Enerzine

Le Jatropha semble faire ses preuves dans l’aviation

Partagez l'article

Les résultats de plusieurs tests effectués auprès des lignes aériennes sur du pétrole produit à partir de la plante du Jatropha, comme substitut possible du kérosène ont été rassemblés par la société Business Matchmaking.

Japan Airlines, Air New Zealand, Continental, TAM Airlines du Brésil et, plus récemment, la ligne commerciale mexicaine Interjet, en collaboration avec le fabriquant européen, Airbus, ont réalisé des essais en vol en utilisant du biocarburant à base de plantes cultivées sur des terres non agricoles, comme le Jatropha.

Un rapport complet daté du 31 mars 2011 par la Faculté des études environnementales de Yale et financé par Boeing, a conclu que "le Jatropha peut représenter des avantages environnementaux et socioéconomiques". L’étude de Yale s’est basée sur des critères de durabilité développés lors de la table ronde sur les carburants durables évalués sous des conditions agricoles réelles.

Cette étude porte à 60%, le taux de réduction des gaz à effet de serre dans le cas d’utilisation de carburants à base de Jatropha en lieu et place d’un carburant pétrolier.

Mission NewEnergy, qui est le plus grand producteur de Jatropha à l’hectare planté, emploie actuellement plus de 140 000 fermiers en Inde. D’après la compagnie, ces derniers gagnent leur vie en cultivant le Jatropha, sans "le risque de compromettre l’offre ou le taux alimentaire." Elle distribue actuellement ses produits en Europe et prochainement aux États-Unis.

"Nous sommes particulièrement contents d’apprendre qu’il y a eu, à plusieurs occasions, des tests positifs du Jatropha dans le milieu aérien. Avec des défis comme jamais connus dans le milieu aérien, pour cause de l’augmentation du prix du kérosène et la demande mondiale de durabilité comme responsabilité environnementale clé, la solution du Jatropha est opportune et efficace" a déclaré James Garton, président de Mission NewEnergy USA.

Outre celles de l’aviation civile, des études sont effectuées à l’heure actuelle dans le secteur militaire en ce qui concerne le pétrole produit à partir de Jatropha. "Le milieu militaire a un énorme besoin et un besoin continu de pétrole efficace et abordable, et le Jatropha semble correspondre à ces normes tout en répondant aux exigences environnementales" a conclu le général de division aérienne, Wilbert Pearson (USAF-Ret), également président du Conseil consultatif de Mission NewEnergy.

L’Organisation de l’aviation civile internationale des Nations Unies a établi un objectif de réduction des émissions de gaz carbonique produites par l’aviation en utilisant des carburants renouvelables. À un certain moment dans le secteur aérien, l’hypothèse du carburant éthanol avait été évoquée, mais comme ce dernier gèle à des températures relativement basses, il avait été écarté aussitôt.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    3 Commentaires sur "Le Jatropha semble faire ses preuves dans l’aviation"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Guydegif(91)
    Invité
    Pourquoi ne pas implanter du Jatropha dans certains de nos DOM-TOM où le climat est ad hoc et les besoins d’auto-suffisance détachés des énergies fossiles à GES sont avérés…. Pour changer un peu de la quasi-monoculture canne à sucre poussée au paroxysme…. Avant la canne à sucre il y a bien eu le café…! Un peu de diversité s’impose ! Pourquoi ne pas introduire sur qqs % du territoire, pour commencer et tester, sur des terres un peu ingrates par exemple, du Jatropha pour alimenter les centrales thermiques en mélange ou en lieu et place du fioul lourd… La canne… Lire plus »
    michel123
    Invité
    Il faut cependant arrêter de dire qu’il n’empiète pas sur les terres agricoles , lorsque l’on voit des champs entiers de jatropha bien alignés , sur des terres désherbées qui sont visiblement cultivées et donc cultivables , il y a désinformation manifeste . Qu’il y ait moins d’intrants , c’est fort probable mais cela restera tout de même une culture qui si elle s’avère rentable , se répandra et  empiètera obligatoirement sur les terres agricoles comme en indonésie où le palmier à huile est devenue une monoculture qui envahit tout . Cela dit ce n’est pas pire que nos cultures… Lire plus »
    pangalane
    Invité

    Bonsoir, dans ma région nous avons des sables et des marais sur des centaines d’hectares non cultivables sauf entre autre jatropha… J’ai besoin de partenaires cordialement daniel

    wpDiscuz