Le passage à l’heure d’été et alors ?

Immuablement depuis 1975 – suite au choc pétrolier de 1974 – a été instituée l’heure d’été, avec l’objectif d’effectuer des économies d’énergie en réduisant les besoins d’éclairage.

Mais savez vous de quoi il en retourne exactement et en quoi est ce bénéfique pour la France d’un point de vue énergétique ?

Il s’agit principalement de faire correspondre au mieux les heures d’activités avec les heures d’ensoleillement pour limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel. Le changement d’heure a permis d’économiser en 2009 440 GWh en éclairage, soit la consommation d’environ 800 000 ménages.

Grâce à ces économies, la France a ainsi évité l’émission de 44 000 tonnes de CO2. En 2030 la réduction globale des émissions due au changement d’heure pourrait être de 70 000 à 100 000 tonnes de CO2.

Appliqué au Royaume-Uni et en Irlande depuis la première guerre mondiale et en Italie depuis 1966, le régime de l’heure d’été a été introduit dans l’ensemble des pays de l’Union européenne au début des années 1980. Pour faciliter les transports, les communications et les échanges au sein de l’Union européenne, il a été décidé d’harmoniser par directive du Parlement européen et du Conseil, les dates de changement d’heure. Ainsi, depuis 1998 pour l’ensemble des pays de l’Union européenne, le passage à l’heure d’été intervient le dernier dimanche de mars à 2 heures du matin et le passage à l’heure d’hiver intervient le dernier dimanche d’octobre à 3 heures du matin. Le régime de l’heure d’été consiste à ajouter 60 minutes à l’heure légale au cours de la période estivale (de fin mars à fin octobre).

La directive 2000/84/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 janvier 2001, publiée au Journal officiel des communautés européennes n° L31 du 2 février 2001 précise le régime de l’heure d’été applicable à compter de l’année 2002 dans l’Union européenne. Les dispositions de cette directive ont été transposées en droit français par arrêté du 3 avril 2001, publié au Journal officiel de la République française du 6 avril 2001.

La Commission européenne a défini le calendrier fixant le début et la fin de la période d’heure d’été jusqu’à 2016 inclus (communication 2011/C 83/06) :

Le passage à l'heure d'été et alors ?

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Le passage à l’heure d’été et alors ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Lucio
Invité

Des gains d’énergie énormes mais calculés avec une incertitude telle qu’ils sont peu fiables, une volonté dogmatique ne prenant pas en compte des coûts de santé, rdv manqués, travail lié à l’ajustement des horaires dans les entreprises et les foyers. Décidément, c’est toujours Tintin chez les Soviets!

Shok
Invité
j’ai jamais compris où était reelement le gain dans ce principe. on eclair une heure de moins le matin mais si on eclaire une heure plus tot le soir c’est du pareille au même non. en tout cas, je pense que si on commençait par reduire l’eclairage urbain en pleine nuit là on economiserait de l’electricité. Car des oiseaux qui chantent à 1h du mat, c’est quand même pas très naturel et je peux assurer que ce sont les mêmes que j’entend chanter durant la journée. enfin je sais pas a partir d’une certaine heure on pourrait n’allumer qu’un lampadaire… Lire plus »
Kribi
Invité

Oui, si on voulait vraiment faire des économies, limitons l’éclairage urbain au maximum, instauront des taxes sur les enseignes lumineuses. Rendons obligatoire le gilet jaune pour les piétons et éclairage uniquement dans les rues piétonnes aux heures où il y a le plus de monde. C’est une perception erronée de croire que l’on est plus en sécurité avec un éclairage urbain.

Envircinq
Invité

effectivement avec 1 pour mille de la conso annuelle française on est dans l’incertitude du calcul, il y a beaucoup d’autres sources d’économies d’électricité (et d’énergies), l’éclairage public en est une : limitation à certaines heures (sur les autoroutes cela améliore en plus la sécurité) utilisation de LED. La réalité/vérité des tarifs pousserait aussi aux économies même si cela est plus douloureux. La production décentralisée et donc la réduction des pertes de transports en est une autre, elles représentent 5 à 7% de la production totale, etc etc

Dan1
Invité
“La production décentralisée et donc la réduction des pertes de transports en est une autre, elles représentent 5 à 7% de la production totale”. Les pertes en lignes sont composée des pertes dans le réseau de transport de RTE (lignes THT) et dans le réseau de distribution (ERDF et autre). Au total c’est un plus de 30 TWh cahque année ou encore un peu plus de 6%. Seulement le problème c’est que c’est un 1/3 pour le transport et 2/3 pour la distribution. Donc si on élimine les pertes de transport, on gagne 2% (et plusieurs réseaux ingérables) et on… Lire plus »
Ibiscus1
Invité

Le vraie problème du changement d’heure, c’est que personne ne l’accepte. Qui fait des économies? pas les ménages mais les entreprises privées, publiques.Quant a notre bien être elles en ont rien a battre.Et chaque années systématiquement le travail de lissage des médias s’exécutent inexorablement pour nous faire accepter l’inacceptable.

Gregoire
Invité

Un autre problème est celui du fuseau horaire. Les «visionnaires» qui ont voulu «faire l’Europe» ont décidé que Espagne et la France seraient constamment à la même heure que l’Allemagne, pays situé dans le fuseau horaire suivant. Ainsi, au lieu d’être en temps UTC en hiver et UTC+1 en été (ce qui serait logique), les Français sont en UTC+1 en hiver et UTC+2 en été. En été, nous sommes à l’heure solaire de la Grèce! Il serat donc pertinent d’abandonner le changement d’heure et d’être toujours en UTC+1.

David0004
Invité

Marre du changements d’ #heure La pétition officielle est là : petition heure solaire heeure scolaire

wpDiscuz