Le danois génère 800kg de déchets municipaux par an

Dans l’Europe des 27 (UE27) , on apprend que 513 kg de déchets municipaux(1) ont été générés par personne en 2009, tandis que la quantité générée par personne variait de 316 kg en République tchèque et en Pologne à 833 kg au Danemark.

Toujours dans l’UE27, en moyenne, 504 kg de déchets municipaux ont été traités(2) par personne en 2009, selon différentes méthodes : 38% ont été mis en décharge, 20% incinérés, 24% recyclés et 18% compostés.

Tout d’abord, la mise en décharge est définie comme le dépôt de déchets dans ou sur le sol, notamment dans des décharges spécialement conçues, et le stockage temporaire de plus d’un an. L’incinération désigne le traitement thermique des déchets dans une usine d’incinération. Ensuite, le recyclage correspond à toute opération de valorisation par laquelle les déchets sont retransformés en produits, matières ou substances aux fins de leur fonction initiale ou à d’autres fins. Enfin, le compostage est le traitement des matières biodégradables.

L’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, la France et le Royaume-Uni ont généré à peu près la même quantité de déchets municipaux par personne.
La quantité de déchets municipaux générés varie fortement selon les États membres. Le Danemark présentait la plus grosse quantité de déchets municipaux générés en 2009 avec plus de 800 kg par personne, suivi de Chypre, de l’Irlande et du Luxembourg avec des volumes se situant entre 700 kg et 800 kg par personne, puis Malte et les Pays-Bas avec des volumes compris entre 600 et 700 kg.

L’Autriche, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, la France et le Royaume-Uni ont tous généré entre 500 et 600 kg de déchets municipaux par personne, tandis que la Belgique, le Portugal, la Suède, la Finlande, la Grèce, la Bulgarie, la Slovénie et la Hongrie se situaient entre 400 et 500 kg.

Des volumes inférieurs à 400 kg par personne ont été enregistrés en République tchèque, en Pologne, en Lettonie, en Slovaquie, en Estonie, en Lituanie et en Roumanie.

Le recyclage et le compostage représentent la moitié ou plus des déchets traités en Autriche, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique et en Suède

Le danois génère 800kg de déchets municipaux par an
[ Cliquez sur le tableau pour zoomer ]

Les méthodes de traitement diffèrent sensiblement selon les États membres. En 2009, les États membres présentant les parts les plus importantes de déchets municipaux mis en décharge ont été la Bulgarie (100% des déchets traités), la Roumanie (99%), Malte (96%), la Lituanie (95%) et la Lettonie (92%).

Les pourcentages les plus élevés de déchets municipaux incinérés ont été observés en Suède (49% des déchets traités), au Danemark (48%), aux Pays-Bas (39%), au Luxembourg (36%), en Belgique (35%) ainsi qu’en Allemagne et en France (34%). Dans dix États membres, le pourcentage de déchets incinérés était égal ou inférieur à 1%.

Le recyclage des déchets municipaux était le plus fréquent en Allemagne (48% des déchets traités), en Belgique et en Suède (36% chacun), en Slovénie et au Danemark (34% chacun), en Irlande et aux Pays-Bas (32% chacun). Les États membres ayant les taux de compostage de déchets municipaux les plus élevés étaient l’Autriche (40%), l’Italie (32%), les Pays-Bas (28%), l’Espagne et la Belgique (24% chacun) et le Luxembourg (20%).

Le recyclage et le compostage des déchets municipaux représentaient ensemble 50% ou plus des déchets traités en Autriche (70%), en Allemagne (66%), aux Pays-Bas (61%), en Belgique (60%) ainsi qu’en Suède (50%). Dans sept États membres, moins de 10% des déchets étaient recyclés ou compostés.

(1) – Les déchets municipaux sont constitués pour une large part des déchets générés par les ménages, mais ils peuvent également inclure les déchets similaires générés par des petites entreprises et des établissements publics et collectés par les services municipaux. Cette proportion des déchets municipaux peut varier d’une commune à l’autre et d’un pays à l’autre, en fonction du système local de gestion des déchets.
Pour les zones non couvertes par un système municipal de collecte des déchets, le volume de déchets générés est estimé. Les déchets agricoles et industriels ne sont pas inclus.

(2) – Les quantités déclarées de déchets générés et traités ne correspondent pas exactement pour certains États Membres pour les raisons suivantes: les estimations pour la population non couverte par des systèmes de collecte, les pertes de poids dues à la déshydratation, les double comptages des déchets subissant deux ou plusieurs étapes de traitement, les exportations et les importations de déchets et les délais entre la production et le traitement (stockage temporaire).

(3) – En principe, les données relatives aux déchets municipaux traités concernent uniquement les déchets traités dans l’État membre et ne tiennent pas compte des déchets exportés en vue de leur traitement. Cependant, les capacités du recyclage peuvent être limitées dans de petits pays. Le Luxembourg est un cas où les quantités recyclées incluent les exportations.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Le danois génère 800kg de déchets municipaux par an"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
chanois
Invité
Le titre me semble un peu trop stigmatisant envers les Danois. Les chiffres peuvent pourtant être interprétés différemment : – D’un côté 833 kg/an/hab pour un Danois valorisés à 96% sous forme de chaleur, de recyclage matière, ou de compost, celà ne laisse que 33 kg/hab mis en décharge – De l’autre 536 kg/an/hab pour un Français, mais valorisés à 68%, celà laisse 172 kg/hab mis en décharge (avec une population nettement plus importante qu’au Danemark). Je peux aussi prendre un pays comparable en terme de poids total de déchets, l’Allemagne par ex. avec 564 kg/an/hab de déchets (traités) valorisés… Lire plus »
Pierrotb001
Invité

M Chanois. Le meilleur déchet est celui qui n’existe pas. Un déchet c’est toujours du gaspillage d’énergie et de ressources limitées à un moment donné du cycle.

wpDiscuz