Enerzine

Le nucléaire une alternative pour le portugal ?

Partagez l'article

Depuis de nombreuses années, le nucléaire alimente le débat relatif à la dépendance énergétique du Portugal et le recours à cette option divise la société portugais. Le 22 février 2006, s’est tenue à Lisbonne la première conférence depuis trente ans sur le thème "Energie nucléaire : un débat nécessaire". Organisé à l’initiative de l’Ordre des Ingénieurs, cet évènement a connu un vif succès en rassemblant près de 500 personnes. L’intérêt de cette conférence réside dans l’ouverture du dialogue entre les "pro" et les "anti" nucléaire au Portugal.

Ardents défenseurs de cette forme d’énergie, M. Monteiro de Barros (homme d’affaires) et M. Sampaio Nunes (ex-Secrétaire d’Etat à la Science et à l’Innovation) souhaitent faire avancer rapidement le projet de la construction d’une centrale au Portugal. Ils avancent principalement deux arguments : la réduction du coût de l’électricité et l’économie d’émission de CO2. Selon eux, le pays ne pourra pas respecter ses engagements dans le cadre du protocole de Kyoto sans la production d’au moins une centrale nucléaire. En outre, à la menace d’un accident, ils répondent que le risque existe déjà étant donné la localisation des centrales nucléaires espagnoles, proches de la frontière.

Du côté des opposants à l’option nucléaire, la conclusion suivante revient toujours : "le Portugal n’est pas encore prêt pour un projet de la sorte". De plus, dans le cas de la construction d’une seule centrale, ils avancent un certain nombre d’arguments pouvant avoir une répercussion importante sur le coût de la production électrique à base de nucléaire. En effet, il conviendra de prendre en compte, notamment, le renforcement nécessaire et onéreux du réseau haute-tension ainsi que la nécessité d’un "back-up" capable de prendre le relai, en cas d’arrêt de la centrale. Pour ce dernier problème, le rapprochement avec l’Espagne, esquissé lors du forum, permettrait d’envisager de s’appuyer sur la production électrique espagnole en tant que "back-up". Par contre, les opposants au nucléaire craignent qu’une centrale, qui serait vraisemblablement située en borde mer, nuise à l’industrie touristique portugaise, un des grands secteurs prioritaires du pays. La question du traitement des déchets est restée sans réponse évidente.

(SRC : BE – Ambassade de France)

Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz