Le danois Vestas licencie 1 900 employés en Europe

Le fabriquant d’éoliennes Vestas leader mondial du secteur prévoit de licencier environ 1 900 employés dans ses unités de production en Europe du Nord, principalement au Danemark et en Angleterre.

Cette réduction d’effectifs s’effectue alors même que le chiffre d’affaires généré au premier trimestre 2009 est en hausse de 58% à 1 105 millions d’euros pour un bénéfice net de 56 millions d’euros (+ 70%).

Pour expliquer cette décision, Vestas met en avant une baisse d’activité structurelle en Europe au détriment d’autres marchés du monde qui offrent de meilleures perspectives comme les Etats-Unis et la Chine.

En conséquence, Vestas ne croît pas que ses usines situées dans le Nord de l’Europe, pourront faire face à de grandes capacités de production.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Guydegif(91)
Invité
Guydegif(91)

Bénéfices 1er trim 09 = 5% du CA 1er trim 09 (56 de 1105) n’est certes pas un chiffre mirifique (tout en étant positif néanmoins!), mais qd le CA est en hausse de 58% (p.r. 1er trim 2008, je présume?), il parait pour le moins indécent de licencier 1900 personnes en Europe du Nord…. En conséquence les éoliennes Vestas qui seront installées en Europe du Nord viendront de…Chine…l’excuse étant que la capacité de prod. Europe n’étant plus en capacité…. Faudrait que l’UE y mette sont grain de sel et son veto sur le licenciement des 1900, pour la stabilité et la… Lire plus »

lion
Invité
lion

L’éolien est aussi victime de la crise. Pourtant les carnets de commandes sont pleins et les opérateurs se plaignent des délais de livraison. Mais il se peut que la crise mette à mal les systèmes économiques « subventionnés ». La pérennité passe toujours par des systèmes économiques intrinsèquement solides et non dépendants de dispositions artificielles qui n’ont qu’un temps.

renewable
Invité
renewable

Qu’es-ce donc qu’un système « intrinsèquement » solide? Comment lancer une fillière et lui faire atteindre une maturité sans ces dispositifs subventionnés pour concillier démarrage rapide et efficacité? Exisite-t-il UNE seule énergie qui n’ait pas bénéficié de ce lancement subventionné? Quand à la pérennité, si on suit l’exemple du nucléaire on ne peut qu’être rassuré car 40ans après il est toujours subventionné.

Dan1
Invité
Dan1

Le problème pour certaines filières est qu’elles ont besoin de subventions très longtemps et probablement pas seulement au démarrage. L’exemple le plus criant est le photovoltaïque dont ne voit pas une sortie rapide des subventions sauf découverte géniale d’un chercheur. D’autres filières nécesitent des subventions (énormes) à la fin, c’est par exemple le cas du charbon en Europe et plus particulièrement en Allemagne où les subventions directes et indirectes dépassent encore les 2 milliards d’Euros par an et ont dépassé les 4 milliards/an dans les années 90. On peut d’aileurs se demander combien de temps cela va encore durer.   Concernant les subventions du… Lire plus »

pasnaif
Invité
pasnaif

pas les « solutions » qui resteront à jamais des gouffres financiers. Dans 20ans, l’éolien qui a déjà bien déçu au Danemark – incapable d’enrayer la consommation de charbon + fuel – sera au ban des énergies: Il avait été la première énergie utilisée il y a des siècles, pouquoi ses défauts majeurs (aléatoire, pas de stockage possible) auraient-ils soudainement disparu? L’hydraulique – une vraie énergie renouvelable – n’a pas été subventionnée et s’est imposée là où elel était la plus performante. Ce ne sont donc pas les subventions qui définissent les bons choix, mais les politiques qui souvent se trompent définissent… Lire plus »

Simon b15
Invité
Simon b15

Sauf que dans vos discutions avec Dan1(et quelques autres) sur  le nucléaire ,vous êtes toujours et régulièrement battu à plate couture . Seul votre mauvaise foi,vous fait persévérer diaboliquement et inutilement .Il vous faut toujours écrire régulièrement des conneries sur le nucléaire , c’est votre maladie mentale compulsive et obsessionnelle.En plus le lien que vous avez donné,quand on clique dessus pour voir son coutenu et qu’on examine bien les discutions ,on se rend compte que vous avez encore tord (comme d’habitude). Vous n’êtes qu’un mystificateur antinucléaire d’une lamentable mauvaise foi comme beaucoup l’ont dit de vous.

Simon b15
Invité
Simon b15

On écrit : »discussion » (avec 2 « s ») et non « discution » .petite erreur d’orthographe corrigée . I am sorry …

Simon b 15
Invité
Simon b 15

Comme l’avait écrit si bien Dan1 : « Pour ce qui concerne l’abattement de la taxe professionnelle sur le nucléaire, je pense que l’on pourrait le supprimer sans mettre en péril EDF et sans augmenter trop le tarif, sachant que l’électricité est déjà très taxée. Pour ma part, cela représente 21 % de la facture 2007 et 2008. Sur les mêmes factures, la part production (hors transport) payée à EDF fait environ 29 %. Cependant, dès que l’on parle d’avantage fiscal en France, on ouvre un débat qui dépasse très très largement le nucléaire et qui touche beaucoup de bénéficiaires qui rendent probablement… Lire plus »

enerZ
Invité
enerZ

Merci de modérer vos propos et d’être plus respecteux envers les membres d’Enerzine… vous commentez en mode invité… ce qui n’est pas le cas de Renewable… un contributeur actif et reconnu dans la communauté d’enerzine   Le but ici n’est de faire du réglement de compte entre les PRO/ANTI, mais d’apporter des précisions à l’actualité du moment. La rédaction d’enerzine, je le répète et le confirme à nouveau se veut absolument neutre dans la délivrance d’information.  

renewable
Invité
renewable

Nous sommes donc sur un site ou parler des subventions à l’industrie nucléaire est tabou? Quand aux affirmations de Dan1 que vous reprenez elles n’engagent que son auteur, même si je suis d’accord avec lui! Vous êtes incapable de la moindre nuance et c’est bien regrettable, je pense pourtant que vous avez appris en lisant mon commentaire que nous donnons 175millions d’euros par an d’avantage fiscal au nucléaire. Info innintéressante? 30 ans de ce dispositif représente 5,25milliards d’euros. Et ce n’est qu’une petite partie de l’argent investi dans le lancement de la fillière (pour autant qu’on puisse encore parler de… Lire plus »

Simon b 15
Invité
Simon b 15

Nous sommes sur un site où attaquer le nucléaire à tord et à travers,et à toutes occasions n’est pas acceptable(à moins de la complicité occulte d’un modérateur ou de la rédaction).   175 millions d’€ , c’est rien comparer aux bienfaits que nous apporte notre parc nucléaire et avec ou sans subventions ,il sera toujours ultra bénéfique et en plus rentable .   Vouloir se séparer du nucléaire même si ce n’est pas « du jour au lendemain  » est une grosse bétise .Les ENR dans environ 60 ans ne seront jamais autre chose qu’un gros complément harmonieux de l’énergie nucléaire(exemple:40% ENR –60% nucléaire).   Quand à la « nuance » et… Lire plus »

Denlaf
Invité
Denlaf

Il n’y a rien qui justifie qu’un producteur d’éoliennes comme Vestas cesse ses opérations dans plusieurs de ses usines et, pire encore, provoque des pertes d’emploi. Si on oublie le charbon, le pétrole, le gaz naturel et le nucléaire, ce qu’on devrait faire; il faut donc favoriser l’éolien, le photovoltaïque, l’hydroélectrique, le géothermique, la biomasse (pas les carburants faits à partir de plantes qui, autrement, servent à l’alimentation), etc. Donc, crise économique ou pas, il n’existe aucune justification à ce qui se passe chez Vestas. http://www.denis-laforme.over-blog.com

renewable
Invité
renewable

A vous relire (et vous utilisez toujours les mêmes mots sous une floppée de pseudos différents) je n’ai pas le monopole de l’agressivité…si tant est que vous puissiez trouver une seule attaque agressive de ma part! Attaquer à tort et à travers c’est faire ce que vous faites, dénigrer en bloc, sans nuance et en refusant le débat. De mon côté j’ai apporté une donnée chiffrée, sourcée et qui regarde tout le monde. De plus c’est une donnée méconnue du grand public qui peut faire avancer l’idée que l’on se fait des mécanismes économiques liés à l’énergie. Je comprend votre… Lire plus »

Simon b 15
Invité
Simon b 15

Il n’y a de lutte entre nucléaire et Enr que dans l’esprit de mauvaise foi de nombreux antinucléaires .C’est leur vieux dada éculé ,qui sent le réchauffé. C’est le nucléaire et ses profits qui permet en france le rachat par EDF aux particuliers, de l’électricité solaire et éolienne à des tarifs qui profitent aux particuliers et à certains petits professionnels qui installe exprés des photopiles et éoliennes pour gagner de l’argent.Je ne critique pas cela ,mais cela montre que le nucléaire aide les ENR .De plus,il est de nombreux lieux et situations où il sera toujours + rapide et + facile de mettre des… Lire plus »

Dan1
Invité
Dan1

Revenons aux faits : Oui le nucléaire a été et est encore subventionné. Reste à savoir combien et comment. Cela a déjà été développé mais je redonne un lien qui fait une bonne synthèse : Pour faire simple, on peut estimer qu’historiquement, c’est… les japonais qui ont le plus contribué à la recherche sur le nucléaire électrogène puis les Etats-Unis, l’Allemagne et la France. Actuellement, le nucléaire français bénéficie encore d’environ 500 millions d’Euros par an en recherche. Cependant, la production n’est pas subventionnée (déjà 9 500 TWh en France depuis presque 40 ans) et elle rapporte même de l’argent au… Lire plus »

Simon b 15
Invité
Simon b 15

Quand à l’agressivité contre le nucléaire ,vous l’avez dans de très nombreuses interventions (contre le nucléaire) ,une manie chez vous. Christian,Bmd,Dan1,Lion,Pasnaif et j’en oublie, pourrait en témoigner de votre agressivité contre l’énergie nucléaire,sous prétexte de « nuances » et de « débats ».

renewable
Invité
renewable

Tout à fait d’accord avec vous, le charbon a (et continue) à être largement subventionné dans le monde. Pour la situation française, c’est devenu marginal au vu du mix actuel. A Simon Je veux bien croire que Nucléaire et ENR ne sont pas incompatibles. Dans ce cas pourquoi les pro nucléaire méprisent les ENR au prétexte de leur intermittence et de leur cout élevé plutôt que d’encourager leur développement pour pallier à ces défauts? Vous ne ferez croire à personne qu’il n’y a pas de volontée délibérée d’une partie de l’industrie nucléaire à voir les ENR stagner afin de laisser… Lire plus »

Simon b 15
Invité
Simon b 15

Je suis pro-Nucléaire et pro-ENR . Je ne peux pas plus empêcher certains pro-ENR et antinucléaires d’attaquer le nucléaire ; que je ne peux empêcher certains pronucléaires et anti-ENR d’attaquer les ENR.   Quand vous défendez les ENR (éoliennes et solaires entre autres)contre des attaques injustes mais sans vous en prendre au nucléaire, c’est très bien . Quand vous vous en prenez au nucléaire(à cause de certains pronucléaires anti-ENR qui abusent )  et mettez en opposition Nucléaire – ENR ; je deviens là, très hostile,c’est vrai . Le fait que Lauvergeon et quelques nucléocrates « vieilles écoles » fassent des erreurs(même délibérées) de stratégies et gestion(affaire Jeumont)n’engage que leur… Lire plus »

Dan1
Invité
Dan1

Une réflexion par rapport à l’assertion suivante :  « L’exemple le plus connu pour le nucléaire c’est le fait qu’il soit dispenser d’assurances pour couvrir les dommages en cas d’accident parce qu’aucun assureur n’accepte de couvrir ce risque, en toute égalité de traitement il faudrait que l’état se porte garant de la même façon pour toutes les autres énergies. » Oui, peut être, mais toutes les filières sont quasi exemptées des externalités. Pour l’instant, toutes les centrales thermiques se servent de l’atmosphère comme poubelle et c’est gratuit ! Dans le cas du charbon, il risque d’y avoir un paradoxe intéressant : on va… Lire plus »

phigoudi
Invité
phigoudi

Il est de très mauvaise humeur, ce soir.  Car Renewable a toujours, comme tous ici, défendu le mix énergétique, ce qui n’empêche pas de souligner le hasardeux du nucléaire. Mais  tous, nous reconnaissons que nous en avons besoin.  Toutesfois, il souligne et regrete-comme moi-, avec toujours beaucoup d’arguments très informés, que tout n’est pas fait pour faciliter la progression des ENR.