“Le nucléaire empêche le développement du renouvelable”

"Les énergies renouvelables pourront assurer 99,5 % des besoins en électricité des pays de européenne en 2050 si le nucléaire perd l’accès prioritaire aux réseaux de distribution dont il bénéficie aujourd’hui" a annoncé Greenpeace dans un communiqué.

Dans un rapport rendu public lundi matin et intitulé « La bataille des réseaux », l’ONG démontre comment l’Europe pourrait passer "en douceur" à un réseau électrique alimenté presque exclusivement par les énergies renouvelables.

Selon l’organisation, les installations décentralisées de production d’énergie renouvelable (éoliennes notamment) sont "souvent arrêtées en période de pointe de production, afin de laisser un accès prioritaire aux réseaux de distribution à l’électricité produite par les réacteurs nucléaires et les centrales alimentées au charbon, qui sont elles, impossibles à arrêter".

Le rapport souligne que si les énergies renouvelables, remportaient la bataille de l’accès aux réseaux, elles pourraient alors couvrir 68% des besoins en électricité de l’UE en 2030 et de 99,5% en 2050.

Une seule alternative s’offre alors pour Greenpeace : les gouvernements européens doivent cesser de favoriser l’accès prioritaire à la production d’électricité nucléaire. En contrepartie, ils doivent consentir d’importants investissements, "évalués à 70 milliards d’euros d’ici à 2030", afin de développer les infrastructures et les réseaux.

Greenpeace va plus loin et affirme que le nucléaire empêche le développement des renouvelables, "ces énergies ne peuvent coexister !". Elle dénonce également et assez clairement la communication d’Areva, allant "des livres d’Anne Lauvergeon à son dernier spot de pub mêlant images d’éoliennes, de panneaux photovoltaïque et de centrale nucléaire, qui présente le nucléaire comme « une énergie parmi d’autres » alors qu’il cannibalise purement et simplement toute alternative".

Une preuve ? : L’Etat français alloue 60% du budget de la recherche énergétique dans le nucléaire, 20% dans le pétrole et seulement 20% dans les énergies renouvelables (chiffres 2009). Ainsi, Greenpeace dénonce le discours faussé des gros industriels prétendant être en faveur d’un mix énergétique alors "qu’en réalité les industriels n’investissent massivement que dans le nucléaire".

Pour conclure, sachez que les dirigeants européens discuteront des options énergétiques de l’Union Européenne lors d’un sommet extraordinaire programmé le 4 février prochain.

Le rapport complet de Greenpeace (.PDF en anglais) "Battle of the Grids" est consultable en suivant ce lien  >>>>> ICI

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

92 Commentaires sur "“Le nucléaire empêche le développement du renouvelable”"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
michel123
Invité

Dans le mauvais sens du terme

renewable
Invité
Structurellement, les ENR nouvellement installées voient leurs prix de revient baisser sur fond de tendance à la stabilisation. De l’autre côté, le prix du KWh nucléaire nouvellement installé ne cesse d’augmenter et est structurellement amené à croître (sécurité, déchets, uranium, démantèlement, géopolitique). Pas besoin d’être devin pour savoir dans quelles énergies il faut investir pour l’horizon 2030, et tous nos pays voisin, ainsi que les grandes puissances (USA, Chine, Inde) l’ont bien compris même si en 2011 nous avons encore besoin du nucléaire et en particulier de ses programmes quasi-amortis (même s’il reste toujours les pb de sécurité, déchets, uranium,… Lire plus »
ccsiaix
Invité

Cette querelle est une bétise. Le monde et l’Union européenne tire principalement son énergie primaire (80% ? sans doute plus) de la combustion des fossiles (pétrole, charbon, gaz, lignite). Le débat est là: Désires-t-on réduire ce chiffre ? Le reste n’est que futilité …. Bonne année

marcarmand
Invité

Actuellement, il existe des alternatives au nucléaire: en particulier le projet DESERTEC, et peut-être la solution présentée il y a quelques jours sur Enerzine par Bio Fuel Systems (). Bien sûr, ces solutions en sont au stade exploratoire, mais ce sont des sujets de recherche passionnants, sur lesquels l’Allemagne et l’Espagne entre autres mettent les moyens. Je ne comprends pas que la France reste à l’écart.

dede29
Invité

avec Greenpeace je balance toujours entre le ou/et ;un exemple deplus : “les réacteurs nucléaires et les centrales alimentées au charbon, qui sont elles, impossibles à arrêter”. c’est biensur complétement faux comme peut le dire n’importe quel exploitant .Voila comment on perd sa crédibilité pour une ONG …que l’on hésite donc à croire sur d’autres sujets

michel123
Invité
Ou vous ne comprenez pas mes arguments ou vous faites semblant de ne pas les comprendre 1- L’éolien (la seule production alternative conséquente) est une excellente énergie dont le surcoût actuel diminuera lorsque les machines seront amorties au bout de 15 ans . 2- La miscibilité est facile pour une puissance installée infèrieure à 20gw 3- La courbe de production de toutes les énergies est visible en direct sur ce lien vous y verrez si vous regardez les courbes de production que les effacements de production se font sur l’hydrolique , ce qui économise de l’eau et permet d’exporter au… Lire plus »
Nature
Invité

Comme d’ordinaire,on ne pense jamais à l’avenir de l’énergie des mers.Pourtant infinie. L’éolien est impuissant à fournir une production constante (disponibilité 22 % et non 30 ou 40 )L’Allemagne ,un des champions de l’éolien reste le 6° émetteur de CO2 fossile. Quant à sa performance environnementale globale ,selon l’université de Yale elle arrive au 17° rang sur 145 pays!Bel exemple à suivre!

Dan1
Invité
Ces débats sur le nucléaire qui s’oppose au développement des EnR dans le mix énergétique, sont d’abord et avant tout des débats truqués pour raisons idéologiques et voici pourquoi : En effet, si on prend le pays le plus horriblement nucléarisé : la France, on s’aperçoit que le nucléaire représente seulement 22% de l’énergie finale consommée (ben oui, il n’y a pas que l’électricité dans la vie, on fait aussi le plein de la voiture et… plein d’autres choses). La France a actuellement un mix énergétique composé à 65 % d’énergie fossile (pétrole et gaz). Expliquez moi donc comment le… Lire plus »
Inox
Invité

la France nucléocrate pointée indirectement (mais clairement) du doigt par une ONG qui souhaite faire respecter le developpement durable. Quand on lit les commentaires qui font suite à la brève il y a vraiment de quoi avoir très peur pour nos enfants

Dan1
Invité

Au lieu d’avoir peur ou de vouloir faire peur, que proposez vous concrètement pour les 78% d’énergie non nucléaire consommée par la France ? Moi, j’ai très peur de la réponse et j’ai peur que mes enfants se posent encore la même question à échéance de 2050.

michel123
Invité

Comme d’habitude aucune argument , juste une incantation . Chelya est un accro bien connu du photovoltaique , mais au moins il a quelques arguments valables sur l’intérêt en été du photovoltaique .

bmd
Invité
Prétendre que l’on peut alimenter l’Europe en électricité à 99,5% par de l’éolien(facteur de charge moyen européen 25 % et du solaire PV(10 %),et que l’on pourra le faire si on refuse au nucléaire la priorité sur les réseaux,c’est vraiment du délire. Dans son dernier rapport Green Peace s’était contenté de 38%, ce qui était déjà énorme.C’est une technique de désinformation bien rodée,utilisée par exemple par ces publicités pour cosmétiques qui affirment aux ménagères que tel produit fait diparaître les rides à 74 % (admirez la précision). çà marche bien parce que mettre des chiffres de ce genre donne une… Lire plus »
Dan1
Invité

Pour mataux : Mis à part le fait que vous nous ressortez les antiennes les plus éculées de l’antinucléarisme de bazard légèrement ringard (avez-vous pour mission de décrédibiliser les mouvements antinucléaires ?), je vous signale que des réflexions fouillées et argumentées sur les coûts du nucléaire existent à longueur de commentaire sur Enerzine. Donc un conseil : lisez Enerzine !

Aurel
Invité
“Greenpeace est “squeezé” par le nucléaire, car ce dernier ne dégage pas de CO2, cheval de bataille des carbocentristes. ” Et les cntrales, elles sont construites en bois, en papier recyclé ? Eh non, elles sont en ciment. Et la construction de ces montagnes de ciment dégage beaucoup de CO2. Et l’uranium, il traverse la Méditerrannée à la nage et termine à pied, pour arriver sur les sites d’enrichissement, puis dans les centrales, ou sur des bateaux et des camions qui fonctionnent au pétrole ? Ensuite, les déchets, ils partent Russie à cheval pour y être enfois (recyclés) ? Dire… Lire plus »
Dan1
Invité
Vous remarquerez que le document de Greenpeace parle énormément de puissance (des MW et des GW) et beaucoup moins de quantité d’énergie (des MWh, GWh et TWh). C’est bien pour voir l’intégration instantanée, mais c’est incomplet. Mais bon, le titre est sincère, il s’agit bien d’un combat en réseau (sur le réseau, pour le réseau) “Battle of the grids”. Tous les coups… médiatiques sont permis. D’habitudes dans les scénarios “Energy Revolution” Greenpeace met nettement plus de TWh : Je redonne le lien direct vers un commentaire sur le scénario européen : Vous y verrez les hypothèses retenues par Greenpeace pour… Lire plus »
Dan1
Invité

Pour Aurel : Si vous êtes capable de sortir de la propagande pour aligner quelques arguments chiffrés et vérifiable, je vous encourage à venir nous démontrer : 1) Que le nucléaire consomme plus de béton que l’éolien 2) Que le nucléaire français émet (en fait à émis pour une large part) plus de 10g de CO2/kWh (je suis large) Pour faciliter votre recherche je vous indique quelques pistes :

Pastilleverte
Invité
Vous n’attendiez pas des “guerriers verts” (meilleure traduction possible de Greenpeace), qu’il sautent de joie en voyant une centrale nucléaire ? GP est une multinationale, un peu spécialisée, certes, qui n’a jamsi fait dans la dentelle, et qui mélange allègrement dans ses communications des résultats mesurés vérifiées et revérifiés scientifiquement et des études de propagande ou des suppositions, où la rigueur scientifique n’est pas la première préoccupation (voir également WWF et l’histoire de la disparition totale des glaciers de l’Himalaya en 2035, honteusement repris tel que par le GIEC, alors que ce n’était pas un article “revu par les pairs”,… Lire plus »
Pastilleverte
Invité

j’oubliais : consacrer 60% des efforts de recherche pour le nucléaire qui produit presque 80% de l’électricité, et 20% pour les Enr qui en produisent enciron 15% (en immense majorité hydraulique), peut mieux faire, certes, mais “preuve” que le gouvernement bla bla bla, t’as qu’à demander directement à Areva de se lancer dans les ENR… comme BP ou Shelll ou Total…

Sicetaitsimple
Invité

Quand on a comme en Europe un réseau globalement solide et une pénétration éolienne limitée, ça se passe effectivement relativement bien. Ce n’est pas le cas partout: Voir slide47 sur la situation du Texas.

Sicetaitsimple
Invité
“Les éoliennes sont le moyen de production le plus flexible car elles peuvent s’arréter à la demande”. Une fois de plus, vous nous démontrez votre incommensurable connaissance du fonctionnement des systèmes electriques! Je vous assure que même une centrale nucléaire peut s’arréter à la demande! Il suffit d’appuyer sur un bouton, et si on ne veut pas l’arréter complètement, de baisser sa consigne de charge. Le problème n’est pas celui-là: le problème c’est d’augmenter la production electrique à la demande! Alors là, la centrale même nucléaie va normalement y arriver, mais l’éolienne, c’est comme disais Fernand Raynaud en parlant du… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Je ne connais pas votre age et votre parcours. Peut-être que la référence à Fernand Raynaud ci-dessus ne vous parle pas.Si c’est le cas, dites moi..

Rvs
Invité
Oui je suis d accord avec votre remarque de bon sens. Nos Voisins acceptent bien d’acheter 70TWh, sur les 500 TWh annueels produits à 80% par nos 58 reacteurs nucleaires. Parmi les acheteurs figure l’Allemagne anti nucleaire et pro eolien aux 20 000 machines complétées par des centrales thermiques! La technologie électronucléaire française ferait elle ombrage? Faut il la detruire ? Et pourtant, outre les 10 000 éoliennes projetées pour 2020 en France, soit 20 à 40 TWh éolien qui s additionneront aux 70 TWh actuels, on construit deux reacteurs EPR: la France deviendra le 1er exportateur d electricité sans… Lire plus »
Rvs
Invité
Oui je suis d accord avec votre remarque de bon sens. Nos Voisins acceptent bien d’acheter 70TWh, sur les 500 TWh annueels produits à 80% par nos 58 reacteurs nucleaires. Parmi les acheteurs figure l’Allemagne anti nucleaire et pro eolien aux 20 000 machines complétées par des centrales thermiques! La technologie électronucléaire française ferait elle ombrage? Faut il la detruire ? Et pourtant, outre les 10 000 éoliennes projetées pour 2020 en France, soit 20 à 40 TWh éolien qui s additionneront aux 70 TWh actuels, on construit deux reacteurs EPR: la France deviendra le 1er exportateur d electricité sans… Lire plus »
Clemiclem
Invité
A force de louvoyer dans les sujets environnementaux quels qu’ils soient (à titre perso ou pro), je m’aperçois qu’une seule chose pourra nous sortir de tous les mauvais pas qui s’annoncent à court ou moyen terme : l’échange entre les hommes. Pas l’échange via les médias traditionnels mais plutôt de l’information indépendante ou des échanges verbaux ou écrits directs. Les publications de greenpeace et d’autres ONG alarment pour récolter des fonds pour leurs campagnes. les rapports environnement des grands groupes rassurent les actionnaires et les quelques rares lecteurs. Au milieu, un ventre mou hésite à se positionner, regarde bien trop… Lire plus »
Dan1
Invité
Avec ses éoliennes flexibles (mais qui ne rompent pas !), maître Chélya nous démontre son haut degré de provocation de la part d’un spécialiste de la lutte contre les centrales à charbon… qui combat sans relache le… nucléaire. “Les éoliennes sont le moyen de production le plus flexible car elles peuvent s’arréter à la demande”. Appliquons ce principe de flexiblité au monde du travail : “Mais si patron je suis très flexible, je suis capable de m’arrêter de travailler en quelques secondes à la demande” Dites, M. l’employé vous vous f…tez de ma g…le. Non, non c’est Chelya qui m’a… Lire plus »
Aurel
Invité

@ Dan1 Je ne sais pas combien le nucléaire français émet de CO2, je dis juste qu’il en émet, alors qu’on nous dit que le nucléaire n’émet pas de CO2. Et dans vote calcul, n’oubliez pas de prendre cen compte toute la filière, de l’extraction de l’uranium, à son traitement (ou enfoissement) et en comptant le transport. Je vous épargne le coût du soutient aux dictatures des pays producteurs d’uranium, au nom de l’autonomie énergétiaue de la France… Et les coûts liés à la santé.

Sicetaitsimple
Invité

Je crains le pire…Bon, attendons… A Aurel: vous devriez normalement avoir de la lecture pour le WE…. A Dan1: Bah oui, faut retourner au boulot…Vous remarquerez quand même que je me suis permis tout-à-l’heure d’empiéter sur vos plate-bandes à propos du facteur de charge éolien.Cordialement.

Sicetaitsimple
Invité
Rassurez vous, le réseau des US est un réseau qui s’apparente dans certains coins à un réseau de pays sous-développé… C’est le résultat de conflits entre les états et l’état fédéral, bref d’une incapacité à déployer des solutions optimisées pour le long terme (pour Chelya: le Gosplan peut dans certains cas avoir de bons cotés…). Ce n’est pas le cas en France et plus généralement en Europe où le réseau est relativement solide, le wind curtailment commence comme le souligne Marius76 à apparaitre dans certains pays ( Espagne, Allemagne, Danemark, pas ou très peu en France à ma connaissance), mais… Lire plus »
Dan1
Invité

A Aurel C’est ma faute, je vous ai donné des pistes pour le béton et pas pour le CO2. Mise à part, une lecture assidue d’Enerzine qui vous apportera beaucoup avec de nombreuses références (tapez nucléaire CO2 dans la zone recherche), je vous donne lien suivant : Là aussi, j’ai apporté quelques éléments.

Sicetaisimple
Invité

Bon, vous avez droit à un traitement de faveur! Au moins à première vue, car quand vous aurez décortiqué ce que vous aurez trouvé en tapant “Nuléaire CO2”, il va falloir assurer! Pour Dan1: un petit coup de fatigue?J’avais pensé que les émissions de CO2 du nucléaire allaient déclencher un tsunami .A bientôt.

Dan1
Invité
Ben non, pas de tsunami car la faiblesse ne vient pas de moi mais des émissions de CO2 du nucléaire : les émissions sont tellement faibles qu’elles n’ont pas la force de déclencher un tsunami ! Pour les connaisseurs, En France cela ne va d’ailleurs pas s’arranger à cause de la mise en service de l’usine Georges Besse 2 qui consommera 50 fois moins d’électricité pour l’enrichissement. On savez déjà que l’enrichissement français émettait peu de CO2 (le nucléaire enrichit le nucléaire), il en émettra encore beaucoup moins et en plus il participe à l’alimentation d’un parc de réacteurs deux… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Ouh là!Petite forme…. Mais les émissions de CO2 liées à l’extraction et à la concentration de l’uranium, alimenté par des centrales charbon ou fioul? Non mais…

airsol
Invité
“Parmi les acheteurs figure l’Allemagne anti nucleaire et pro eolien aux 20 000 machines” On peut estimer que c’est la France qui achète à l’Allemagne (en critiquant l’eolien) au vu du bilan annuel page 24 echanges transfrontaliers Nucléaire contre Energie renouvelable? je ne le pense pas l’Allemagne maitrise le nucleaire et a su développer une industrie du photovoltaique et de l’eolien les USA maitrisent le nucleaire et ont su developper une industrie du photovoltaique et de l’eolien Le Japon maitrise le nucleaire et a su developper une industrie du photovoltaique Le problème me semble plutot EDF avec son discours en… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Le rapport de greenpeace est interessant à lire. On y apprend par exemple qu’en Espagne, il faudrait environ 200GW de solaire en 2050 ( 149PV+57CSP). Mettons pour simplifier que l’espagne consomme 50GW au pic en été. Ca fait entre 100 et 150GW à exporter à 13h une belle journée d’été. Et ça passe par deux liaisons HVDC vers la france (une à l’est et une à l’ouest des Pyrénées…Il n’est pas dit si c’est deux fois 75GW ou une fois 100 et une fois 50..Vite, achetez du Siemens, de l’ABB et du Nexans! PS: en France il y a 81GW… Lire plus »
airsol
Invité

la production s’adapte a la consommation ou l’inverse? il y a quand meme un peu des deux. si vous faites un tarif reduit entre 12 et 15h ou mieux un tarif “intelligent” qui pilote des consommateurs et stockages en fontion de l’ensoleillement vous obtiendrez surement des belles correlations une production PV en phase avec la consommation

Sicetaitsimple
Invité
Les quelques TWh économisés en enrichissement ( je ne pense pas qu’on soit à 20TWh)permettront certes de réduire un peu les émissions de CO2 en France,mais devraient également par des exports en augmentation ( toutes choses égales par ailleurs) contribuer à l’abaissement des émissions de CO2 chez nos voisins ( pour Dan1, il va être difficile d’aller taper dans le lignite allemend, mais un peu de charbon ou de gaz évité, ce serait déjà ça!). Qu’on se le dise le nucléaire francais évite des émissions de CO2 chez nos voisins. Cordialement. PS: c’est également de temps en temps le cas… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Pour Chelya: Avec 200GW de solaire, il ne devrait pas trop y avoir de problème pour la clim… Pour Airsol: stockage, tarifs, pourquoi pas, mais quels stockages, quel dimensionnement,..Greenpeace a raison en disant qu’une centrale nucléaire n’est pas une solution “rentable” si son facteur de charge est de 50%, mais il oublie de dire que c’est exactement la même chose pour des stockages dimensionnés pour des cas “été” ( si on parle de l’Espagne) et pareil pour des lignes de grande capacité qui seraient le plus souvent utilisées à 10 ou 20%.

Dan1
Invité

Pour Sicetaitsimple. J’ai déjà répondu à 19h57 au CO2 de l’amont notamment via ce lien :

Dan1
Invité
Certes le nucléaire n’est pas aujourd’hui rentable pour des durées de fonctionement trop faible (typiquement en dessous de 6 000 heures/an). Mais il faut bien regarder les hypothèses retenues. Deux paramètres sont importants : – le prix du kWh (il va croître), – les externalités des autres filières de masse (fossiles) qui vont renchérir les coûts de filière. Il faut aussi prendre en compte les durées de vie espérées. Rappelons que, dans les années 70, Dominique Finon calculait le coût du kWh nucléaire du parc actuel en prenant une durée de vie de 20 ans contre 30 ans pour les… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Je n’ai pas d’information précise…En regardant le bilan prévisionnel RTE 2010, on a l’impression que la baisse attendue est d’environ 12TWh, mais c’est RTE, qui ne va pas dévoiler des secrets commerciaux. L'”accord” intervenu entre Areva ef EDF récemment sur le passage au minimum technique devrait se faire sentir dès 2011. Bon, 15TWh en 2010, peut-être moins.

Sicetaitsimple
Invité

Je plaisante un peu ci-dessus sur les réseaux nécessaires pour connecter la France et l’Espagne équipée de 200GW de solaire, mais je suis bien entendu convaincu que le renforcement des réseaux et des interconnexions est nécessaire.. A ce propos, nos amis danois, souvent cités en exemple malgré des performances au bout du compte assez faibles en matière d’émissions de CO2, sont en train de se faire carrément by-passés par l’allemagne: Si le projet se réalise (ce n’est pas encore fait), ça va devenir un peu plus compliqué pour eux.

Sicetaitsimple
Invité

Complément à mon post ci-dessus…Désolé, je n’avais pas fait attention, mais il y a aussi 50GW de PV prévus au Portugal, qui doit consommer à la pointe 5000MW…Greenpeace sous-marin des cabliers et des fabriquants de stations de conversion? Subventionné par Siemens, ABB et Nexans? Un vrai buzz, non?

De passage
Invité
que certains prônant l’éolien “qu’on peut arrêter à demande” mais qui n’est jamais là quand on en a besoin ou qu’une ONG qui prétend que les “EnR fourniront 99.5 l’énergie en 2050” (je me demande quelle source constituerait le 0.5% manquant, peut-être leurs incantations?). Les EnR dans le passé ont fourni 100% de l’énergie jusqu’à la fin du Moyen Age lorsque le charbon de terre a commencé à être utilisé. A part l’hydraulique, elles ont été éliminées pour raison économique, disponibilité et puissance. Elles n’ont retrouvé qq % ici ou là que par incantation et subvention pour une énergie qui… Lire plus »
De passage
Invité
Le coût du KWh éolien n’est pratiquement constitué que d’amortissement de matériel, lui même lié au prix des matières acier, cuivre et béton. Avec 2500 tonnes d’acier vous avez un EPR de 1800MW. A 600 tonnes d’acier pour 3MW éolien, il en faut 600 fois plus pour 1800MW éolien et ceci est encore à multiplier par 4 pour tenir compte de la productivité éolienne (1800heures) par rapport au nucléaire, 7200h/an. Ce qui fait qu’un parc éolien produisant erratiquement la même quantité d’électricité qu’un EPR comporterait 1440000 tonnes d’acier. Et c’est dans le même sens pour béton et cuivre. Alors même… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

2500t d’acier pour un EPR? Ca me semble très peu…

Devoirdereserve
Invité

Ces 2500t ne sont que les éléments principaux du circuit primaire, mais donnent l’ordre de grandeur : – cuve+couvercle 526t – 1GV+1GMPP : 640t à multiplier par 4 ajouter : – le pressuriseur 113 t. – le liner – le secondaire – la turbine et l’alternateur : mettons 400 t – les ferraillages du béton.

Inox
Invité

pour un EPR de 1800 MW(sic,c’est encore un nouveau modèle)il y en a qui éxagerent sans cesse,ce doit être au moins 25 tonnes d’acier(qualité à ferrer les ânes)

Sicetaitsimple
Invité

Ce n’était que la cocotte et ses accessoires… Il me semblait bien. Feraillage du béton, tiens donc, ils mettent de la feraille dans le béton? Je serais curieux de savoir combien…

Sicetaitsimple
Invité

Je n’ai pas trouvé mieux qu’un rapport de stage: Stage réalisé chez Bouygues, qui réalise Flamanville 300000t de béton et 44000t d’armatures… Sans parler des charpentes diverse ( salle des machines notamment)et d’un groupe turbo alternateur qui pèse certainement plus que 400t ( où alors c’est qu’il y a de gros progrès récents dans ce domaine, ce qui m’aurait échappé). On peut toujours comparer, mais partons des vrais chiffres. “il est évident que l’éolien restera toujours excessivement cher”, comme vous dites, est à l’évidence une erreur, au moins pour l’onshore aujourd’hui.

De passage
Invité

ce qui vous passe par la tête, y compris les turbines et ferraillage des parties non nucléaires, vous n’arriverez jamais aux 1 440 000 tonnes d’acier pour faire pareil en éolien. Le 44000 tonnes de votre propre aveu est bien trop: ça fait 5500 m3 d’acier que je ne vois pas entrer dans un cercle de 60m de diamètre, celui de l’îlot nucléaire, à moins de couler une dalle d’acier plein de 60m de diamètre sur 2mètres d’épaisseur !….. Cela ne serait pas du béton mais du blindage de cuirassé japonais 2° guerre mondiale. Arrêtez l’inflation verbale

wpDiscuz