Le plus grand parc éolien offshore du monde vu de l’espace !

Qui l’eut cru ? Le London Array, le plus grand parc éolien en mer du monde, inauguré en juillet 2013, au large des côtes britanniques est visible depuis l’espace ; la NASA Earth Observatory vient en effet de publier 1 cliché inédit du méga-complexe.

Le London Array est situé à 20km au large des côtes du Kent, dans le sud-est de l’Angleterre. Le parc éolien est opérationnel depuis avril 2013 et, grâce à une capacité de 630 MW, il est en mesure de produire suffisamment d’énergie renouvelable chaque année pour satisfaire la demande de près d’un demi-million de foyers au Royaume-Uni.

Le 28 avril 2013, l’application ‘Operational Land Imager (OLI)’ du satellite Landsat 8 a capturé la première image de la zone. Le deuxième cliché constitue un gros plan de la zone encadrée dans l’image principale. Les points blancs constatés dans la seconde image matérialisent les éoliennes avec d’ici et là des trainées blanches que représentent l’écume de bateaux.

Le plus grand parc éolien offshore du monde vu de l'espace !

Le London Array comprend 175 éoliennes alignées suivant les vents dominants (sud-ouest) et réparties géométriquement sur 100 kilomètres carrés. Chaque turbine éolienne d’une hauteur de 147 mètres est distante de 650 à 1.200 mètres. Chacune d’entre elle est reliée par des câbles sous-marin, dont l’énergie est transmise à deux sous-stations en mer et une station terrestre (Cleve Hill).

[ L’image en haute résolution est disponible ici ]

Le plus grand parc éolien offshore du monde vu de l'espace !

Avec les opérations de maintenance actuellement en cours sur le Ramsgate, l’ensemble du dispositif devrait atteindre 245 kilomètres carrés. Le parc éolien est situé sur deux bancs de sable naturels, où la profondeur d’eau est d’environ 25 mètres. Le site a été choisi en raison de sa proximité avec les infrastructures d’alimentation électrique terrestre et du fait qu’il est proche des principales voies de navigation de la région.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Le plus grand parc éolien offshore du monde vu de l’espace !"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Stephsea
Invité
1/ TOUT se voit de l’espace, par définition. Certains satellites de surveillance distingueraient une balle de tennis (ou mieux?). ALors des éoliennes géantes et leurs ombre portée.. Où est la surprise? La surprise est plutôt de trouver un ciel dégagé près de Londres sur le Channel 😉 2/ L’intérêt de cette photo n’est pas la visibilité des éoliennes… C’est de découvrir leur disposition étrange. Quelle énergie est encore diponible pour l’éolienne qui reçoit de l’air qui a déja parcouru toute la diagonale du secteur d’implantation? A mon avis pas grand chose. Une telle implantation montre le mépris complet de l’effet… Lire plus »
Pastilleverte
Invité

… une quarantaine de “London array” (mais pas au même endroit !) et The UK sera autonome en électricité. Ne reste plus qu’à trouver 40 bancs de sable pas trop éloigné des côtes briataniques. Ah, au fait, au UK les centrales de feed-back elles fontionnent avec quelle énergie ? … et d’accord avec stephsea, le rendement moyen sur l’année c’est combien ?

Pablo
Invité

Stephsea, vous n’imaginez pas qu’avec un investissement pareil ils n’ont pas cherché à optimiser au maximum la production? Et étudidié les pertes de sillages? Les éoliennes sont disposées en fonction de la direction principale du vent, dans ce cas elle est vraisemblablement sud-est/nord-ouest. Pastilleverte, les anglais n’on plus de pétrole, il faut bien qu’ils trouvent des solutions pour produire leur electricité sans faire exploser leur balance commerciale. On ferait bien de faire pareil.

Temb
Invité

Vous préférez sans doute qu’ils en restent à leur mix initial, avec du charbon du fioul du nucléaire et du gaz en masse? Chaque KWh produit par ces éoliennes c’est autant qui n’est plus produit par du fossile, le nucléaire n’étant pas encore impacté en suivi de charge. Vous n’avez strictement rien compris, votre notion de back up telle que vous l’évoquez n’existe pas dans ce cas, c’est l’éolien qui remplace du fossile existant. Mais c’est surement de la mauvaise foi de votre part, vous n’êtes pas aussi ignorant.

jumper
Invité

une de ces éoliennes fait 150 m de haut (j’arrondis) J’ai appris en sports aériens que le vortex de pertubation s’étalait sur 8 fois la hauteur de l’objet. Donc à 1,2km, le vortex de l’éolienne a été gommé au niveau du sol. En hauteur, c’est moins de 1,2 km. (je ne sais pas combien. Les éoliennes sont séparées de 1km les unes des autres. Donc aucun effet sur le rendement de l’éolienne.

Francois1401
Invité
@Stephsea Lors du développement d’un projet éolien, il y a des petites “règles” que chaque développeur utilise plus ou moins à sa sauce : face aux vents dominants, la distance entre les machines doit être d’environ 3 longueur de rotor, donc 450m dans notre cas. Et lorsqu’elles sont alignées dans le sens du vent, la distance est au moins doublée. @pastilleverte : ce que beaucoup ne comprennent pas, c’est que la vocation des énergies renouvelables n’est pas de rendre des pays autonomes, pas dans l’immédiat, et surtout pas sans stockage … A l’heure actuelle c’est impossible. Leur but est de… Lire plus »
Altair
Invité
Effectivement, il ne s’agit absolument pas de faire du 100% EnR avec ce parc éolien. Sinon, je ne pense pas que les anglais auraient monté leur projet nucléaire récent avec une de nos compagnies nationale les plus citées sur Enerzine… Au contraire, il s’agit là de l’éolien le plus adapté pour le moment (c’est à dire le temps que des installations de stockage de grande ampleur ne sont pas accessible pour stocker l’énergie excédentaire). Un faible pourcentage d’énergie éolienne ne fait pas capoter le réseau, mais évite des émissions de GES et de payer les carburants fossile associés. Que du… Lire plus »
wpDiscuz