Le cycle de l’eau vu du ciel

La date de mise en orbite du satellite SMOS [1], qui permettra d’étudier la salinité des mers et l’humidité des continents, a été arrêtée au 9 septembre 2009.

Seconde mission du programme Planète Vivante [2] de l’Agence Spatiale Européenne (ESA), SMOS est un projet européen dans lequel entreprises et scientifiques catalans ont, depuis le début, joué le rôle principal. En effet, dans les années 90, un très jeune chercheur de l’Université Polytechnique de Catalogne, Adriano Camps [4], a aidé à démontrer la viabilité du projet déjà tenté, puis abandonné, par les américains dans les années 70. Tout s’est ensuite parfaitement enchaîné, notamment grâce au soutien du CDTI [5], l’équivalent d’Oséo en France : Camps a pu développer la technologie permettant les mesures du cycle de l’eau depuis l’espace; l’entreprise barcelonaise Mier Comunicaciones [6] s’est chargée des premiers prototypes d’antenne ; puis l’océanographe Jordi Font [7] a établit les priorités scientifiques des mesures de la salinité.

Feu vert alors accordé par l’ESA en 1999. Et 70 millions d’euros espagnols sont alors investis. Ce leadership barcelonais a permis de placer la Catalogne en première position mondiale de la technologie de détection des micro-ondes depuis l’espace.

Cliquez sur l’image pour lancer la vidéo :



Vidéo de présentation du projet SMOS (vidéo en anglais)
Crédits : ESA, European Spatial Agency

Techniquement, SMOS divisera le monde en pixels de 30 km de diamètre. Il prendra, toutes les 1,2 secondes, 2 346 mesures de l’énergie électromagnétique émise par la surface terrestre et ce, à plus de 760 km d’altitude. En trois jours, et après avoir fait 48 fois le tour de la Terre, le satellite réalisera une mappemonde complète de salinité et d’humidité. Pour faire simple, selon qu’il soit émis au-dessus de la mer ou d’un continent, un signal fort traduira respectivement une faible salinité ou une forte aridité. Les résultats permettront, à terme, de mieux comprendre le cycle de l’eau dont dépend la vie sur Terre, ainsi que d’affiner les modèles du changement climatique.

Le cycle de l'eau vu du ciel

Plusieurs fois repoussé depuis 2005, le lancement a été arrêté au mois de septembre prochain. Six mois de mises au point dans l’espace seront ensuite nécessaires : en mars 2010, SMOS commencera sa mission de mesures qui devrait s’achever officiellement après 3 ans, en septembre 2012. Le projet pourra au maximum être élargi à 5 ans, avec une fin prévue, au plus tard, en septembre 2014. Cela dit, le satellite n’a pas encore été lancé et déjà l’ESA annonce un second projet SMOS pour prendre le relais…

[1] SMOS : Soil Moisture and Ocean Salinity, littéralement, "Humidité du sol et salinité de l’océan "- http://www.cp34-smos.icm.csic.es/
[2] Programme Planète Vivante : http://www.esa.int/esaLP/ASERBVNW9SC_index_0.html
[4] Adriano Camps – Universitat Politècnica de Catalunya (UPC)
[5] Centro para el Desarrollo Tecnológico Industrial (CDTI)
[6] Mier Comunicaciones – Pol. Industrial Congost
[7] Jordi Font – Institut de Ciènces del Mar (ICM) – Centre Mediterrani d’Investigacions Marines i Ambientals (CMIMA)

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz