Le poids énergétique de l’envoi de spam

L’éditeur d’antivirus McAfee a mesuré le poids énergétique que représentent l’envoi et le traitement des spams* dans le monde.

Réalisée avec la société ICF, l’étude révèle que 33 TWh sont consacrés chaque année à l’envoi, au traitement, et au filtrage des courriers indésirables. L’équivalent de la consommation de 2,4 millions de foyer.

Cette production d’énergie représente des émissions de gaz à effet de serre équivalente à 3,1 millions de voitures consommant 7,5 millions de litre d’essence, indique l’éditeur. L’émission moyenne de gaz à effet de serre associée à l’envoi d’un seul spam est évaluée à 0,3 grammes de CO2.

"Cette étude montre que le spam a un immense impact  financier, personnel et environnemental sur les affaires et les individus", estime Jeff Green, directeur adjoint du développement de produit.

A la fin 2008, le serveur McColo, une source majeure d’envoi de spam, a été mis hors service, faisant chuter le volume de courriers envoyés de 70%. L’énergie économisée dans la pause qui s’ensuivit représente l’équivalent de la consommation de 2,2 millions de voitures.

L’étude s’est penchée sur l’énergie dépensée pour créer, stocker, lire et filtrer le spam à travers 11 pays  : Australie, Brésil, Canada, Chine, France, Allemagne, Japon, Inde, Mexique, Espagne, USA, et Royaume-Uni.

Environ 80 % de l’énergie dépensée l’est par l’utilisateur, lors de la suppression du courrier indésirable et de la recherche de courriers légitimes parmi les résultats du filtrage. Celui-ci ne correspond qu’à 16% de l’énergie dépensée.

Si chaque boîte de réception était protégée correctement, les entreprises et les individus pourraient réduire de 75%, ou 25 TWh par an l’énergie dépensée par les spams, estime McAfee.

L’étude Carbon Footprint of Spamest téléchargeable (PDF, en anglais)

*courriers électroniques non désirés, envoyés à la volée

Partagez l'article

 



   

Articles connexes

3
Poster un Commentaire

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Furfur
Invité
Furfur

Très intéressant cette étude, tant qu’on y est d’étudier les émissions inutiles, pourquoi ne pas étudier celles du marketing 😉

Denlaf
Invité
Denlaf

Perdre 33 TWh d’énergie, c’est l’équivalent de 20% de la production hydroélectrique d’Hydro-Québec qui produit 165 TWh par année. Imaginez l’ordre de grandeur. C’est plus important que la production annuelle en photovoltaïque et en éolien de plusieurs pays réunis. Énergies renouvelables et économies d’énergie : http://www.denis-laforme.over-blog.com

Petar91
Invité
Petar91

En lisant le rapport, au niveau des résultats graphique en tonnes eq/CO2 évaluée en milliard de tonnes, le résultat me parait insensé : plus de 12 milliard de tonnes liées au SPAM alors que l’homme est responsable de l’émission d’environ 30 milliard de tonnes par ans… Je pense qu’il y a un gros soucis d’ordre de grandeur dans leurs résultats.