centrales ont de nombreux avantages en particulier… Lire plus »
marcarmand
Invité

Il n’y a pas besoin de faire intervenir la durée d’ensoleillement pour calculer le rendement solaire –> électricité. D’après les chiffres fournis par l’article, la puissance maximale produite par m2 est de 200 kW / 4000 m2, soit 50 W / m2. La puissance maximale reçue du soleil étant de 1000 W / m2, le rendement est d’environ 5% (en accord avec vos résultats)

Sicetaitsimple
Invité

“Sinon on sait très bien qu’il n’y a pas d’eau dans le désert…” Je ne sais pas si par cette phrase vous voulez me dire que je suis un plouc, si jamais c’est le cas veuillez savoir que les annonces des chercheurs qui n’ont jamais mis les pieds en dehors de leurs bureaux ou de leurs labos ne m’impressionnent pas… Dites nous en plus en termes de rendement et de coût du kWh, puisque vous semblez bien renseigné.

Nours
Invité
“si jamais c’est le cas veuillez savoir que les annonces des chercheurs qui n’ont jamais mis les pieds en dehors de leurs bureaux ou de leurs labos ne m’impressionnent pas… ” Hé béh belle caricature! Meme si les chercheurs (je suis pas chercheur) restent dans leur bureau, ils sont au courant de certaines choses et les industriels aussi. Un des grand avantage du cycle de brayton, c’est sa consommation nulle en eau! et les centrales à air font l’objet de toutes les attentions des labos et des industriels. La centrale solaire développée par Novatech Biosol en Espagne a une consommation… Lire plus »
1000 mille
Invité

de vous engueuler. c’est un système plein d’avenir (surtout pour les contrées sans EAU ) laissons le temps au temps, les chercheurs trouveront ce qu’il y a trouver , ensuite les développeurs prendront leurs places and so one… car demain sera un autre jour…

1000 mille
Invité

de vous engueuler. c’est un système plein d’avenir (surtout pour les contrées sans EAU ) laissons le temps au temps, les chercheurs trouveront ce qu’il y a trouver , ensuite les développeurs prendront leurs places and so one… car demain sera un autre jour…

1000 mille
Invité

que veut dire ce titre ? “Le CSIRO constuit une centrale solaire à cycle Brayton” y manquerai pas un peu d’air le rédac.chef ?

wpDiscuz