Le film solaire en spray, une petite révolution !

La semaine dernière, une société du Maryland (USA) au nom de "New Energy Technologies" a dévoilé un prototype fonctionnel de vitrage solaire (SolarWindow) d’une superficie de 30×30 cm.

La surface en verre du nouveau prototype a été recouverte par simple pulvérisation, d’une fine couche photosensible. Appliqué à température ambiante, ce procédé permet au matériau de base de rester transparent tout en étant capable de produire de l’énergie à partir de la lumière naturelle ou artificielle.

La projection directe sur verre éliminerait ainsi les méthodes coûteuses de production sous-vide souvent encombrantes et qui nécessitent également des températures élevées.

La société estime même que lorsque la solution est appliquée à la façade d’un immeuble de bureaux par exemple, les fenêtres pourraient générer jusqu’à 300% d’énergie de plus que les panneaux solaires traditionnels montés en toiture.

Aucune spécificité technique n’a été divulguée par la société, mais elle a par contre précisé que le film remplaçait avantageusement les parties métallisées utilisées dans la plupart des panneaux solaires, avec "un composé respectueux de l’environnement". En effet, la fine couche recouvrant le verre ne nécessite qu’ 1/10ème d’épaisseur de celle déposée sur les films en couches minces, ce qui permet au verre finalement de rester transparent.

Toujours d’après New Energy, son efficacité serait de 10 fois supérieure aux technologies actuelles qui se basent sur les films en couches minces.

 

Le film solaire en spray, une petite révolution !

Enfin, SolarWindow est fabriqué à partir de la plus petite cellule solaire organique au monde – elle ne mesure qu’1/4 de la taille d’un grain de riz – conçue par le Dr. Xiaomei Jiang de l’Université de Floride du Sud.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Le film solaire en spray, une petite révolution !"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
michel123
Invité

Les annonces entousiastes ont souvent été suivies de déceptions à la hauteur des espoirs soulevés. S’il s’agit d’un colorant organique c’est en général la durabilité qui n’est pas au rendez vous . Quand à décrocher ses fenêtres tous les ans pour décaper et en remettre une couche ce n’est pas envisageable.

Se france man
Invité

Le développement d’une technologie simple d’utilisation est un véritable progrès. Si comme le dit michel123, le risque de désillusion est au rendez-vous, il convient d’encourager ces recherches en s’enthousiasmant de leurs progressions.  Et je vois ici, si les éléments annoncés sont justes, une superbe possibilité d’utilisation pour les serres PV. D’un autre point de vue, mm si la technologie est moins performante, si elle peut être développée sur tout type de bâtiment sans engendrer de contraintes supplémentaires, donc en offrant un potentiel finalement plus important, c’est positif ! non ?

Michel 1234
Invité

lmpressionnant poru autant que … bien sur 10 fois supérieur aux couches minces n’est pas fort crédible, reste que même si la technologie ne devait pas  être au point, l’idée reste intéressante. et pourquoi la limiytter d’ailleurs au serres PV? Si le produit et son appplication sont suffisamment souples et bon marché, onpeut l’envisager sur de simples vitrages verticaux !

Shok
Invité

oui c’est jouer sur le mots je pense. 300% mouais, on suppose que le toit d’un imeuble permet de mettre tant de panneau alors que les surface vitrée c’est beaucoup plus, surtout si l’on considère les gratte-ciel américain. c’est encore des comparaison foireuse. les rapport mis en jeux, sont bizarre. mais bon l’efficacité suppérieur pour une même quantité de substrat c’est pas étonnant surtout qu’on pourrait théoriquement couvrir 10 fois plus de surface avec cette technique. mais bon faut attendre de voir

erwann-29
Invité
p { margin-bottom: 0.21cm; } C’est bien joli de vouloir capter jusqu’à 80% du soleil sur la façade d’un bâtiment , mais si le facteur solaire bioclimatique capable de fournir passivement tout ou partie du chauffage doit chuter  alors à quoi bon produire de l’élec …si derrière il faudra à nouveau consommer/polluer plus Il me semble qu’un label énergy star plus ambitieux (moins blabla!) serait plus efficace à l’autre bout la chaîne ! Donc ok à ce genre de technologie .. mais pas n’importe ou, n’importe comment, pour n’importe quoi (gaspiller encore et toujours autant d’élec dans des usages aberrants ! Chauffage,… Lire plus »
wpDiscuz