Enerzine

« Le monde après Fukushima », « Chronique d’un désastre »

Partagez l'article

Deux ans après l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima Daichii, le 11 mars 2011, Arte revient sur cette terrible catastrophe et propose 2 documentaires coup de poing pour mieux comprendre le déroulé des événements et ses conséquences.

Provoqué par un séisme d’une magnitude 9 et un tsunami entraînant une vague de 15 mètres de haut, l’accident de Fukushima a été classé, comme la catastrophe de Tchernobyl en 1986, au niveau 7 (le plus élevé) de l’échelle internationale des événements nucléaires.

"C’est le genre d’événements, dont je dirais qu’ils ont ‘une fin ouverte’, ce sont des catastrophes illimitées dans le temps, dans l’espace et dans le social. […] Nous avons du mal à appréhender le nombre de morts et de blessés que cela entraîne. […] Plus de 25 ans après Tchernobyl, toutes les victimes de cet accident ne sont même pas encore nées. Même pas encore nées !?" a indiqué Ulrich Beck, sociologue.

Le monde après Fukushima
Documentaire de Kenichi Watanabe
Coproduction : Arte France, Kami productions (Japon, 2012, 77 mn)
Diffusion : mardi 5 Mars 2013 à 22h25

A quoi ressemble la vie des gens deux ans après une catastrophe nucléaire ? Entre résistance et désespoir, des témoignages bouleversants de vies fracassées…

Dans la région de Fukushima, deux ans après, la vie ou du moins « l’existence » des habitants continue, en intégrant au quotidien la pollution radioactive. Au-delà du séisme et du tsunami, la catastrophe nucléaire a révélé les lézardes d’un système et sa criminelle arrogance. Et tous se souviennent avec effroi de la série d’erreurs et d’atermoiements qui a scellé leur destin, les politiques préférant « minimiser la situation au lieu de réduire les risques ». « J’ai deux filles de 17 et 24 ans. J’ai dû leur demander de ne pas avoir d’enfants. Et peut-être de ne pas se marier. Parce que certainement leur santé sera affectée plus tard » une habitante dans la zone autour de Fukushima.

le monde après Fukushima,Chronique d'un désastre

Fukushima, chronique d’un désastre
Documentaire de Akio Suzuki, Akihiko Nakai
Production : NHK International inc. (Japon, 2012, 47 mn)
Diffusion : jeudi 7 Mars à 22h50

S’appuyant sur des simulations scientifiques et sur les témoignages d’ingénieurs présents dans la salle de contrôle au moment du drame, ce documentaire de la télévision publique japonaise retrace l’enchaînement des événements qui ont mené à l’explosion du réacteur de la centrale de Fukushima le 11 mars 2011.

En retraçant chronologiquement chacun des événements qui a conduit au désastre, le film soulève d’importantes questions techniques.

Comment et pourquoi, après le tsunami, une panne complète de courant a-t-elle pu se produire au sein du réacteur de Fukushima ? Dans quelle mesure les travailleurs de la centrale ont-ils été informés des dommages causés aux installations ? Étaient-ils vraiment préparés à faire face à une telle situation ? Pour répondre à ces questions, NHK a recueilli les témoignages des ingénieurs de la centrale qui étaient présents dans la salle de contrôle au moment de l’accident. interviews et scènes reconstituées révèlent un système de sécurité défaillant, le manque de préparation des équipes et, surtout, la vulnérabilité des réacteurs nucléaires.

le monde après Fukushima,Chronique d'un désastre

Entretien avec le réalisateur du documentaire "Le monde après Fukushima Kenichi Watanabe"

En donnant la parole aux victimes de l’accident, il livre une réflexion saisissante sur l’avenir de notre civilisation

Comment est née l’idée de ce documentaire ?

Kenichi Watanabe : J’étais à Tokyo le vendredi 11 mars 2011 quand s’est produit le séisme qui a déclenché le tsunami et l’accident nucléaire de Fukushima. J’attendais une équipe de tournage française pour aller enquêter sur la radioactivité à Hiroshima. Le lundi suivant la catastrophe, quand j’ai appris qu’une explosion avait touché un réacteur de la centrale, j’ai stoppé mon travail et pris la décision de rentrer en France. Alors que tous les accès à Tokyo étaient bloqués, la télévision ne disait rien de l’état d’alerte maximum dans lequel nous semblions nous trouver. Je me souviens avoir été dominé par une peur noire, par le sentiment d’être contrôlé par une force que je ne pouvais identifier. C’est cette expérience sur place qui m’a poussé à réaliser un film sur Fukushima.

Qu’avez-vous appris au contact des habitants des zones irradiées ?

Il y a à peu près 2 millions d’habitants dans le département de Fukushima et autant dans les autres zones touchées par le nuage radioactif. 150.000 personnes attendent encore de pouvoir rentrer chez elles. le problème est que le mal est invisible : Pas de traces, pas d’odeur, pas de sang ! alors que de nombreuses victimes ont envie d’oublier, d’ignorer le risque, l’autre moitié de la population se montre très sensible au danger et à ses conséquences pour les générations futures. beaucoup n’ont pas les moyens de quitter la région et se demandent comment agir au quotidien face à la pollution de leur environnement. Ils n’ont plus d’espoir mais ont choisi de se battre contre les autorités pour obtenir les meilleures conditions de vie possibles.

Comment s’est déroulé le tournage ?

Avez-vous eu des difficultés à approcher les victimes ? en 2011, dans les jours qui ont suivi le séisme, tous les regards étaient fixés sur les téléviseurs. Or les japonais ont rapidement compris qu’on leur cachait la réalité. les habitants de Fukushima sont donc très méfiants vis-à-vis des médias. J’ai essuyé de nombreux refus au moment du repérage. Il a fallu prendre le temps de discuter longuement avec les victimes, hors caméra, pour que certaines acceptent d’ouvrir leur cœur. Par ailleurs, nous avons dû prendre des précautions ? : comme les habitants de la région, nous portions des dosimètres en permanence, et nous avons fait mesurer nos radiations internes en laboratoire avant et après chaque tournage.

Les images de Fukushima sont d’une grande beauté…

en parcourant la zone, j’ai découvert que la nature y est magnifique. Cette richesse environnementale est assez méconnue, même des Japonais. J’ai tenu à montrer l’incroyable beauté des paysages pour insister sur le caractère tragique de la pollution par la radioactivité, qui a durablement contaminé ces terres.

Entre les témoignages des victimes, vous faites intervenir différents spécialistes. Pourquoi?

J’estime qu’il était important d’analyser la réalité scientifique et médicale de la contamination. Par ailleurs, des sociologues comme Ulrich Beck, auteur de La société du risque (1986), livrent leur éclairage sur la civilisation nucléaire que nous avons bâtie depuis un siècle.

Peut-on considérer que la catastrophe a irrémédiablement changé le japon ?

On a assisté à un basculement de valeurs avec l’effondrement de certaines croyances – le nucléaire ayant été présenté comme une assise énergétique et industrielle sûre. c’est au moment de l’accident que les Japonais ont pris cruellement conscience de sa réalité, de son histoire. de nombreuses manifestations anti-nucléaire ont été organisées. Moralement, on ne peut pas être pour. politiquement, c’est différent car les autorités gouvernementales et industrielles poursuivent une logique économique et cherchent à redresser le pays. Ce qui est sûr, c’est que le nucléaire n’aura plus jamais la même place qu’avant. pour preuve, sur les 53 réacteurs que nous possédons, seuls trois sont encore en marche aujourd’hui. on sait désormais qu’il est possible de survivre sans cette ressource.

Mais le nucléaire ne représente que 30 % de notre production énergétique, et non 80 % comme en France…

Avez-vous le sentiment que le reste du monde a oublié Fukushima ?

Au Japon, il existe une expression traditionnelle véhiculant l’image de « l’incendie de l’autre côté de la rivière » : on aperçoit les flammes sur l’autre rive, mais on se rassure en regardant les eaux de la rivière, censées nous protéger de la propagation du feu. à travers ce film, je veux que les téléspectateurs prennent conscience que Fukushima ne concerne pas qu’un pays, une région ou une localité, mais bien l’ensemble des hommes. partout dans le monde, des essais atomiques ont contaminé la terre. Nucléaire militaire ou civil, c’est la même chose. c’est pour cela qu’il ne faut pas que la catastrophe tombe dans l’oubli, ni qu’on la réduise à un territoire. il ne s’agit pas de choix industriels ou énergétiques mais bien d’une question universelle qui touche l’avenir de notre civilisation.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    57 Commentaires sur "« Le monde après Fukushima », « Chronique d’un désastre »"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Teredral
    Invité

    En France 42000 décès prématurés liés à la pollution aux particules. Au Japon, aucun décès lié à Fukushima.

    Larderet
    Invité

    Il n’y a pas que les morts dans la vie. Il y a aussi les vivants.

    Pas naif
    Invité
    cumulée sur 40ans: une phobie énorme conduisant des gens sérieux à soutenir que « les victimes ne sont pas encore nées.. » On n’a jamis vu de telle hypocrisie mentale. Avec 20mSv/an – une dose inférieure à celle naturelle existant en certains endroits lourdement habités d’Inde ou Iran – inférieure à celle reçue en 10 minutes de scanner médical, on a traumatisé un gouvernement et une région, le premier ne voulant pasetre sujet à des poursuites judiciaires futures réclamant des millions d’€ appuyées par des juges incompétents. Voilà le souk créé par ces inconscients. Les responsables des Milliards d’€ sont les agitatuers… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    A Fukushima, le stress lié à l’accident et l’hystérie médiatique qui l’a accompagné causeront très certainement mille fois plus de morts que les radiations elles-même. En effet, toutes les infos qui sont à notre disposition aujourd’hui poussent à croire que l’accident en lui-même et les rejets radioactifs qui ont suivi ont fait de l’ordre de la poignée de morts, et que la grande majorité de la population a été exposée à des doses suffisamment faibles pour être considérées comme non-dangereuses pour la santé. In fine, il est vrai qu’on s’excite beaucoup sur le nucléaire alors que tous les chiffres montrent… Lire plus »
    Sonate
    Invité

    Vous ne vous lassez jamais d’être aussi partisan pro-nucléaire. ça ne vous tente jamais d’essayer de faire un peu la part des choses ? De voir le pour et le contre ? D’arrêter de troller ?

    Rek
    Invité
    On peut être « plutôt pour » l’énergie nucléaire, on peut être « plutôt contre », ce qui est sûr c’est qu’aujourd’hui on peut difficilement s’en passer. On peut quand même apprendre de ses expériences et se poser des question pour l’avenir (et il le faut). Par contre, les 2 commentaires laissés à 8h46 et 9h22 sont tout simplement affligeants, pitoyables, et témoignent d’une réelle étroitesse d’esprit. Oui les accidents de centrales nucléaire créent des victimes, arrétez de vous voilez la face, c’est irrespectueux pour les personnes affectées. A défaut d’être objectifs, essayez au moins d’être polis, c’est le minimum, le minimum du savoir… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    Le lecteur rationnel pourra trouver les chiffres d’exposition de la population japonaise dans les excellents articles de Sylvestre HUET (le premier lien de mon commentaire précédent). Pour comparaison : – la dose autorisée pour un travailleur du nucléaire en France est de 20mSv/an – les effets déterministes (directs et immédiats) des radiations se font observer à partir de 300mSv (en un seul coup) – les études épidémiologiques menées n’ont pas permis de mettre en évidence d’effet stochastique (long terme, cancer, leucémies, etc) en dessous de 100mSv. – la radioactivité naturelle est de l’ordre de 1 à 2mSv/an à peu près… Lire plus »
    Sputnik
    Invité

    Cela devient lassant de revoir les mêmes poncifs à chaque article très critique sur le nucléaire : pas de morts, pas de contamination, le chauffage bois est pire,… on les connait par coeur. C’est tellement lassant qu’on en perd l’envie de répondre. Ces personnes n’ont vraiment pas peur du ridicule qui, lui, ne tue toujours pas.

    Dugland
    Invité
    Comme je l’ai souvent lu dans les commentaire, il n’y a au final que tres peu de pays qui s’intéressent au nucléaire. Et dans ceux-çi, force est de constater que les peuples sont rarement appelés à s’exprimer ; on préfère de loin laisser parler le pouvoir de… l’argent et laisser aux « commerçants » (affairistes si vous préférez) le soin de décider pour nous. Quant au nombre de centrales en construction, si donc on enlève celles des démocrations populaires communistes, post-communistes, islamistes, etc, etc (bref tout ce que le Monde comporte de pays ou les populations on le droit de la fermer…),… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    Vous parlez de respect des victimes. Mais au delà du respect qu’on leur doit (ces victimes et leurs souffrances sont bien réelles, seul leur nombre fait débat), vous n’aurez certainement pas la naiveté de croire que l’objectif de ces reportages était réellement de s’intéresser à eux… En effet, le tsunami de 2004 a fait, par exemple, infiniment plus de morts que Fukushima et pourtant ces morts étaient oubliés dès l’année écoulée. L’objet de ces reportages « émotionnels » et récurrents est bien d’influencer les électeurs alors qu’ils sont sur le point de prendre des décisions pour l’avenir énergétique de notre pays. Certains… Lire plus »
    s4m
    Invité
    Qu’on se le dise : même s’il n’y a pas eu de mort directement imputable aux radiations et que les effets sanitaires sur la population seront certainement nuls, les conséquences de l’accident de Fukushima (pollution, déplacement de population) ne sont pas acceptables ! (je précise que je suis pro nucléaire). D’autant plus qu’elles sont la conséquence d’erreurs d’organisation et de prévention : quand bien même la centrale se retrouve en cas de perte totale d’eau alimentaire + perte des alimentations externes, il faut une solution rapide ! (surtout que des solutions existent et ne sont pas très compliquées à mettre… Lire plus »
    Leader
    Invité

    Il y a toujours les commentateurs de l’horreur prêt a tout pour satisfaire leurs egos façonnés aux connaissances étroites sur le nucléaire. Votre ego a réussi a vous faire devenir les ambassadeurs de l’horreur . A présent, il vous suffit d’inverser les rôles , et de vs mettre dans la peau des  » victimes  » de Fukushima avec famille et enfant pour s’apercevoir de la violence de votre posture . Des fois il vaut mieUx savoir se taire quand on manque cruellement d’intégrité.

    antinuke
    Invité
    Plus leur nucléaire adoré est pris en défaut, plus les catastrophes sont effroyables, plus les pronucléaires sont arrogants, aggressifs, et font du négationnisme : pour rendre le nucléaire « acceptable », ils vont jusqu’à prétendre que les radiations ne tuent pas ! Heureusement, la part du nucléaire dan l’électricité mondiale est passée de 17% (2001) à 11% (2012), chute brutale et irréversible. Le pompon est pour le nucléaires français, top niveau de l’incoméptence (cf ) , jusqu’à ce pauvre EPR abandonné en cours de route par Enel (Italie) et centrica (GB), rejeté de partout (Emirats, USA, Tchéquie, etc)en attendant le crash final… Lire plus »
    gaga42
    Invité

    Je suis plutôt d’accord avec s4m sauf sur un point: les causes de catastrophe nucléaire, passées ou potentielles, ne sont pas que techniques, il faut aussi largement compter sur la connerie humaine: dictature à Tchernobyl, finance et peut-être mafia au Japon, il ne nous manque que le terrorisme pour compléter le tableau.

    Lsd256
    Invité
    Personnellement depuis Fuku et la malhonneteté intellectuelle de tout le lobby en terme d’information sur la catastrophe, je me suis senti plus que trahi. Les donneurs de leçons pro-nuke (dont j’ai pu faire partie à une époque) feraient bien de se demander s’ils ne sont pas clairement conditionnés par leur formation qui tronque totalement la réalité des risques associés au rayonnement. La plupart rabachent ce qu’il ont appris en stage ou à l’école en parlant de l’exposition externe mais n’ont pas compris que 99% du danger d’une contamination nucléaire en cas d’accident grave vient de l’exposition interne dont on oublie… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    « Et dans ceux-çi, force est de constater que les peuples sont rarement appelés à s’exprimer Quant au nombre de centrales en construction, si donc on enlève celles des démocrations populaires communistes, post-communistes, islamistes, etc, etc (bref tout ce que le Monde comporte de pays ou les populations on le droit de la fermer…), il n’en reste au final vraiment pas beaucoup -même si c’est déjà de trop-. » Le débat sur le caractère « démocratique » ou non des réacteurs en construction a déjà été mené ici : Et les conclusions sont celles… qu’on veut en tirer. Par ailleurs, je vous ferais remarquer… Lire plus »
    Velka
    Invité
    Le nucléaire comme source de production d’énergie ne peut que disparaitre. Non pas en raison de la technologie, mais du mauvais usage qui en est fait. Autant le nucléaire militaire a fait ses preuves, ne serais que par l’effet de dissuasion. Mais est apparemment mieux gérée (il faut l’espérer du moins). A comparer les arguments et les convictions des défenseurs du nucléaire civil avec la réalité, on ne peut que constater des dénis graves et des mensonges. Croyances souvent éloignées de toute raison, un mélange de méthode Coué et de croyances proches d’une forme de religion. Car tout aussi imprégnées… Lire plus »
    s4m
    Invité

    Tout à fait ! mais je n’avais pas oublié tous ces aspects dans mon post : « la conséquence d’erreurs d’organisation » « l’implication de la mafia, la privatisation de l’exploitation des centrales ou encore la culture de l’entière dévotion à son entreprise. » Un autre point qui mériterait d’être soulevé : l’absence d’association anti nucléaires au japon. Même si, en France, je trouve souvent leur argumentation vraiment à côté du sujet, elles ont au moins le mérite de pousser l’industrie vers plus de sûreté et de transparence.

    Bachoubouzouc
    Invité
    « Sachant que plusieurs tonnes de Pu ont été volatilisés avec l’explosion du réacteur 3 et l’incendie de la piscine du 4, vous ne croyez pas que l’industrie vous cachent quelques chose ? » Vous avez des sources pour affirmer cela ? « Autrement dit il ya 10 000 ou 20 000 Bq d’aplha chaque mètre carré de terrain à Tokyo » Idem, d’où sortent ces chiffres ? LSD256, vous vous donnez l’apparence de quelqu’un qui maitrise son sujet, mais une analyse un peu poussée de votre commentaire prouve le contraire : Vous nous parlez du risque de contamination au plutonium, alors qu’à Fukushima… Lire plus »
    climax1891
    Invité

    Au Japon, en été, en période de forte demande, on constate que, dans les bureaux à 14H00 et les maisons à 20H00, la climatisation, les réfrigérateurs et l’éclairage consomment presque 3/4 de l’électricité. Avec l’éclairage basse consommation, la réfrigération avec stockage de froid la nuit et l’isolation, il y a réellement de grosse économies possibles. Par exemple, le potentiel d’économie est de 92,2 TWh avec les LED.

    Lsd256
    Invité
    Bachibouzouc j’ai beaucoup travaillé avec l’IRSN et laissez moi vous dire que ce sont pour beaucoup d’entre eux bel et bien des charlots tout juste bons à publier des compte rendu lénifiants dignes d’un mauvais service de com et à reprendre les chiffres de tepco ou du mext agrémenté d’un joli graphique excel d’élève de terminal S. Par ailleurs ce que vous dites est faux : l’explosion du 3 et l’incendire de la piscine du 4 qui a suivi n’est plus un secret pour personne à part vous apparemment. Quant à la contamination moyenne à Tokyo, les sources ne manquent… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    « Par ailleurs ce que vous dites est faux : l’explosion du 3 et l’incendire de la piscine du 4 qui a suivi n’est plus un secret pour personne à part vous apparemment. » Eh ben si c’est le cas, alors vous ne devriez pas avoir trop de difficultés à faire comme tous les commentateurs sérieux de ce forum : Citer des sources. « Quant à la contamination moyenne à Tokyo, les sources ne manquent pas et mes compétences me permettent parfaitement de les recouper. » Idem, puisque ces chiffres sont tellement connus alors citez donc des sources. Cela permettra d’avoir un débat constructif.… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    Par ailleurs, je ne nie pas que les chiffres japonais puissent être truqués, mais vous constaterez que dans ses rapports, l’IRSN prend toujours bien soin de préciser l’origine de ses sources et les réserves qu’on peut y attacher. Par ailleurs, les chiffres de contamination au Japon ne sont pas le seul fait des japonais : Les américains ont aussi réalisé des campagnes de mesures, des personnels français d’EDF y ont participé, il me semble bien que l’IRSN a aussi réalisé des missions de mesure. Et comme vous le dites, des citoyens et des labos « indépendants » sont aussi à l’oeuvre. S’ils… Lire plus »
    Bob 22
    Invité

    Je suis étonné de ne pas voir d’article sur Enerzine sur cette étude de l’IRSN

    oeildecain
    Invité

    Inutile d’insister, … il est foutu ! Inutile d’insister, … il est foutu ! Inutile d’insister, … il est foutu ! Il faut l’écrire combien de fois pour que çà rentre ? Les ENR baissent en prix tous les jours, et les prix du nucléaire ne peuvent qu’augmenter …………. A un tel point d’évidence, ce n’est plus la peine d’en discourir ! Au revoir les nucléophiles …

    juanasol
    Invité
    A lire quelques-uns de ces posts, je trouve que le pays le plus nucléarisé du monde a bien fait son travail de lobbying ! Mais quand prendra-t-on en compte réellement la sécurité des populations et la préservation de l’environnement et des maigres ressources qui restent ? Il est grand temps de dire stop au nucléaire partout dans le monde. A courte vue, le nucléaire est économique, mais les centrales nucléaires vieillissent et leur dangerosité et leur coût augmentent considérablement avec le temps. Les déchets radioactifs s’amoncellent. Il y aura d’autres accidents, et plus graves encore, si on persiste. Arrêtons de… Lire plus »
    juanasol
    Invité
    A lire quelques-uns de ces posts, je trouve que le pays le plus nucléarisé du monde a bien fait son travail de lobbying ! Mais quand prendra-t-on en compte réellement la sécurité des populations et la préservation de l’environnement et des maigres ressources qui restent ? Il est grand temps de dire stop au nucléaire partout dans le monde. A courte vue, le nucléaire est économique, mais les centrales nucléaires vieillissent et leur dangerosité et leur coût augmentent considérablement avec le temps. Les déchets radioactifs s’amoncellent. Il y aura d’autres accidents, et plus graves encore, si on persiste. Arrêtons de… Lire plus »
    Evohe
    Invité

    C’est pas pour nous vanter mais en France on arrive à avoir le nucléaire et la pollution aux particules gràace au diesel; sans parler, pour la bonne bouche : premier utilisateur de pesticides d’europe. cocoricooooooooo

    orsaluna
    Invité
    Bonsoir, je vous conseille vivement la lecture d’un article sur S&V de ce mois ci, concernant le cout et la complexité du démantèlement d’un centrale !! C’est hallucinant, il y au moins pour 3 générations de travail! ( un cout pharaonique ) Ce qui me sidère , comment peut ‘on d’une façon aussi abrupte dire : » ce que je veux ,c’est mon électricité pas cher.., ma lumière , ma climatisation etc , mes descendants se démerderons avec nos saloperies! » De quel droit hypothéquons nous le futur, pour nos propres intérêts ? Colbert plantait des forets de chênes ,… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité
    Comme vous m’interpellez ci-dessus (alors que je ne suis pas intervenu), sur la base du fait que je ne sais pas ce que seront les technologies dans 5, 20, 40 ou 70 ans …. Vous avez absolument raison (sur 5 on a un peu de visibilté quand même). Et? Vous vous savez? Par contre, ce dont je pense être raisonnablement sûr, c’est que dans les 10 ans qui viennent, il y aura forcément de nouvelles crises « énergétiques », et que la France notamment est très mal placée pour y répondre compte-tenu de son degré de dépendance énorme aux combustibles importés. Alors… Lire plus »
    Aki
    Invité
    Bonjour Je suis habitant du Japon, donc concerné par cette catastrophe, ni pro ni anti nucléaire… Alors maintenant je vais exposer un peu ce qu’il se passe actuellement ici, parce que je trouve que ça parle beaucoup, mais ça tourne surtout en rond… Tout d’abord, contrairement à ce qu’affirme dans l’article Kenichi Watanabe, se ne sont pas 3 réacteurs qui à ce jour sont en fonction sur 53, mais 2 sur les 54 initiaux (initiaux car les 4 premiers de Fukushima Daiichi ont été depuis rayés de la liste, établissant le nombre de réacteurs nucléaires au Japon à 50)… Ceci… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    A Evohe. « C’est pas pour nous vanter mais en France on arrive à avoir le nucléaire et la pollution aux particules gràace au diesel » Mouais, pour le diésel c’est pas clair : Mais dites moi donc ce qui émet le plus de particules fines en France ? Sinon, en Allemagne, les centrales à lignite et les voitures à essence c’est mieux pour les bronches ?

    Sicetaitsimple
    Invité

    Moi je sais même si j’ai honte car il m’arrive de faire une flambée un samedi ou dimanche soir de temps en temps: c’est le chauffage au bois! J’ai gagné quoi?

    Dan1
    Invité

    Gagné et renez-vous page 187 du rapport CITEPA SECTEN pour apprécier les émissions. Mais chut, j’ai rien dit ! Il n’est pas politiquement correct d’écrire que le transport routier et particulièrement les voitures diésel émettent moins de particules fines que le chauffage au bois. Si cela s’ébruite trop, les « écologistes » vont lutter à mort contre les poêles à bois et les cheminées alimentés à la biomasse et s’en sera fini de la petite flambée du week-end. Et le comble, c’est qu’on vous forcera à installer un chauffage électrique alimenté au nucléaire pour limiter le nombre insoutenable de morts en France.

    Sicetaitsimple
    Invité

    N’essayez quand même pas de me culpabiliser! Ma petite flambée occasionnelle me permet quand même d’économiser au passage environ 240g/kWh de (eh oui, coming out!) chauffage gaz! Bon , pas vraiment, car elle a un rendement forcément lamentable… Je l’avoue, je suis un jouisseur qui n’hésite pas à tuer ses compatriotes à petit feu.. Shame on me.. Mais bon, c’est moins de 15 par an , pendant 3 ou 4 heures…. Je souhaite vraiment faire mes excuses les plus plates à nos vrais écologistes d’Enerzine, j’ai vraiment honte.

    Bachoubouzouc
    Invité

    Allons donc ! Le feu de bois biomasse étant avec le « consommer localement » un des piliers de l’idéologie écolo, je suis certain qu’ils arriveront à tolérer les morts du feu de bois de la même manière qu’ils acceptent sans problème les morts des centrales à lignite. A propos, à quand des reportages d’Arte sur cette énergie si germanique ?

    Lionel_fr
    Invité
    J’ai vu sur Arte des reprotages sur l’industrie du charbon-lignite electrogène , votre comptabilité morbide des morts n’est pas plus vraie là qu’ailleurs … Le problème des particules diesel c’est qu’elles sont émises en ville là où beaucoup de poumons les respirent. En rase campagne , c’est différent. Comme l’extraction se fait à ciel ouvert , pas de grisou … et au final un appareil electrogène qui s’accomode bien des dernières technologies non-nukes @Aki Je respecte votre point de vue mieux informé que le mien. Cela dit vous dites que les projets EnR fleurissent au Japon, pourant à chaque fois… Lire plus »
    fredo
    Invité

    merci pour ce témoignage venu du Japon ! J’ai bien aimé « l’opinion de transition » , bon résumé, valable à mon sens en France aussi en cette période de débat sur la transition énergétique.

    fredo
    Invité

    votre question sur l’ordre de grandeur du dépoilement prévu ENR au Japon est d’autant plus pertinente que ce pays a une longue culture de l’optimisation des ressources, ayant peu de matières premières.

    Etudiant
    Invité
    J’ai toujours du mal à comprendre pourquoi, en France, on s’obstine constamment à opposer énergies renouvelables et nucléaire, sachant que ce sont les seules qui soient décarbonées. Dans un contexte de contrainte carbone de plus en plus fort, et au delà des considérations éthiques et morales de chacun, c’est loin d’être un argument dénué de valeur. Et au lieu de ces débats hystériques sur le niveau de contamination réel de Fukushima et ses alentours, et dont les victimes (au sens de décédées) sont à l’heure actuelle et officiellement très peu nombreuses (je n’ai pas le chiffre, désolé), comment se fait-il… Lire plus »
    orsaluna
    Invité
    Personne à l’heure actuel , est capable de dire comment gerer les dechets nucleaire à long terme! surtout en france, et enfin le debat est bien la : Les gens veulent leur confort immediat , » et apres moi le deluge » Quid de la moindre tentative de rationaliser nos consomations. Ex une interdiction immediate de toute plubicitè lumineuse le soir , de toutes devanture eclairer apres 22h , Pourquoi ne le fait ‘on pas ? La lenteur de mise en place de programme d’isolation performante dans les logements. Je serais curieux de savoir combien de logement nous pourrions isoler en allouant… Lire plus »
    orsaluna
    Invité
    EDF : performances moyennes, rémunérations en hausse Salaires en hausse, avantages généreux… La Cour des comptes s’est penchée sur les pratiques en vigueur de la période 2005-2011. La juridiction estime que lesrémunérations et les avantages dont bénéficient les salariés d’EDF sont sans lien évident avec la performance de l’entreprise : « Les salariés du groupe EDF, contrairement aux salariés du secteur privé, n’ont pas subi de ralentissement du rythme de progression de leur rémunération globale depuis 2008, en dépit des résultats contrastés d’EDF. » Les magistrats signalent ainsi les performances moyennes ou mauvaises de nombreux paramètres financiers du groupe, comme le chiffre… Lire plus »
    Aki
    Invité
    « Je ne trouve pas que l’effort Japonais en matière d’EnR soit à la hauteur de l’enjeu ! Avez vous quelques chiffres pour nous éclairer ? » Des chiffres j’en ai déjà donné : – plus de 100 centrales solaires en cours de construction – Mise en place de nouveaux parcs éoliens en plus des 207 déjà existant – Une baisse de notre consomation électrique de 10 à 15% Si pour vous ça ne représente pas grand chose, j’en suis désolé, mais il est vrai que j’ai oublié un chiffre important qui pourrai vous éclairer davantage. Savez-vous que seulement 5% de notre… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité

    « Toujours le même discours Personne à l’heure actuel , est capable de dire comment gérer les déchets nucléaire à long terme! » C’est totalement faux. L’ANDRA bosse depuis des années sur un projet de stockage en couche géologique profonde dont les travaux pour lesquels le débat public débutera le 15 mai : Et voici ici une discussion avec Ambiel où on était rentré dans le détail : Etre le nième antinucléaire à balancer toujours les mêmes bobards sur Enerzine ne fera pas avancer votre cause.

    Bachoubouzouc
    Invité
    « La Cour des comptes s’est penchée sur les pratiques en vigueur de la période 2005-2011. La juridiction estime que les rémunérations et les avantages dont bénéficient les salariés d’EDF sont sans lien avec la performance de l’entreprise » Et vous, quel est votre salaire, quels sont vos avantages en nature, pour quel poste et quels diplômes ? Dites nous tout, histoire qu’on compare ! Grogner en lorgnant sur la gamelle du voisin est vraiment bien une tradition française, et les gens qui s’y adonnent sont bizarrement toujours jaloux des avantages des autres, mais jamais de leurs contreparties. Concernant EDF, je constate… Lire plus »
    s4m
    Invité
    @ orsaluna « La Cour des comptes s’est penchée sur les pratiques en vigueur de la période 2005-2011. La juridiction estime que les rémunérations et les avantages dont bénéficient les salariés d’EDF sont sans lien avec la performance de l’entreprise » Le rapport est vraiment « léger » (en tout cas sa version publique). En résumé : les salariés sont mieux payés qu’ailleurs (la démonstration est vraiment baclée) et leur progression a été plus rapide que dans le privé DONC faut faire du nivellement par le bas et moins les payer. Puis il est fait mention « des résultats contrastés d’EDF. » sans aucune justification. Moi… Lire plus »
    Devoirdereserve
    Invité

    Merci Aki pour votre témoignage tellement sensé. Je rappelle à tous ceux qui ne croient pas aux mesures officielles qu’une initiative citoyenne, indépendante, a été relayée par Enerzine. Vive la transparence ! Ce qui me révolte, c’est les témoignages du genre « j’ai interdit à mes filles d’avoir des enfants »… Et pourquoi pas un suicide collectif tant qu’on y est ?! Les manipulateurs qui jouent sur l’ignorance pour générer la psychose y viendront bien un jour…

    fredo
    Invité

    les privilèges des salariés d’EDF, avant et même après privatisation, sont bien connus (CE 1, retraite avant 57 ans en moyenne, kwh à prix cadeau) et d’autres apparaissent avec la Cour des Comptes (hausses salaires hors norme). La nuit du 4 août viendra

    s4m
    Invité
    @Fredo je ne suis pas salarié EDF (je suis dans le privé et je suis loin de disposer de leurs avantages). Je vous prie donc de ne pas vous hâter dans vos conclusions ! Ils ont des avantages, c’est indéniable et alors ? EDF rapporte de l’argent à l’Etat, les résultats sont plutôt bons et les tarifs sont bas. J’ajouterai que pour une fois que cela bénéficie à l’ensemble de la pyramide et pas seulement à une caste de « têtes pensantes », cela devrait être un exemple. En résumé la situation est la suivante : EDF vend un bien moins cher… Lire plus »
    Fernand
    Invité

    Pour renforcer l’intervention de s4m, je ne connais pas beaucoup d’entreprises où ses retraités viennent aider les « actifs » en cas de coup dur (cf la tempête de 1999).

    wpDiscuz