Le photovoltaïque européen multiplié par 10 en 5 ans

En 2040, le photovoltaïque pourrait représenter 20 à 28% de la production mondiale d’électricité, peut-on lire dans une nouvelle étude publiée par l’association Enerplan.

Le chiffre d’affaire mondial de l’industrie photovoltaïque s’élève aujourd’hui à quelques 13 milliards d’euros.

Pour Enerplan, ce succès s’explique en parte par "la sécurisation du réseau électrique qu’implique [le photvoltaïque], notamment par la production au plus près de la consommation en milieu urbain, ainsi que pour l’électrification rurale."

En Europe, "le parc cumulé marché a été multiplié par 10 entre 2001 et 2006, pour atteindre 4,7 GWh fin 2007. Ce développement est largement dû aux performances de l’Allemagne qui représentent plus de 80% du parc cumulé en 2007."

L’étude met en avant le système allemand d’incitation sur la demande, notamment le tarif de rachat et les aides à l’investissement, qui ont "permis de structurer ce marché et ainsi de créer un secteur industriel performant tout en relançant économiquement les régions de l’Est du pays."

A la fin 2008, la puissance cumulée en Allemagne se monte à près de 5,3GWc.

Autre cas étudié, celui des Etats-Unis, qui, en l’absence d’une telle politique incitative au niveau fédéral, possède un "potentiel sous exploité."

Le marché américain est "estimé à 750 MWc cumulés fin 2007", soutenu toutefois par des politiques locales (aides financières aux installations, ou obligations d’intégration d’énergies renouvelables).

S’appuyant sur l’étude menée par l’EPIA et Greenpeace, Enerplan s’attend à un "développement futur du photovoltaïque très prometteur", à savoir une "croissance forte à court et moyen terme (2020) puis plus calme à long terme (après 2020)."

"A l’horizon 2030, la production mondiale d’électricité photovoltaique correspondrait à 60% des besoins en électricité des pays européens de l’OCDE, et d’ici 2040, le photovoltaïqe représenterait entre 20 et 28% de la production mondiale d’électricité", prévoit l’association.

Selon les projections, "au niveau européen, la parité réseau serait atteinte d’ici 2 ou 3 ans pour les pays du Sud de l’Europe, et entre 2015 et 2020 pour l’Europe continentale et du Nord, avec des centrales photovoltaïques."

En France, le développement du marché s’est mis en marche entre 2000 et 2006. La hausse du tarif de rachat permet aujourd’hui au pays de se situer dans les 10 premiers marchés mondiaux.

Outre les aides au niveau national, Enerplan souligne le rôle joué par les régions et collectivités locales, à la fois promoteurs "efficaces" et bénéficiaires du développement du secteur. Depuis 2006, les régions s’engagent via des dispositifs de chèques énergie, par la bonification du taux d’emprunt ou du tarif de rachat, ou encore par des appels à projets.

Le parc français s’établissait à 73 MWc fin 2007, soit un doublement en un an, Outre-mer compris. Si les régions phares sont celles qui connaissent un fort ensoleillement : Rhône-Alpes, Paca et Languedoc-Roussilllon, d’autres régions moins avantagées tirent leur épingle du jeu, telles que l’Ouest et le Nord-pas-de-Calais.

En revanche, Enerplan note un retard dans le développement de l’intégré au bâti par rapport à ce que l’Allemagne peut observer sur son territoire. L’association compte sur les mesures issues du Grenelle pour accélérer le développement de ce secteur.

A lui seul, le bâtiment représente un potentiel de 13,4 GWc cumulés fin 2020, note l’association. "Cette prospective suppose une pénétration prioritaire du pv dans le neuf (de 4% des constructions en 2009, à 18% en 2013, 45% en 2015, 70% en 2020) et une pénétration relative dans la rénovation des bâtiments anciens (2% des bâtiments rénovés)"

Selon le rapport, la parité réseau du PV en France serait atteinte entre 2014 et 2019 "en fonction des types de consommateurs et grâce au développement de centrales photovoltaïques de grande puissance."

En conclusion de la présentation de son étude, Enerplan souligne les freins au développement du PV en France. Parmi ses recommandations, elle note :

La nécessité de "raccorder au réseau de distribution d’électricité plus rapidement. Sur le rythme actuel, d’ici fin 2008, ERDF ne pourrait raccorder qu’un quart à un tiers des demandes.".

"Simplifier et améliorer le traitement des dossiers d’autorisation de production d’électricité solaire. Les démarches auprès des administrations sont nombreuses, longues et complexes," critique-t-elle.

"Pallier aux contraintes techniques inhérentes à l’intégration de systèmes pv au bâti, ainsi que celles venant des Architectes des bâtiments de France."

Enerplan préconise également de "définir une législation précise et adaptée pour le développement des centrales au sol", ainsi que de "poursuivre le développement de la formation des professionnels avec QualiPV (plus de 2000 installateurs titulaires de l’appellation en septembre 2008)"

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Le photovoltaïque européen multiplié par 10 en 5 ans"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
bolton
Invité

Ca me fait penser à la météo à 15 jours…..Comment peut-on prévoir quoi que ce soit alors que la technologie dans ce milieu est en plein effervescence ?

trimtab
Invité
Voilà qu’une des énergies de notre avenir ‘prends son élan’ (au moins en Europe) et on ‘envisage’ son expansion sur jusqu’a 28% des besoins mondiale d’élecrticité sur 30 ans ! et c’est presque le silence radio ici sur enerzine.Si on avait mutiplier par 10 en 5 ans la production d’un autre énergie (quelle qui soit) je suis sur qu’on aurait une avalanche de commentaires de toutes sortes, aussi bien postives que négatives (selon l’énergie concernée) !Il est EVIDENT que ‘la mise en ligne’ de toutes sortes d’énergies renouvelables va en accélerant, et ceci est PREVISIBLE (c’est ne pas comme la météo… Lire plus »
wpDiscuz