Le granulé de bois : un marché en plein essor

La consommation de pellets sur le marché français a fait un bond en avant depuis 2004. Avec une croissance de 30-40 %, ce combustible permet d’économiser jusqu’à 45 % sur la facture énergétique. Il s’agit en outre d’une solution écologique qui élimine 100 % des émissions de CO2.

Avec 300 millions d’euros facturés en 2013, les experts estiment que plus d’un million de tonnes de pellets ont été consommés en 2014.

Ces dix dernières années, la production de poêles à pellets dans le monde a été multipliée par dix. Parallèlement, la production de pellets est passée de 2 millions de tonnes en 2002 à 19 millions en 2012. La majeure partie des pellets sont produits en Europe (66 %).

En France, la consommation de ce type de combustible n’a cessé de croître, passant de 45.000 tonnes en 2004 à 850.000 en 2013. Cette tendance est soulignée par Jordi Marrón de jardinitis.com, dont le magasin propose une large gamme de produits de chauffage à pellets. "En France, la vente de poêles à pellets a connu une montée en flèche ces dernières années, confirme-t-il. Concrètement, les ventes de poêles et thermopoêles à pellets de la marque K2Calore ont été multipliées par cinq en 2014".

Selon les experts, le marché français de pellets connaît une croissance annuelle de 30 à 40 % et a dépassé le million de tonnes en 2014. Ces données démontrent que les Français se chauffent de plus en plus avec des poêles et des cheminées à pellets.

Selon les données officielles, l’utilisation de la biomasse permet d’économiser jusqu’à 45 % sur la facture énergétique par rapport aux combustibles fossiles. De plus, par rapport à ces derniers, le chauffage aux pellets, respectueux de l’environnement, élimine 100 % des émissions de CO2.

À l’avenir, les experts estiment que 10 % de l’énergie finale consommée en 2020 dans l’Union européenne proviendra de la biomasse et que la consommation domestique de pellets aura doublé en 2030 par rapport à 2010. Au niveau industriel, l’utilisation des pellets poursuivra également sa progression, allant même jusqu’à supplanter leur utilisation domestique.

Partagez l'article

 



      

Articles connexes

Poster un Commentaire

28 Commentaires sur "Le granulé de bois : un marché en plein essor"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité
Si 34% des pellets proviennent de pays hors de l’Europe, on ne peut pas parler de l’élimination de 100% des émissions de CO2, lesdits pellets devant être transportés, ce me semble ? Quant au “cycle vertueux” du bois, ressource renouvelable, certes, certes, mais en attendant la repousse, même dans des exploitations frorestères affublées des meilleurs labels éco-corrects, le fait de brûler les pellets émet, à l’instant t dans l’atmosphère du CO2 qui avait été patiemment stocké dans les arbres pendant plusieur décennies, à des époques où la concentration en CO2 était plus faible que maintenant. Mais à part ça, madame… Lire plus »
pierreerne
Invité

La machine médiatique est telle que Enerzine déclare : ” l’utilisation de la biomasse élimine 100 % de CO2″ ce qui est tout à fait faux : la combustion de la biomasse produit exactement autant de CO2 que les autres combustions. Ce qui élimine le CO2 avec le bois, ce n’est évidemment pas de le brûler, mais c’est de le planter ou de le replanter. Le fait-on ? Le chauffage électrique en France conduit plus sûrement que le bois à résoudre le problème du CO2. Pourtant, celui-ci est fortement découragé dans le RT2012. Où donc se situe la cohérence ?

climax1891
Invité

Comme le montre ce graphique du Centre régional de la propriété forestière, Malgré 44 millions de m3 de bois prélevés par an, dont une partie est utilisée dans les scieries ou pou produire du papier, le stock de bois dans nos forêts augmente de 29 millions m3 par an

seb
Invité
Les 34% produits hors Europe font référence à la production mondiale, on peut espérer qu’ils sont également consommés hors Europe ! Pour le cycle du carbone, le temps de reconstituer le stock prélevé est de l’ordre de 15 ans dans le cadre du bois énergie, et une part importante du stock carbone se trouve dans l’humus. En outre donner une valeur économique à nos forêts et aux haies me parrait être important pour en garantir la préservation et la bonne conduite. De plus si on ne récolte pas le bois une forêt voit son stock de carbone plafonner au bout… Lire plus »
Luis
Invité
¤ Une solution intéressante à tous points de vue, c’est de développer à la fois l’agroforesterie et les réseaux de chaleur. L’agroforesterie, c’est planter des rangées d’arbres à pousse rapide entre les champs, les TCR (taillis à courte rotation) souvent de saules ou de peupliers. Cela remplace les haies qui ont été détruites de façon idiote il y a quelques décennies. Remettre des lignes boisées protège de l’érosion et de l’évaporation due au vent, crée de l’humus, … en plus de fournir de la biomasse. La chaufferie d’un réseau de chaleur utilise le bois avec un meilleur rendement qu’un chauffage… Lire plus »
Stephsea
Invité
1/ La seule énergie propre, c’est celle que l’on ne consomme pas! 2/ Le seul fait de respirer est déjà vecteur de de CO2, alors se nourir, se déplacer, se reproduire, se soigner, se chauffer en plus… Donc quand on lit qu’il y aurait des énergies “propres” pour le chauffage et que le bois en fait partie, on tombe de son siège, on mange sa main, ou on se tape la tête contre un bison, ou les trois à la fois. Le bois est peut être moins sale que d’autres énergies, mais pas dans n’importe quelles conditions! Le bois est… Lire plus »
b api
Invité
Voyons un exemple pratique. Une commune de 10.000 habitants sur 950 Ha est partagée pratiquement à 50% en zone urbaine et à 50% en zone forestière et un peu agricole. Le ramassage de déchets verts des jardins dans la zone urbaine totalise 10.000 Tonnes par an. Le potentiel d’entretien forestier sur les 450 Ha de bois est de 40.000 Tonnes par an (entretien des sous-bois, enlèvemet des arbres morts, renouvellement…) Au total, près de 50.000 tonnes bruts peuvent être collectés annuellement. Si on suppose utiliser le procédé qui convertit même les déchets verts directement en pellets, plus de 30.000 Tonnes… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Sur vos chiffres, je ne sais pas, je vous en laisse propriétaire. Mais sur l’idée plus générale que tout dépend de la situation, qu’il n’y a pas de Silver bullet, que dans les “campagnes” notamment comme vous le soulignez il y a un potentiel important et “local”… Maintenant certains diront: – les pellets c’est pas bien – yaka isoler : il y a des habitations existantes où de toutes façons il est raisonnablement impossible d’isoler au-delà d’une certaine limite, et encore faut-il avoir les moyens de la faire car le temps de retour peut être quasi infini au-delà des premières… Lire plus »
Tech
Invité
la logique du toujours plus va aller à l’encontre de l’intérêt de l’énergie bois. “avant” le bois local allait dans les cheminées et cuisinières locales malheureusement avec de faibles rendements et la suie qui allait avec! mais sans transports coûteux et polluants. aujourd’hui les nouveaux poèles ou autres chauffages individuels à bois ont des rendements bien meilleurs et des émissions de particules réduites “aujourd’hui” des mégacentrales vont aller chercher du bois dans des zones de plus de 100kM de Diamètre !!! quel est l’intérêt? à voir des camions défoncer les réseaux de transports et couter la peau des genoux aux… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
qu’on ne parle pas d’électricité mais réellement de transition “énergétique”, précisons. Le moment où l’on remplace un appareil parce qu’il est devenu obsolète est un moment privilégié (si on attend qu’il soit en panne ce sera généralement trop tard pour envisager un changement radical surtout en matière de chauffage). Si l’objectif principal de la “transition” c’est bien de se sevrer progressivement des fossiles importés, c’est (dans le domaine du chauffage) à ce moment qu’il est important d’agir (avec des aides ciblées), sinon on en reprend pour 20 ou 30 ans pour l’installation concernée. Remplacer une chaudière fioul ( ou charbon)… Lire plus »
fredo
Invité

on peut se chauffer au bois sans pellets ! Au passage, la brève émane d’une marque de poeles à pellets (espagnol je crois) . Or 90% des poêle à bûches sont fabriqués en France, à la différence des poëles à pellets qui sont quasiment tous fabriqués hors de France. sans compter que les pellets sont plus transportables que les bûches, donc plus susceptibles d’être importés sur de longues distances. je rejoins donc pastille verte : quid du CO2 transport?

Gofast
Invité
bonsoir EDF se lance dans la rénovation d’apparts ! On peut être sur que c’est pas pour mettre des chaudières à gaz à condensation !! Les pellets peuvent être fabriqués avec des déchets de bois non valorisés jusqu’à présent ! La chaleur étant la forme la + dégradée de l’énergie, c’est quand même pas bête de faire de la flamme pour se chauffer plutôt que de se servir de ce prodige qu’est l’électricité ! Mais bon hors du Nuke point de salut ! Yessssssssss ! On attend la cata ou pas ? On va se mobliser trop tard ? Comme… Lire plus »
Phil850
Invité
Bonsoir, Lorsque je vois cet article et ses louanges envers le “tout pellet”, lorsque j’observe les commentaires, en tant que référent midi pyrénées pour le réseau forêt de FNE, je ne peux que réagir. Les pellets sont l’une des principales pressions à venir qui pèsent sur les forêts de ma région et d’autres, et annoncent quelques désastres écologiques, voir Des usines immenses qui s’installent et menacent de doubler la demande en bois sur un département à elles seules, ne sont pas des informations à prendre à la légère. Les chiffres sur les stocks de bois qui augmentent en France me… Lire plus »
Stephsea
Invité
Les cendres de notre chauffage au bois les plus performants sont essentiellement composées de minéraux, d’éléments chimiques simples plus ou moins combinés, en très forte concentration. Ce sont là une partie des nutriments du bois vivant et de sa biospère associée. Le texte proposé par Phil850 pose là je pense le vrai problème d’une énergie bois massivement démocratisée, située à distance des sites de production. Les cendres et donc les minéraux et nutriments (pour résumer) ne reviendront jamais à la source. On peut donc prévoir un apauvrissement significatif des sites de prélèvement. Je crois savoir que les forêts naturelles (par… Lire plus »
Enpratik
Invité

S’ils deviennent moins chers(les granulés importés du Canada,de Russie ou d’ailleurs) que du gaz naturel ou du charbon,pour un même service de production de calories ou d’électricité ou même des 2(cogénération),alors on les utilisera abondament en France,même si ça déplait aux écolos moralistes,décroissantistes,et autres bobos-pleurnicheurs dont on a que faire de leurs avis nuls,ringards et sans intérêts.Les raisons économico-financières l’emporteront,de toutes manières.Ne vous en déplaise,messieurs les pisses-vinaigres.

Stephsea
Invité
Si vous ne savez pas lire, abtenez vous au moins de propos agressifs gratuits… Si vous en avez personnellement contre moi, je vous donne mon adresse et/ou mon N° de téléphone ce qui vous permettra de vous exprimer directement à moi et pas à une assemblée pour régler vos problèmes très subjectifs. Si mon mode d’expression vous déplait, il va falloir vous adapter, travailler sur votre tolérance, ou aller voir ailleurs. C’est la dernière fois que je tolère ce genre de propos qui me visent personnellement. Et si enfin vous avez envie de parler papier toilette pour les besoins de… Lire plus »
Revilo
Invité
Les “masses” de cendre évoquées ci-dessus sont de l’ordre de 1% pour les granulés brulés avec un matériel efficace. Cette cendre est riche notamment en potasse et peut effectivement aider à la fertilité des sols. “Qui sème potasse récolte en masse” ! Après pour les forêts en zone tempérée, il ne s’agit pas d’un milieu spécialement “fragile”, c’est même une des seules cultures qui ne nécessite ni engrais ni pesticides pour se développer et se régénérer. Exception faite des monocultures de résineux avec coupe à blanc tous les 30 ans qui sont une source de profits rapides au prix d’une… Lire plus »
midogu
Invité
@Pastilleverte : Il faut raisonner en termes de flux et non de stock : il pousse largement plus de bois qu’on en coupe ! Et il pourrait en pousser encore beaucoup plus si… @pierreerne : Bien sûr ! Sinon, la croissance du stock de bois sur pied ne serait pas si forte (malgré les “tempêtes du siècle” de 1999, 2009…) @Stephsea : Oui, le chauffage aux pellets est largement écologique… même malgré les transports des pellets par bateaux vers nos centrales thermiques. Non, l’énergie n’est pas chère (10 fois moins qu’en 1900) et c’est bien là tout le problème !… Lire plus »
Enpratik
Invité

Quand vous dites: Non, l’énergie n’est pas chère (10 fois moins qu’en 1900) et c’est bien là tout le problème Vous parlez des granulés de bois,des plaquettes de bois,du bois combustible en général ??

Herve
Invité
De mémoire, le bois énergie pèse 100Twh actuellement en France, soit à peu prés 5% de la conso primaire. En améliorant les techniques de ramassages, … on peut espérer entre 50 et 100Twh de plus. Donc bapi semble exagérer un peu les ressources car de mémoire le chauffage du pays doit au total représenter dans les 500Twh (dont 100Twh déja faits par le bois,…) Concernant les pelets, leur fabrication nécessite nettement plus d’énergie que le bois buche. Surtout si le bois est exploité dans le but de faire des pellets. Il faut le broyer, puis selon les techniques le sécher,… Lire plus »
Reivilo
Invité

@Midogu Pour voir ce que donne une exploitation industrielle et monoculturale de résineux dans une des plus belle régions de France. Avec de superbes photos qui évoquent un peu des paysages d’après-guerre… La monoculture qu’elle soit de Douglas, de maïs ou de religion est un fantastique vecteur de destruction.

Herve
Invité

Dernière phrase: comprendre nettement plus émetteur que le bois buche…

Dan1
Invité

La vertitude des granulés ne dépend pas que de la source et du transport, mais aussi du process. Quand la sciure est séchée au gaz, c’est plus souple mais moins vert :

Reivilo
Invité

Y’a gaz et gaz…

midogu
Invité
@Enpratik : Il s’agit du coût de l’énergie mécanique en général. Les pellets n’existant pas en 1900. Je cite J.M. Jancovici sur son site Manicore : « …nous en arrivons à cette conclusion étonnante que le prix réel d’un kWh mécanique issu du pétrole a vu son prix divisé par quelque chose entre 30 et 60 depuis 1950 ! Plus cher, le pétrole ? Voici donc le mot de la fin sur le prix réel du …le prix du pétrole n’est pas élevé, il est nul. La seule bonne question est de savoir ce qui va se passer quand il… Lire plus »
midogu
Invité
@Enpratik : Il s’agit du coût de l’énergie mécanique en général. Les pellets n’existant pas en 1900. Je cite J.M. Jancovici sur son site Manicore : « …nous en arrivons à cette conclusion étonnante que le prix réel d’un kWh mécanique issu du pétrole a vu son prix divisé par quelque chose entre 30 et 60 depuis 1950 ! Plus cher, le pétrole ? Voici donc le mot de la fin sur le prix réel du …le prix du pétrole n’est pas élevé, il est nul. La seule bonne question est de savoir ce qui va se passer quand il… Lire plus »
Decu du pellet
Invité
Citoyen soucieux de l’avenir, j’ai investi il y a 4 ans dans une couteuse installation de chauffage : chaudière à pellets + panneaux solaires thermiques. A l’usage, cela fonctionne correctement. Reste la corvée de cendres et le jonglage avec les réglages pour optimiser les rendements. Et bien évidemment l’encombrement d’une telle installation, le bruit de fonctionnement, la consommation et la dépendance électrique. Mais le problème n°1, c’est le coût des pelletrs : +30% en 4 ans !!! Avec la baisse du fioul, ce n’est plus du tout concurrentiel par rapport à cette énergie fossile. Compte tenu du prix d’achat et… Lire plus »
midogu
Invité
@Enpratik : Il s’agit du coût de l’énergie mécanique en général. Les pellets n’existant pas en 1900. Je cite J.M. Jancovici sur son site Manicore : « …nous en arrivons à cette conclusion étonnante que le prix réel d’un kWh mécanique issu du pétrole a vu son prix divisé par quelque chose entre 30 et 60 depuis 1950 ! Plus cher, le pétrole ? Voici donc le mot de la fin sur le prix réel du …le prix du pétrole n’est pas élevé, il est nul. La seule bonne question est de savoir ce qui va se passer quand il… Lire plus »
wpDiscuz