Le point de l’ASN sur les anomalies du chantier EPR

L’Autorité de Sûreté Nucléaire a poursuivi, au 4ème trimestre 2008, son contrôle du chantier de construction du réacteur EPR de Flamanville 3. Elle rend publique ses principales observations concernant les anomalies détectées et les actions prises par EDF pour y remédier.

Fabrication du liner (peau d’étanchéité métallique de l’enceinte de confinement)

A l’occasion de plusieurs inspections réalisées au cours de l’année 2008 et consacrés à la réalisation des soudures de la peau d’étanchéité métallique (aussi appelée liner) du bâtiment réacteur de l’EPR de Flamanville 3, l’ASN a mis en évidence :

1. des écarts aux exigences techniques définies pour la réalisation du liner, notamment sur le mode de soudage, les conditions climatiques de réalisation des soudures et le cahier de soudage à disposition des soudeurs ;

2. des insuffisances dans l’application de l’arrêté du 10 août 1984 relatif à la qualité de la conception, de la construction et de l’exploitation des installations nucléaires de base, notamment la qualification de l’atelier de préfabrication  du liner sur le chantier de Flamanville 3, la surveillance des activités de réalisation ou de contrôle non destructif des soudures ainsi que le système de gestion de la qualité du prestataire en charge des soudures du liner.

L’ASN a en particulier considéré que les taux importants de réparation sur certaines soudures traduisaient une maîtrise insuffisante des conditions de réalisation actuelles des soudures du liner.

L’autorité a donc demandé à EDF de justifier la capacité du liner, réalisé dans de telles conditions, à assurer la fonction de sûreté du confinement, et de proposer, si nécessaire, des contrôles supplémentaires.

Dans l’attente, elle a demandé à EDF, le 12 décembre 2008, de surseoir à toute opération irréversible qui ne serait pas compatible avec la réalisation de contrôles supplémentaires sur les soudures.

A l’issue d’un examen technique approfondi des justifications présentées par EDF, et après consultation de l’IRSN, l’ASN a demandé à EDF le 4 février 2009 :

Pour les soudures déjà faites :

  • de compléter les éléments déjà transmis, notamment par des essais à réaliser sur des soudures représentatives de celles du chantier ;
  • de réaliser des contrôles à 100% pour certaines soudures. Pour les autres soudures, l’ASN considère que les éléments présentés par EDF permettent de garantir l’absence d’impact sur la fonction de confinement que doit assurer le liner.

Pour les soudures à venir :

  • de lui présenter un plan d’action visant à améliorer significativement la qualité de réalisation de ces soudures et de lui rendre compte mensuellement de la mise en œuvre effective de ce plan puis de réaliser une évaluation de son efficacité après 6 mois d’application sur le chantier ;
  • dans l’attente d’une nette amélioration des conditions de réalisation des soudures, de les contrôler à 100%.

Opérations de ferraillage

A la suite des anomalies récurrentes en matière de ferraillage survenues lors du 1er semestre 2008 sur le chantier de Flamanville 3 (voir les lettres d’information n°2, n°3 et n °4), l’ASN a demandé à EDF le 17 juin 2008 de mettre en œuvre un plan d’actions visant à remédier à ces écarts.

Au cours de l’inspection réalisée par l’ASN le 17 décembre 2008, les inspecteurs ont évalué l’efficacité du plan d’action et ont noté une amélioration de la rigueur dans le domaine de la réalisation et du contrôle technique du ferraillage.

Galerie de rejets en mer

Au cours du dernier trimestre 2008, EDF a informé l’ASN de difficultés techniques rencontrées pour la réalisation de l’ouvrage de rejets en mer et du changement des modalités pratiques de creusement de la galerie de rejets.

Au vu de la modification du tracé initialement envisagé pour la galerie de rejets en mer et de la mise en œuvre d’un tunnelier, l’ASN a demandé à EDF de vérifier l’analyse des risques induits par cette modification pour la sûreté du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Flamanville (impact éventuel des tirs de mines et des vibrations induites par le creusement, contrôle de l’absence de déformation du massif rocheux…).

Tuyauteries du circuit d’eau brute secourue de la station de pompage

Le circuit d’eau brute secourue sert, via un circuit de refroidissement intermédiaire, à assurer le refroidissement de matériels importants pour la sûreté du futur réacteur.

A la suite de l’inspection réalisée par l’ASN le 2 juillet 2008, EDF a mené des investigations complémentaires qui l’ont conduite à mettre au rebut certaines tuyauteries présentant des non-conformités de fabrication.
Au vu de la fonction de sûreté de ces tuyauteries, l’ASN considère que la décision prise par EDF est adaptée.

Relations internationales

Afin de mutualiser le retour d’expérience sur le contrôle de la construction des réacteurs de type EPR sur les sites d’Olkiluoto en Finlande et de Flamanville en France, l’ASN et son appui technique l’IRSN ont mis en place, depuis 2004 une coopération renforcée avec l’Autorité de sûreté nucléaire finlandaise (STUK) : réunions périodiques, alertes mutuelles, visites communes.

Dans ce cadre, trois agents de l’ASN accompagnés de trois agents de l’IRSN se sont rendus les 14 et 15 janvier 2009 en Finlande, sur le site de Olkiluoto 3. Cette visite fut l’occasion d’échanger sur la conception détaillée du génie civil des réacteurs et de comparer les pratiques de contrôle, notamment en participant en tant qu’observateur, à une inspection réalisée par le STUK.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz