Le plus grand projet hydroélectrique sur le continent africain

Alstom a annoncé hier avoir signé un contrat d’une valeur de 250 ME auprès de Metals & Engineering Corporation (METEC) pour la fourniture des turbines et alternateurs destinés à la centrale hydroélectrique du barrage de Grand Renaissance, situé sur le Nil Bleu, en Ethiopie.

Une fois l’ensemble du projet achevé, la centrale de Grand Renaissance totalisera une puissance de 6.000 MW. Elle sera le plus grand projet hydroélectrique sur le continent africain, figurant parmi les priorités fixées par le gouvernement éthiopien.

La mise en service de ce barrage permettra de quadrupler la capacité de production électrique de l’Ethiopie qui fait face à une croissance annuelle de la demande de près de 10%. Avec un potentiel de production hydroélectrique estimé à 35.000 MW, l’Ethiopie a pour ambition de devenir un acteur régional majeur de la production d’électricité et le principal fournisseur de pays voisins.

La centrale sera exploitée par la société EEPCO.

Alstom fournira les équipements électromécaniques de la centrale, incluant 8 turbines Francis de 375 MW et huit alternateurs, pour la première phase du projet, et supervisera leur installation. Le contrat comprend également l’ingénierie ainsi que la mise en service de la centrale, qui s’étalera par phases successives sur trois ans à partir de fin 2013.

Le plus grand projet hydroélectrique sur le continent africain

"Ce contrat renforce la position prééminente d’Alstom sur le marché de l’hydroélectricité sur le continent africain. En livrant dans un délai très court les premières turbines de grande capacité, Alstom permettra de répondre au plus vite aux besoins en électricité du pays", a déclaré Jérôme Pécresse, Président d’Alstom Renewable Power. "Alstom livre déjà en Ethiopie des turbines éoliennes pour le projet Ashegoda et veut jouer un rôle majeur dans le développement du secteur énergétique du pays, lui permettant d’augmenter drastiquement sa capacité de production électrique et de développer les compétences locales", a-t-il ajouté.

Dans le cadre de deux autres projets en cours d’exécution, Alstom fournit des turbines et alternateurs pour la nouvelle centrale hydroélectrique d’Ithezi-Thezi (120MW) en Zambie et assure la modernisation de la centrale hydroélectrique d’Inga 2A (712MW) en République Démocratique du Congo.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Le plus grand projet hydroélectrique sur le continent africain"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Samivel51
Invité

Ce n’est pas le plus grand projet africain: le plus grand projet africain, qui est aussi le plus grand projet du monde, de tres loin, c’est Grand Inga, au Congo Kinshasa, avec un potentiel de plus de 40 GW. Et ce n’est pas la plus grande realisation non plus: Nasser, en Egypte.

jpdebangui
Invité

Je salue les prouesses techniques de ces travaux grandioses un peu partout dans le monde, cemendant, a-t-on bien évalué les conséquences pour les bassins fluviaux ? Aujourd’hui, les limons fertiles qui étaient transportés gratuitetement par le NIL jusqu’à son delta doivent être transportés par camions… Le delta du NIL d’enfonce et se réduit progressivement… Bien sûr, il n’y a plus les inondations pérdiodiques et prévisibles, mais est-ce éellement un mieux ?

Exk1fri
Invité

Inga est en effet le plus grand projet, tellement grand et tellement avancé qu’on le verra pas de notre vivant. @jp : Le limon n’arrive plus au delta depuis nasser. Les egyptiens aurait du y penser avant. Pour l’ethiopie ce projet est fondamental. Il fournira de l’energie a 10 % du pays, permettra d’exporter et evitera ls prochaines secheresse. En développant le pays il poussera les gens a se soucier d’avantage a leur environnement.

wpDiscuz